Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 08:03

La démocratie à l’épreuve de l’intégration européenne.

Lextenso-Editions

Par Christophe Beaudouin

 

Depuis trente ans, une force étrange a pénétré le coeur de nos États, nos assemblées, nos tribunaux, nos administrations, nos lois et nos sociétés. Une force qui peu à peu efface les frontières, neutralise les souverainetés et reformule les identités. Une force qui recrée tout à son image : les échanges, le droit, le pouvoir et les personnes. Parée des promesses bleues étoilées de l’Europe unie, elle en a fait le laboratoire de la gouvernance mondiale, au service du marché et des droits illimités. Le Politique y a cédé la place au technicien, et la souveraineté collective à la culture hors sol de l’individu. Mais en déplaçant le gouvernail vers l’Union, n’avons- nous pas en catimini changé de régime ?

Celui-ci ne connaît plus guère ni responsabilité politique, ni séparation des pouvoirs, ni claire hiérarchie des normes, ni stabilité institutionnelle, ni égalité politique des citoyens. Jacques Delors y reconnait un « despotisme éclairé et doux» et José-Manuel Barroso un « empire non-impérial ». Est- ce vraiment ce à quoi les peuples européens, ou leurs représentants, avaient juridiquement consenti en approuvant les traités ? A l’exception des juges allemands, des Lords anglais, ou de rares universitaires et responsables politiques, nul ne s’émeut devant cette démocratie en phase terminale. C’est pourtant le lien vital entre la Loi et la volonté populaire qu’on a rompu, et avec lui, la légitimité démocratique. Or, si la Loi n’est plus considérée comme juste, qui voudra encore lui obéir ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

gège 03/02/2014 12:42

Ne rien changer à cette réflexion! C'est la lucidité faite citoyen. Mais, cette lucidité n'est-elle pas l'intelligence la moins bien partagée?
Soyons exigeants! Ces "pauvres élections" arrivent et nous espérons encore dans le principe de représentation.
Que scandaient en 1968 les faiseurs d'idées? "Elections piège à c.." criaient-t-ils. Depuis la plupart ont comprit que ce slogan était éphémère...et ils ont reprit l'esprit de coopération (collaboration).