Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 08:00

Vendredi 3 janvier, le Parti socialiste a tenu conférence de presse pour annoncer la candidature du Président de « feu » la communauté d’agglomération « Valence-agglo-Sud-Rhône-Alpes » à la présidence de la nouvelle agglomération « Valence-Romans-sud-Rhône-Alpes ». Certes les choses n’étaient pas présentées ainsi puisque le P.S n’a jamais été cité, mais, de facto, à l’exception des élus communistes de Portes-les-Valence, seuls les élus socialistes des quatre communautés fusionnées dans la nouvelle entité avaient été invités. Ce parti se félicite de la création de VRSRA

Cette agglomération, créée de droit pas arrêté préfectoral au 1 janvier, ne fait pas l’unanimité. Loin de là. 29 communes des 51 qui la composent se sont prononcées contre sa constitution. Son existence définitive est encore soumise à la décision de la cour d’appel administrative de Lyon saisie par six communes d’un recours contre un premier jugement du TA de Grenoble concluant à la régularité de la procédure qui a conduit à sa création.

Pour ma part, je fais partie de ceux qui considèrent que l’idée d’intercommunalité est une excellente chose dans son principe mais qu’il est des modes de mises en œuvre qui contreviennent gravement à l’esprit de coopération territoriale qu’elle devrait porter. La « Grande agglo, Valence Romans-Sud-Rhône Alpes », en créant un ensemble qui regroupe plus de la moitié de la population du département introduit un fort déséquilibre territorial dans la Drôme. Par ailleurs elle ne respecte pas les bassins de vie en associant Valence à des communes de l’Herbasse mais en la coupant de celles de la rive droite du Rhône qui font partie du même espace qu’elle. Quoiqu’en disent ses promoteurs elle crée une superstructure et rendra plus complexe, pour les citoyens, la lecture des compétences réparties entre communes, agglo, département.

Cette création d’une agglo XXL comme cela a été dit, hétérogène dans ses composantes, n’est pas la meilleure des choses qui pouvait arriver pour mieux organiser nos territoires. Elle n’est pas l’étape qui s’imposait le plus logiquement. La fusion de communes qui constituent une même agglomération urbaine : Valence, Bourg-lès-Valence, Saint-Marcel-lès-valence par exemple, ou Romans Bourg de Péage  n’aurait-elle pas été une étape plus raisonnable dans l’optique de regroupements efficaces ?

 

Les objectifs politiques - voire politiciens - n'ont-ils pas prévalu dans cette affaire sur les souci d'aménager au mieux les espaces de vie des citoyens ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Paulo 06/01/2014 12:21

Tous les arguments développés par vous-même et complétés par « Riri » » sont de bon sens. Il est évident que la configuration de l’agglo à 51 ne tient pas compte de la diversité des territoires qui la composent, que cette construction apparaît totalement artificielle, technocratique, et opportuniste tant l’oligarchie au pouvoir localement a l’intention de se tailler un espace à la mesure d’ambitions qui resteraient à définir…. Le problème c’est que ce projet est désincarné, qu’il ne suscite nulle adhésion citoyenne, qu’il a été jusqu’à bafoué la démocratie. Notre oligarchie « visionnaire « le sait très bien, l’avènement de cette nouvelle agglo ne suscitant de leur part que très peu de manifestations. Pas de réjouissances annonçant l’heureux événement… Ou si discrètes ! Les citoyens restent à l’écart, sous informés. Aurons nous, au moins, lors des municipales un véritable débat sur l’agglo, son devenir, la place des citoyens dans cette espace ? J’en doute. Tout cela me fait penser à l’Europe, à la technocratie Bruxelloise, à cette même oligarchie qui après le référendum de 95 nous a expliqué que nous ne comprenions rien à la nature du traité constitutionnel européen, et a décidé elle aussi, de passer outre. Tout cela ne laisse présager rien de bon ; que reste il au citoyen pour s’exprimer en dehors d’une abstention de plus en plus forte ou d’un vote de défiance radicale pour les partis hors système (hors oligarchie)

Riri 06/01/2014 10:28

"La fusion de communes qui constituent une même agglomération urbaine : Valence, Bourg-lès-Valence, Saint-Marcel-lès-valence par exemple, ou Romans Bourg de Péage n’aurait-elle pas été une étape plus raisonnable dans l’optique de regroupements efficaces ?"

C'est peut-être ce qui se fera le plus naturellement du monde puisque l'on se situe désormais à une autre échelle avec la grande agglo. Il faudrait peut-être reprendre cette thématique de la fusion des différentes communes du pôle urbain valentinois (et notamment de Valence et du Bourg) dans la prochaine campagne pour en débattre publiquement. Excepté nous autres, personne n'en parle sur les blogs et sites locaux. Pourquoi cette omerta sur cette question, il est temps de débattre de la recomposition des cartes et des périmètres. Donner à la Commune plus de périmètre c'est aussi une façon de la péréniser, de conforter cet échelon territorial auxquels les citoyens sont très attachés. Figer les territoires dans leurs limites actuelles c'est d'une autre façon les condamner à mourir à petit feu et donc à terme de les supprimer au profit de l'intercommunalité qui ne répond pas pour le moment aux attentes légitimes des citoyens.
C'est un véritable chantier démocratique qui s'ouvre à nous. Il faut faire de la pédagogie pour y préparer les esprits. C'est le rôle des politiques. Surtout la fusion des communes ne doit pas être vécue par les citoyens comme une restriction de l'expression démocratique, comme un diktat venu de la technocratie, mais plutôt comme une chance et une nouvelle impulsion dans la vie démocratique locale.
Valence, Bourg, Portes, Granges, St-Marcel, Saint-Péray et Malissard, les communes qui forment le pôle urbain (cf. la def. de l'INSEE) pourraient se constituer en une seule commune, mais j'en vois beaucoup dont les cheveux se hérissent sur la tête et qui voudront coûte que coûte conserver de petites entités territoriales plutôt que de se lancer de nouveaux défis démocratiques.
Merci à vous de lancer le débat.