Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 08:00

Les communes continuent à s'exprimer sur le projet de "grande agglomération" à 51 proposé par le préfet.  La tendance repérée lors des premiers votes se confirme. Les communes maintiennent les positions qu'elles avaient affirmées l'an passé, que ce soit pour ou contre le périmètre préfectoral. A ce jour, une seule a modifié son vote passant de Pour à Contre. C'est la commune de Portes-les-Valence.  On peut donc raisonnablement penser, à un mois du délais, pour faire prendre position aux conseils municipaux, que le projet ne recueillera pas les 26 voix nécessaires à son adoption.

 

Que peut-il alors se passer ?

C'est le préfet - et lui seul - qui prendra la décision.

il peut confirmer le périmètre à 51 malgré le souhait des communes. On n'imagine pas qu'il prenne cette solution qui serait un déni de démocratie. On sait bien que, quand le peuple vote mal, on fait revoter le peuple comme ce fut le cas à propos du référendum sur l'Europe, mais ces moeurs étaient celles de l'ancienne majorité. On ne peut pas penser que le gouvernement actuel donnerait une telle consigne à son préfet.

il peut décider que les communes ayant voté Oui se regroupent effectivement en une communauté nouvelle. Là encore la solution serait bancale dans la mesure où se poserait un problème de continuité territoriale pour le nouvelle ensemble qui risquerait d'être perclus d'enclaves, ce qui n'aurait aucun sens.

Il peut enfin  - et ce serait raisonnable - examiner enfin la pertinence de la contreproposition que nous portons depuis le début de cette affaire : trois communautés construite autour des^pôles que sont : Romans:Bourg-de-péage pour la 1ère, Tain/ Tournon pour la seconde et Valence/ Guilherand pour la troisième. Ces trois communautés coopérant dans un syndicat commun pour gérer la question de l'organisation des transports et l'économie.

Espérons que le bon sens sera au rendez-vous.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Riri 01/12/2012 12:22

"Il peut enfin - et ce serait raisonnable - examiner enfin la pertinence de la contreproposition que nous portons depuis le début de cette affaire : trois communautés construite autour des pôles
que sont : Romans/Bourg-de-péage pour la 1ère, Tain/ Tournon pour la seconde et Valence/ Guilherand pour la troisième. Ces trois communautés coopérant dans un syndicat commun pour gérer la question
de l'organisation des transports et l'économie."

C'est une solution équilibrée, plus démocratique et qui respecte les bassins de vie...

Mais je vois quand même quelques questions qui se posent.

Tout d'abord, que pense t-on de votre proposition à Guilherand(ex Granges-les-Valence) ? Les élus de cette commune n'ont pas l'air d'être prêts à faire beaucoup d'efforts pour rentrer dans Valence
Agglo...
Pour vous faire une idée de la vision que l'on porte sur Valence de l'autre côté du Rhône, visitez donc le site de cette commune. On n'y parle jamais de Valence. On dit bien que la ville se trouve
à un carrefour stratégique, près des universités et des noeuds de communication mais jamais on ne revendique son appartenance à l'agglo valentinoise. Or Guilherand-Granges se situe bien dans
l'unité urbaine, étant même considérée par l'Insee comme une des 9 communes du pôle urbain de Valence (coeur de l'aire urbaine). Seulement sur ce site municipal, Valence n'y est pratiquement jamais
citée. Pour moi c'est comme un déni. Valence est tellement absente de ce site que cela interroge sur la volonté des élus d'intégrer un jour leur commune (et Rhône-Crussol) dans Valence agglo.
Les élus de cette commune font donc obstacle à l'intégration de la communauté Rhône-Crussol dans Valence Agglo. Ils y font d'autant plus obstacle que leur commune est de plus en plus appelée à être
un quartier ou un prolongement ouest de Valence, tel que l'avait lui-même déclaré le préfet de la Drôme. Personne ne peut nier les évidences urbaines, sociologiques, économiques, culturelles, et
historiques qui lient cette commune de la rive droite à Valence.
Le centre ville de Guilherand-Granges est celui de Valence en réalité, et les habitants de cette commune sont pour la plupart des valentinois "expatriés" qui consomment, sortent, travaillent et se
déplacent dans Valence-ville. Quand un grangeois dit qu'il va dans le "centre-ville", il se rend dans le centre-ville de Valence et non pas celui des Granges puisqu'il n'existe pas vraiment. Voilà
à mon avis ce qui pose problème pour les élus (en dehors des divergences politiques) et qui poussent les élus de cette commune à ne pas vraiment jouer le jeu de l'intercommunalité. Granges n'a pas
de réelle identité sans Valence, à la différence de Saint-Péray qui a un centre ville historique et une identité particulière, même si cette ville est aussi très liée à Valence. L'essor urbain des
Granges est lié à celui de Valence. Nier cela est d'une profonde stupidité.

Segundo : Et Alixan ? Rovaltain ? On laisse la gare TGV et les différents parcs économiques qui l'entourent, en pleine expansion, vitrine high-tech, futur centre de recherche de Valence, comme le
pôle ecotox, dans une autre communauté d'agglo que la nôtre ? Faut-il se "départir" (même s'il existe un syndicat qui réunit les trois espaces) de l'entrée Est de l'agglo valentinoise -car
Rovaltain, site collé à Saint-Marcel est bien dans l'agglo valentinoise- ?

Dans votre proposition, intégrez-vous les communes d'Etoile, Beauvallon et Montéléger ? Et que pensent les élus de ces communes de votre proposition , leur sied-elle mieux vraiment que la
proposition du préfet ?

Votre proposition est cohérente car elle respecte le bassin de vie valentinois mais pour l'Insee, l'aire urbaine de Valence dépasse largement le périmètre de Valence agglo et empiète sur les
communautés voisines.
Selon l'Insee,l'aire urbaine valentinoise comprend aussi les communes de la Roche de Glun, Glun, Pont de l'Isère (CC de Tain)d'Alixan et Chateauneuf-Sur-Isère (CC de BDP) et Beaumont-Monteux (CC de
Tain) et quelques autres communes éparses ardéchoises comme Charmes ou Saint-Georges... ne faut-il pas, si l'on souhaite apporter la plus grande cohérence à l'agglo valentinoise et lui donner le
plus de poids possible dans la région, réétudier ou redessiner un périmètre qui corresponde réellement à ce bassin de vie en faisant disparaître les frontières adminsitratives départementales comme
on s'apprête à leur faire à Tain-Tournon ?

http://www.insee.fr/fr/methodes/nomenclatures/zonages/zone.asp?zonage=AU2010&zone=050

http://fr.wikipedia.org/wiki/Aire_urbaine_de_Valence

La démographie de cet ensemble urbain (180 000 habitants) se rapproche de celle du périmètre proposé et soumis au vote des conseils municipaux par le préfet (215 000 habitants).

La dernière question, donc, que je pose est la suivante : des communes de l'aire urbaine, comme par exemple, Alixan ou Pont de l'Isère peuvent-elles quitter leur EPCI actuelle pour rejoindre celle
de Valence Agglo?

Bien à vous.