Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 17:10

Intervention de Marie-Françoise Bechtel, députée de l'Aisne et 1ere vice-présidente du MRC, à la tribune de l'Assemblée nationale dans le cadre du projet de loi "nouvelle organisation territoriale", mardi 17 février 201

Nous aurons des régions alourdies par des compétences de gestion – routes, établissements scolaires, ports – alors qu’il eût fallu les libérer pour en faire les vecteurs de grands projets économiques, de grandes infrastructures, de programmes de recherche et d’innovation.
Nous aurons ensuite des départements réduits à la portion congrue. Même si leur disparition est aujourd’hui moins actuelle, elle reste probablement programmée dans l’esprit des auteurs de la réforme.
Le département doit – c’est du moins la vision qu’en a le MRC – faire vivre des équipements et des services publics, faute de quoi c’est l’égalité citoyenne tout entière qui sera atteinte. L’organisation territoriale à géométrie variable, dans laquelle ce seront tantôt les métropoles, tantôt les départements, tantôt les intercommunalités qui assumeront les services publics, s’accorde mal avec le cartésianisme des Français, alors même que l’on parle beaucoup, par ailleurs, de lisibilité de la réforme…..

Le Mouvement républicain et citoyen, attaché à l’idée de modernisation de notre territoire, et d’abord de notre économie, ne croit ni en de grandes régions hétérogènes et très lourdement chargées en compétences de gestion au quotidien, ni surtout en une organisation à géométrie variable, en métropoles et intercommunalités très agrandies, là où la structure départementale, le cas échéant agrandie elle-même, offrait un cadre raisonnable, lisible, et qui n’empêchait pas le mouvement d’urbanisation de se poursuivre à un rythme raisonnable tout en palliant l’effet d’éviction par le « centripètisme » qui en résultera fatalement, et qui est au territoire ce que la centralisation excessive est à l’État national.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Molines Gérard 26/02/2015 13:23

Je pense que ce discours restera largement inaudible à la plupart des lecteurs ou auditeurs. Si le MEC "ne croit ni en de grandes régions hétérogènes et très lourdement chargées en compétences de gestion au quotidien, ni surtout en une organisation à géométrie variable, en métropoles et intercommunalités très agrandies", il lui reste à contester, voire à dénoncer fermement, la réforme territoriale, instillée par la mission Balladur (à laquelle participe des socialistes), prolongée par Sarkozy et entérinée (ne me dite pas modifiée, car l'objectif recherché est le même que celui de Balladur) par les gouvernements Ayrault puis Valls, savoir s'aligner sur des euro-régions dont l'initiateur, faut-il le rappeler, fut dès 1992, le grand responsable de la DATAR, un socialiste proche de Vauzelle, j'ai nommé J.L Guigou.
On est dans une logique "européiste-libérale" que d'aucun dans le camp de la majorité n'avoue ou ne conteste. Alors, à quoi bon faire semblant de s'émouvoir...

Bouchet 26/02/2015 14:08

Je pense que la dénonciation de la réforme territoriale a été une constante du MRC