Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

24 décembre 2016 6 24 /12 /décembre /2016 12:20

Ne l’oublions pas. Noël est une fête d'origine romaine célébrée chaque année dans la nuit du 24 au 25 décembre ainsi que le 25 toute la journée. Elle était appelée Dies Natalis Solis Invicti et correspondait au jour de naissance de Sol Invictus : soleil invaincu (Sol Invictus)

C’est l'empereur romain Aurélien qui choisit cette date en la fixant le lendemain de la fin des Saturnales qui correspond aussi au jour de naissance de la divinité solaire Mithra. Cette fête devait rassembler tous les cultes.

La première mention d'une célébration chrétienne à la date du 25 décembre a lieu à Rome en 336. Il s’agit de fêter alors la naissance de Jésus de Nazareth, incarnation du fils de Dieu en remplaçant le culte païen désormais interdit.

Aujourd’hui Noël s’est largement sécularisé et ce que l’on fête dans la plupart des foyers français c’est l’enfance et la famille.

Joyeux NOËL à tous.

Repost 0
23 décembre 2016 5 23 /12 /décembre /2016 11:15

Un prêtre catholique, professeur de théologie a été élu président de l’Université de Strasbourg.

 

Une telle candidature n’a rien d’étonnant. On connaît la consigne de l’Eglise depuis le concile de Vatican II : « Le propre de la vocation des laïcs est, d’une manière particulière, de chercher le Règne de Dieu précisément à travers la gérance des choses temporelles qu’ils ordonnent selon Dieu ». S’emparer de la direction d ‘une Université relève bien de ce projet et qui plus est, si cela peut être fait directement pas un clerc !

Le nouveau président a beau affirmer : Les engagements et les convictions existent chez chacun, mais l’université est le lieu où ces appartenances n’interviennent pas dans le travail d’enseignement et de recherche, dans le respect de la loi républicaine et des règles de déontologie et d’éthique », on a du mal à penser que son statut de prêtre pourrait n’avoir aucun incidence sur sa manière de diriger.
 

On s’étonne par contre de la faible opposition à cette élection. Le Concordat de 1801, toujours en application en Alsace pèserait-il de telle sorte que le « contrôle » de l’Université n’échappe pas aux religieux ?

Repost 0
21 décembre 2016 3 21 /12 /décembre /2016 16:21

Lors de la séance du 14 novembre du conseil municipal, j’avais posé des questions à propos du nombre d’agents municipaux non titulaires affectés sur des postes de titulaires. Des informations contenues dans un rapport donnaient à penser que ce nombre était en augmentation. Les chiffres précis vous seront donnés par courrier, m’avait alors répondu le maire.

Ces chiffres m’ont, semble-t-il, bien été adressés – c’est ce qui a été affirmé - mais de telle sorte que le courrier ne m’était pas parvenu avant la séance du 19 décembre. (Et qu’il ne m’est toujours pas parvenu à ce jour.)

Ainsi, au cours de cette séance, le maire a pu faire une intervention consistante sur le sujet tendant à démontrer, chiffres à l’appui, que, dans ce domaine comme dans tous les autres, son équipe municipale était au top niveau, beaucoup plus que la moyenne des villes comparables à Valence et que le nombre de non titulaires baissait.

J’étais bien évidemment hors de capacité d’analyser la pertinence de ces chiffres et de répondre à l’intervention de monsieur le maire, faute d’avoir en main les données complexes égrenées oralement. On sait qu’il est toujours possible, en organisant leur présentation, de faire dire aux chiffres ce qu’on veut qu’ils disent.

Une des techniques de gestion de l’assemblée municipale par le maire apparaît clairement dans ce type de comportement : faire semblant d’être transparent (je dis tout publiquement), mais de telle sorte que l’opposition soit hors d’état de contester efficacement. Il sera sans doute difficile de revenir en février 2017 sur des questions posées en novembre 2016 alors que les questions prioritairement à l’ordre du jour seront celles du nouvel élargissement de la communauté d’agglomération.

Repost 0
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 11:30

Le conseil d’hier soir, a permis, dans le cadre de la discussion et du vote du projet de budget pour 2017, de confirmer la politique de l’équipe municipale en matière de gestion du personnel.

De 2016 à 2017, à périmètre égal, c’est-à-dire en tenant compte du fait que des emplois sont transférés à l’agglomération, la masse salariale baisse de 185 624 euros soit 0,4 %.

Quand on sait que l’augmentation théorique liée à ce qu’on nomme le GVT (promotion des personnes, ancienneté, etc. ) est de l’ordre de 2% par an ; que la hausse du point d’indice décidée par le gouvernement à partir de Juillet 2016 pour une première étape et en février pour une seconde, pèsera pour 400 000 euros, on mesure bien quelles sont les conséquences de la baisse de 0,4% de la masse salariale : Aucune embauche nouvelle, mise en cause des emplois libérés par départ à la retraité, limitation de remplacement en cas de maladie, etc. etc. etc.

Le maire se flatte d’une bonne gestion qui lui permet de ne pas augmenter les taux d’imposition. Il devrait ajouter que ceux qui payent cette bonne gestion ce sont les personnels qui travaillent dans des conditions de plus en plus difficiles et les Valentinois qui subissent une dégradation évidente du service qui leur est rendu, lesquels sont néanmoins augmentés, en moyenne, de 1,46 %.

Cette politique est un choix. Il n’est pas celui que nous aurions fait.

Repost 0
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 10:47

La désignation par la droite de François Fillon, porteur d’un projet de régression sociale inédit, et le renoncement de François Hollande, auraient dû créer un choc de responsabilité.

Avec mon parti le MRC, j’en ai tiré les conséquences en décidant de participer à la primaire de la gauche. Une fenêtre s’ouvrait en effet pour qu’une vraie primaire, c’est-à-dire ouverte à toutes les gauches, offre aux citoyens un débat d’idées consistant. C’était la condition du rassemblement sans lequel la gauche sera privée de participer au second tour en mai prochain.

En excluant à travers moi la gauche républicaine de la primaire, le Parti socialiste montre clairement qu’il a d’ores et déjà abandonné les Françaises et les Français à leur sort, privilégiant le sauvetage de l’appareil en enterrant par avance toute ambition de victoire.
De fait, le siège de la rue de Solférino a décidé d’empêcher l’émergence d’une dynamique de rassemblement et de refondation de la gauche. Quelle pourra être demain la crédibilité du candidat désigné, quel qu’il soit, pour déplorer les divisions dont son parti est l’unique responsable ? Que pourra-t-il reprocher aux candidatures de J-L. Mélenchon et d’E. Macron ?

Lancée sur des bases aussi éloignées des problèmes de la France, la primaire de la « La Belle Alliance Populaire  » est rétrécie à un règlement de comptes entre anciens ministres de François Hollande. Dans ces conditions, la « Belle Alliance Populaire » restera un coup de com’ : 3 mots, 3 mensonges !

La question sociale, la question européenne et la question de la souveraineté marchent ensemble : les citoyens veulent reprendre leur destin en main. Je suis le candidat dont les hiérarques socialistes ne veulent pas parce que je porte la voix de la gauche souverainiste. Ma ténacité sera donc mieux employée ailleurs.

Je poursuis la campagne commencée au mois de Février 2016. Je ferai donc appel à l’ensemble des maires pour qu’ils condamnent le verrouillage de notre démocratie par une poignée d’apparatchiks et me permettent d’ obtenir les 500 parrainages nécessaires. Chacun sait que cette tâche est rude mais j’entends m’y atteler avec tous mes soutiens.

Repost 0
17 décembre 2016 6 17 /12 /décembre /2016 17:28

Le parti socialiste a fait le choix de faire de sa primaire le champ clos des règlements de compte entre anciens ministres se disputant le leadership d’un parti menacé de déliquescence. Les candidatures alibi de trois « hors P.S » ne masquent pas la vraie nature de l’opération.

En faisant ce choix, les responsables de la rue de Solférino prennent une responsabilité majeure. Ils font obstacle au rassemblement nécessaire des forces qui, ensemble, pourraient faire obstacle à la droite et à son projet anti-social . Ils préparent une sévère défaite dont ils seront seuls comptables devant les citoyens

Repost 0
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 15:42

Après avoir usé et abusé du 49.3, M. Valls propose sa suppression. Confronté à ce qui semble bien être une contradiction, il rétorque : je ne suis plus premier ministre. Je suis candidat !

On connaissait : ma main droite ignore ce que fait ma main gauche ou encore : les promesses n’engagent que ceux qui les croient.

Faut-il s’attendre, s’il était élu et qu’il renonce à mettre en œuvre sa proposition, à une réponse du type : Normal, je ne suis plus candidat, je suis élu.

N.B Fillon et ses propositions flottantes sur la Sécu est bien dans la même logique. Après ça, étonnez-vous qu’il y ait des abstentionnistes !

Repost 0
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 19:29

En octobre, j’avais interrogé le Président du conseil départemental à propos de la disparité constatée entre les dotations aux collèges privés et celles des établissements publics. En effet, pour 6334 élèves scolarisés dans les six collèges privés du département? la dotation serait de 1 285 493 euros, soit un ratio de 202,95 euros par élève. Pour les 18 648 élèves scolarisés dans les trente-six établissements publics, la dotation serait de 3 189 790 euros soit un ratio de 171,05 euros par élève.

Le président vient de me répondre.
Il ne conteste pas les chiffres avancés dans mon courrier. Ce qui revient à les confirmer.

Il explique simplement, que certes : le département a obligation de doter les collèges du public comme du privé conformément au principe de parité ». Mais : « la collectivité de rattachement peut légitimement prendre en compte les réserves disponibles d’un établissement pour établir les contributions … Le suivi des comptes financiers des collèges publics, pour lesquels nous assurons notre rôle de contrôle de légalité, nous a permis de voir que les fonds de réserve étaient anormalement élevés. » En conséquence la dotation au public a été diminuée.

Je comprends donc, bien que cela ne soit pas dit explicitement dans la lettre, que la collectivité n’assurant pas le contrôle de légalité des établissements,privés leur dotation est restée au niveau initialement prévu puisque le montant des réserves n'est pas connu;. Ceci explique - évidemment sans justifier  le décalage entre les deux montants de dotation par élève.

La conclusion est donc claire : le conseil départemental favorise bien, en conscience, l’enseignement privé du second degré.

Repost 0
14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 10:04

Dans un communiqué de presse, Mme le maire Bourg-lès- Valence confirme s’être rendue à Rome, avec deux conseillers municipaux, à l’invitation de l’évêque du diocèse et de Mgr Barbarin, pour un pèlerinage. Elle justifie ainsi cette démarche : « le rôle d’un élu est d’entretenir un contact avec tout un chacun, y compris avec des responsables religieux. »

Quand on saura que ce voyage a été organisé par la hiérarchie de l’Eglise catholique avec l’objectif affiché de peser sur les décisions des élus comme l’annonce clairement la lettre d’invitation à participer à ce déplacement "Parfois, les élus peuvent se retrouver écartelés entre les décisions qu’ils doivent prendre, et – le cas échéant – leur engagement catholique. Comment concilier les deux ? Notre déplacement au Vatican a pour but de les aider à trouver des réponses", on situera mieux la nature des contacts  organisés par le Vatican.

Le Concile Vatican II a donné une mission aux élus : « Le propre de la vocation des laïcs est, d’une manière particulière, de chercher le Règne de Dieu précisément à travers la gérance des choses temporelles qu’ils ordonnent selon Dieu ». Les élus participant au voyage de Rome ont directement contribué à la mise en œuvre de ce projet. Les citoyens qu’ils administrent sont désormais fondés à s’interroger sur le sens des décisions prises.

Un maire, dans une république laïque, est tenu à une stricte neutralité à l’égard des religions et des Eglises. Se rendre à Rome pour y recevoir les « conseils » et peut-être les consignes du chef d’une Eglise ne constitue pas un comportement digne d’un élu républicain.

 

Repost 0
12 décembre 2016 1 12 /12 /décembre /2016 16:19

Plus de 70 maires de grandes villes européennes, dont la maire de Paris, se sont réunis à l’invitation du pape François, en plein cœur des jardins du Vatican par l’Académie pontificale des Sciences pour un sommet de deux jours, ces vendredi et samedi 9 et 10 décembre 2016, sur l’accueil des migrants dans leurs villes.

Une plateforme d’échange offerte par le Saint-Siège pour leur permettre aux élus de se mettre en réseau et, à terme, d’accueillir puis d’intégrer au mieux les migrants.

Se coordonner pour un meilleur accueil des réfugiés ne peut être que bénéfique. Le faire à l’initiative et sous l'égide du Vatican, voilà qui interpelle.

Repost 0