Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

23 octobre 2017 1 23 /10 /octobre /2017 11:51

Le mandat de Jean-Louis Bianco à la tête de l’Observatoire de la laïcité expirait normalement en avril 2018. Avec sept mois d’avance sur l’échéance, le gouvernement vient de le reconduire officiellement à la tête de cette institution pour une nouvelle durée de cinq ans.

La précipitation à procéder à cette nomination ne peut être interprétée que comme un soutien explicite aux positions du président. Ces positions avaient entraîné plusieurs démissions de membre de cet organisme :  Jean Glavany, Françoise Laborde, Patrick Kessel, Hugues Portelli.

Les opposants considèrent que Jean Louis Bianco ne cesse de privilégier les accommodements irraisonnables et le repli communautariste au détriment d’une véritable République diverse et métissée que dessine la loi de 1905. L’annonce de sa présence au colloque (finalement annulé) prévu à Lyon sur « L’islamophobie d’Etat » témoigne de ces positions contestables.

Les amis de la laïcité telle que Jaures et Briand ont contribué à la promouvoir en 1905 ont de sérieuses raisons de s’inquiéter.

Repost 0
9 octobre 2017 1 09 /10 /octobre /2017 10:58

A l’approche de Noël, la question de la présence de crèches dans les espaces  publics rebondit.

Vendredi 6 octobre, deux décisions contradictoires sur la question ont été rendues. En  Vendée, Bruno Retailleau (LR) a obtenu que soit déclarée licite une crèche de Noël au conseil départemental. A Lyon, où Laurent Wauquiez, est confronté à une décision inverse.
Dans le premier cas, le motif invoqué est que cette crèche de Noël était installée dans le hall de l'hôtel du département chaque année depuis plus de vingt ans ce qui constitue, selon le tribunal, un "usage local" qui peut permettre de contrevenir au principe de laïcité. Dans le second, aucune crèche n'ayant jamais été installée dans les locaux de ce siège de région on ne peut donc pas invoquer le caractère culturel ou simplement festif. Elle est donc interdite.

En principe, en France, la loi est la même sur toutes les parties du territoire. Il faudra bien un jour arriver à décider ce qu’il convient de faire pour observer la neutralité des espaces publics dans une République laïque.

Repost 0
1 octobre 2017 7 01 /10 /octobre /2017 10:48

Vient de paraître chez l’Harmattan : L'invention de la Liberté de conscience ou l'entrée dans la modernité, consacré aux  familles de pensée qui ont donné naissance à ce concept fondamental, socle de la Laïcité depuis la loi de Séparation.

L’invention de la Liberté de conscience est le signe de notre entrée dans la modernité ; elle marque une mutation de notre culture, provoquée par la redécouverte de l’Antiquité gréco-romaine et le choc de la Réforme protestante, prolongée par le Cartésianisme et le Siècle des Lumières, puis, vécue de façon militante par la Franc-Maçonnerie adogmatique et la Libre Pensée. Or, la Liberté de conscience est, depuis toujours, laissée en jachère, abandonnée à l’instrumentalisation de l’Église catholique qui l’assimile à la liberté de religion et en pervertit le sens, tandis que, sous la pression de l’islam fondamentaliste ou du judaïsme orthodoxe, un certain nombre d’élus la sacrifient.

Les auteurs : Gérard Delfau est ancien maître de conférences, sénateur honoraire, directeur de la collection Débats laïques ; site : www.debatslaiques.fr

André Gounelle est professeur retraité de la faculté de théologie protestante de Montpellier, docteur d’État en théologie (Strasbourg) et membre de l’Église protestante unie de France.

Jacques Haab est professeur retraité de l’enseignement public et membre de l’association Chrétiens pour une Église dégagée de l’école confessionnelle (CEDEC).

Thierry Mesny a dirigé le département Culture générale du pôle universitaire Léonard de Vinci. Il est membre de l’ADLPF (Association des libres penseurs de France).

Didier Molines a été le directeur général d’une importante association départementale laïque du secteur médico-social et est Franc-Maçon depuis 1977.

Jacques-Louis Perrin a enseigné la culture générale et les lettres modernes en classes préparatoires aux grandes écoles. Il a publié de nombreux articles et éditions commentées (Hatier, Ellipses, Seghers, NRP-Nathan ; Revue Europe…).

Repost 0
24 septembre 2017 7 24 /09 /septembre /2017 07:51

Intervenant dans un colloque organisé par la Fédération protestante de France à la mairie de Paris, le président de la République a déclaré, «la laïcité n'est pas la négation des religions» mais «la capacité à faire dialoguer les religions dans un débat fécond».

Encore une belle bourde qui  témoigne, soit d’une véritable inculture, soit d’une contribution volontaire à une tentative de dévoiement de la  laïcité. Si la laïcité n’est effectivement pas la négation des religions elle n’a pour autant rien à voir avec quelque participation que ce soit au dialogue interreligieux et surtout pas pour l'organiser. La laïcité n’est pas l’œcuménisme.

Repost 0
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 11:44

Consacrée au Coran, il y a deux ans maintenant qu’une chaire  a été installée au collège France ayant pour mission de comprendre l’élaboration du texte et sa transmission, dans une perspective historique et critique. Pour la première fois, une chaire de l’un des plus prestigieux établissements français a été ainsi dédiée au livre sacré de l’islam, venant rejoindre celle consacrée au texte biblique.

Ce sont des travaux de ce genre qui permettront à l’Islam de trouver sa juste place dans le champ des multiples spiritualités qui se rencontrent dans nos sociétés modernes.

On ne peut donc que regretter des propos comme ceux que je viens de relever sur le blog tenu par un imam qui n’a pourtant pas la réputation de se ranger parmi les « durs » :

les pseudo-savants islamologues veulent que nous appliquions un islam dénaturé, un islam christianisé, un islam sans pratique, un islam spirituel, sans rituel, sans morale et sans visibilité aucune. Soyez vigilant car ce mouvement arrive subtilement à détourner les jeûnes musulmans intellectuels du chemin de l'islam du Prophète Mohamed (saw).

Historiser le Coran c'est le sortir de notre vie définitivement, c'est le mettre dans le placard et le lire comme une simple histoire qui n'intervient aucunement dans notre vie.

Comprendre n'a jamais détourné ceux qui veulent croire de leurs croyances. L'exégèse biblique n'a pas détruit la foi chrétienne. L'examen critique du Coran ne tuera pas l'Islam.

Repost 0
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 07:39

Oser imposer le modèle laïque aux « décideurs »

Non la France n’a pas de problème de laïcité. Mais une grande partie de son personnel politique et médiatique autorisé a un problème avec la laïcité. Ce problème ce sont des discours compassionnels et culpabilisants dont l’effet est le retournement victimaire. C’est un regard paternaliste et méprisant par son indulgence même envers des communautés exclusives et féroces – comme si les individus qui les composent n’étaient pas dignes de prendre en main leur propre destin dans sa singularité, comme s’ils ne pouvaient jouir que d’une identité tribale « clés en mains ». C’est un dévoiement de l’antiracisme et de la lutte contre les discriminations, une virulence qui va jusqu’à solliciter le bras meurtrier en lui désignant les cibles d’un index complice et en susurrant l’accusation suprême – « islamophobe ! ». C’est la perméabilité à la normalisation par le religieux à laquelle il faudrait « s’adapter », comme si la laïcité était anti-religieuse, et comme s’il fallait avoir honte d’afficher son athéisme ou son agnosticisme. Ce sont les sirupeuses génuflexions devant un « vivre-ensemble » impératif, un douteux « bien commun » sans égards pour la singularité, comme si le civisme républicain était une valeur sacrificielle de patronage et comme si le Promeneur solitaire devait toujours être lapidé. Ce problème c’est aussi que nous, citoyens, n’osons pas imposer avec assez de force à nos « décideurs » la réappropriation du modèle politique laïque et de sa puissance libératrice.

Texte complet sur son site Mezetulle

Repost 0
26 février 2017 7 26 /02 /février /2017 19:15

On sait que, en application du concordat de 1801 qui n’a pas été abrogé en Alsace-Moselle, c’est le président de la République française qui nomme l’archevêque de Strasbourg. Il est le seul chef d’Etat au monde à jouir encore de ce «pouvoir ». Concrètement, le président de la République propose trois noms, Rome choisit l’élu et, s’il est d’accord, c’est le président français qui, au final, officialise l’investiture du prélat par un décret publié au journal officiel.

Le nouvel évêque de Strasbourg, cautionné par le Président, ancien évêque aux armées, n’est pas un personnage qui sue le progressisme. Au lendemain des attentats contre Charlie Hebdo, Mgr Ravel avait suscité une polémique en écrivant dans le bulletin de l’Aumônerie militaire catholique des Armées « Le chrétien se sent pris en tenaille entre deux idéologies […] D’un côté, des adversaires déclarés et reconnus : les terroristes de la bombe, vengeurs du prophète. De l’autre côté, des adversaires non déclarés mais bien connus : les terroristes de la pensée, prescripteurs de la laïcité, adorateurs de la République. » « L’idéologie islamique vient de faire 17 victimes en France. Mais l’idéologie de la bien pensance fait chaque année 200 000 victimes dans le sein de leur mère. L’IVG devenue droit fondamental est une arme de destruction massive. »

Un prêtre professeur de théologie a été élu à la présidence de l’Université de Strasbourg.

Un évêque de « choc » va diriger le diocèse !

Les laïques alsaciens sont légitimement inquiets.

Repost 0
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 11:18

L’activisme de la hiérarchie catholique pour tenter de remettre le religieux au centre de la vie sociale est indiscutable.

En quelques semaines nous avons constaté, entre autres.

Au niveau national : l’intervention du président des évêques de France auprès du président de la république à propos du débat parlementaire sur les sites anti-Ivg ; l’organisation à Rome d’une réunion des maires des grandes villes françaises sur la question de l’immigration.Au niveau régional, l’organisation d’un pèlerinage de 260 élus pour « éclairer leurs décisions ». Au niveau départemental, la rencontre organisée entre des élèves de l’école publique et l’évêque du diocèse au cours d’une visite pastorale ; l’invitation/convocation du curé de la paroisse Saint-Paul du Rhône avec des maires et élus des communes constituant cette paroisse : "nous vivons ensemble, nous partageons les mêmes valeurs, il est important que nous puissions échanger" »

La séparation des Eglises et de l’Etat est un principe constitutionnel. Que les Eglises s’expriment sur les sujets de société est parfaitement légitime. Qu’elles exercent une pression directe sur les élus est une autre affaire.

Un texte produit par le Concile Vatican 2 le déclarait précisément « Le propre de la vocation des laïcs est, d’une manière particulière, de chercher le Règne de Dieu précisément à travers la gérance des choses temporelles qu’ils ordonnent selon Dieu.»

Le programme est en cours d’exécution.

Repost 0
8 février 2017 3 08 /02 /février /2017 07:09

Certains esprits naïfs contestent que « les vaincus de 1905 » aient engagé une campagne pour tenter de reconquérir l’influence sur les décisions publiques que la loi de Séparation des Eglises et de l’Etat leur a retirée.

Nous avons déjà évoqué ici le pèlerinage d’élus organisé à Rome par le cardinal Barbarin, la réunion au Vatican de 70 maires de villes françaises pour évoquer la question de l’accueil des migrants, initiatives qui s’inscrivent dans la réalisation de cet objectif.

Dans la Drôme, lors d’une visite dans la zone de l’Hermitage Nord, l’évêque de Valence, reçu par trois maires, leur a remis un document rédigé par la conférence des évêques de France dont le titre fleure bon le prosélytisme politique : « Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique ».

Plus que jamais la vigilance laïque est un nécessité.

Repost 0
12 décembre 2016 1 12 /12 /décembre /2016 16:19

Plus de 70 maires de grandes villes européennes, dont la maire de Paris, se sont réunis à l’invitation du pape François, en plein cœur des jardins du Vatican par l’Académie pontificale des Sciences pour un sommet de deux jours, ces vendredi et samedi 9 et 10 décembre 2016, sur l’accueil des migrants dans leurs villes.

Une plateforme d’échange offerte par le Saint-Siège pour leur permettre aux élus de se mettre en réseau et, à terme, d’accueillir puis d’intégrer au mieux les migrants.

Se coordonner pour un meilleur accueil des réfugiés ne peut être que bénéfique. Le faire à l’initiative et sous l'égide du Vatican, voilà qui interpelle.

Repost 0