Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 16:20

Comme cela se pratique couramment, le nouveau maire de Valence a fait procéder à audit sur l’état des finances municipales.

Pour donner à croire qu’il pourrait trouver dans cet audit matière à dénoncer la gestion calamiteuse de ses prédécesseurs (voire plus)  mais que, dans un souci de démocratie, il ne souhaitait pas que cette gestion calamiteuse soit étalée au grand jour devant le public et la presse, il avait prévu un séance privée de conseil municipal.

La ficelle était un peu grosse. Le maire sortant n’est pas tombé dans le piège tendu par son successeur : « il ya des choses à cacher mais on ne les étalera pas. » Il a voulu une séance publique.

Elle aura lieu tout à l’heure.

Le fameux audit, s’il confirme bien les difficultés à venir, ne révèle rien de très différent de ce qui avait été exposé lors du débat d’orientation budgétaire par la majorité sortante et dont nous sommes parfaitement conscients.

Le maire prendra-t-il prétexte de ces difficultés – qu’il connaissait parfaitement – pour revenir sur certaines de ses promesses électorales qu’il est hors de capacité de tenir ?

Premiers éléments d’information tout à l’heure.

Repost 0
15 juin 2014 7 15 /06 /juin /2014 12:43

Le 100ème congrès de D.D.E.N  s’est tenu dans la salle des fêtes de la mairie de Paris du 12 au 14 juin.

J’ai eu le privilège d’être invité  à y présenter,  samedi, mes réflexions sur les obstacles que peut rencontrer la mise en œuvre des principes laïques dans une collectivité locale.

Je ne manquais pas de matière.

A  l’issue de cette présentation, j’ai pu entendre le ministre de l’éducation  nationale, venu saluer le congrès,  présenter  les objectifs qu’il s’assigne pour les mois et les années à venir.

Je n’ai pas été vraiment convaincu par son propos sur la réforme des rythmes scolaires (mais était-il vraiment convaincu lui-même ?), j’ai par contre été  heureusement surpris par son propos sur la formation des maîtres. Non pas tellement par ce qu’il en a dit, mais par le fait qu’il accorde à ce domaine une place apparemment importante : nécessité d’une forte articulation entre les connaissances théoriques  et les savoirs faire pratiques ;  besoin d’une préparation solide au métier, etc….  Rien de très nouveau ni de très original, mais cela fait toujours du bien d’entendre un ministre dire qu’il n’y aura pas de réussite de l’école sans une bonne formation de ses enseignants.

Et puis, j’ai presque rempli mon carnet de conférences pour l’année prochaine…. Et j’ai réussi à trouver un train pour entrer à la maison !

 

Repost 0
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 01:46

L'assemblée générale statutaire des actionnaires de la société d'économie mixte qui gère le site de l'Epervière n'a apporté aucune information nouvelle sur l'avenir de ce site.

Les représentants de l'actionnaire principal : la ville de Valence ont été dans l'incapacité de donner la moindre indication quant aux orientations qu'ils entendent donner au dossier.

ils se bornent à expliquer en quoi la solution envisagée par la précédente équipe municipale ne correspond pas à ce quils veulent, mais ils n'avancent aucun projet alternatif.

En attendant, les difficultés de fonctionnement s'accumulent et les personnels sont dans l'expectative quant à leur avenir. Trois postes devenus vacants : retraite, intégration au personnel municipal, et rupture conventionnelle de contrat n'ont pas été remplacés.

L'actuelle municipalité "se donne un certain temps de réflexion".

Notons que le conseiller délégué chargé du dossier (sur l'organigramme de la majorité municipale) n'était pas présent à la réunion.

Repost 0
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 12:30

Je viens d’apprendre par la presse qu’un élu d’opposition vient d’être nommé président de la commission des finances de la Ville de Valence : "Pour « favoriser la transparence », Nicolas Daragon a choisi de confier la présidence de la commission des finances à un membre de l’opposition. Ces derniers ont choisi et c’est Patrick Royannez qui hérite de cette fonction." (Drôme-Hebdo)

Cette tactique, qui consiste à mouiller l’opposition dans le gestion de la majorité, a déjà fonctionné au niveau national. Les aventures ministérielles d’Eric Besson, député PS du département devenu ministre de au titre de l’ouverture puis thuriféraire de Sarkozy devraient nous instruire de la finalité d’une telle opération..

A la transparence, il faut opposer la clarté. Les électeurs ont désigné une majorité de droite. A elle d’assumer les responsabilités. La transparence ne vient pas d’une collaboration minorité :majorité mais des questions posées par la minorité à la majorité en séance publique du conseil ou en commission.

Je ne suis pas certain que l’acceptation par un élu de l’opposition d’une fonction « officielle » dans l’organigramme de la municipalité soit un bon service rendu à la démocratie.

P.S  P. Royannez, n’a pas été désigné à la fonction de président par ses collègues de l’opposition comme l’article cité pourrait le laisser croire. Sa démarche est une démarche personnelle.

Repost 0
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 20:48

Il y a des marqueurs incontestables.

L'équipe A programme des activités éducatives dans les temps post-scolaires dégagés par la réforme des rythmes de l'école primaire. Elle inscrit les sommes nécessaires au projet de budget.

L'Equipe B annonce qu'il n'y aura pas d'activités éducatives mais des garderies payantes. Elle crée sept postes de policiers.

on savait que la droite et la gauche ce n'est pas pareil.

On en a confirmation !

Repost 0
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 15:21

Le Maire de Valence a décidé de ne pas appliquer la réforme des rythmes scolaires et de n’assurer qu’une simple garderie payante de 15h45 à 16h30. (D.L du 4 juin)

Je ne suis pas de ceux qui considèrent que la réforme proposée par V. Peillon était une bonne solution mais il est clair que la décision de transformer les allégements d’horaire qui devaient être occupés par des activités éducatives en simples garderies payantes est pire encore.

Un COLLECTIF DE PARENTS DE VALENCE s'est constitué.
Il exige un vrai Projet Éducatif de Territoire avec :
- des activités périscolaires cohérentes et de qualité
- gratuité jusqu'à 16h30
- constitution d'une vraie commission de pilotage avec les parents,ss
- des rythmes maternelle et primaire différenciés
Ceci dans le cadre de ce qui est prévu par la loi, l’État et la Direction de l'Inspection académique.

Il organise un rassemblement pour défendre cette position et ces exigences à la Mairie de Valence : rendez-vous Mardi 10 juin à 18h00 sur le parvis de l’hôtel de ville.

Des représentants du collectif demanderont à être reçus par le Maire à cette occasion.
 

Repost 0
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 12:10

 est-ce bien le moment de proposer une telle réforme ?

Alors que l’Etat est affaibli faut-il créer douze ou quatorze Régions, bénéficiant du pouvoir réglementaire, à la définition purement technocratique, administrative et juridique ? Sans réalité historique, sociale ou culturelle alors que les Français se replient sur des territoires de plus en plus inégalitaires et qu'ils ressentent comme étant en crise ? Le peuple français est très attaché à la notion d’égalité. L'Etat sera-t-il en mesure d’assurer « l’égalité territoriale » par la redistribution ou la péréquation quand on sait que les Régions (à l’heure actuelle) n’ont quasiment plus aucun moyen de lever l’impôt et dépendent en grande partie des dotations de l’Etat. Sans même parler de la situation des conseils généraux qui doivent faire face à une véritable explosion de leurs dépenses liées à leurs compétences sociales, en particulier le RSA. Certains, comme le Conseil général du Nord, devant même prendre sur le budget « investissement » pour financer leurs politiques sociales dans le cadre de ses compétences obligatoires.

La France a-t-elle vocation à se « landëriser » en perspective d’un futur Etat fédéral européen dont les Français ne veulent pas et que les élections européennes du 25 mai dernier ont cruellement rappelé à toutes celles et ceux qui s’obstinent à ne pas vouloir regarder les choses en face. Ce « grand saut » en avant territorial, plutôt que de vouloir singer un modèle extérieur devrait plutôt s’appuyer sur ce que nous sommes, pour mettre les Français en mouvement. Cela sous-entend d’avoir un discours sur la France, or on sent bien, depuis longtemps, qu’il est difficile dans notre pays d’avoir un discours sur la France, sur la République, sur la nation. Que l’on peine à penser l’idée même de « France ». Là sont aujourd'hui les vrais enjeux. Il est donc à craindre qu’il en ressorte plus de confusion que de clarté et que le résultat soit celui d’une crispation plus grande encore de notre pays, plutôt que l’ouverture d’un chemin nouveau vers notre indispensable redressement.

 

Claude Nicolet Secrétaire national du M.R.C

 

Repost 0
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 23:03

Parmi les jobs d’été que la ville de Valence proposait aux jeunes il y avait, en 2013, L’opération "Jeunes Guides d'Été",

Des jeunes étaient chargés d’informer et de guider nos visiteurs étrangers dans notre belle ville.  Exercice de langue pour les uns, Meilleur accueil pour les autres,

L’opération  avait été considérée comme une belle réussite.

Elle ne sera pas reconduite par la nouvelle municipalité ! ! !

  • Cherchez l’erreur !
Repost 0
2 juin 2014 1 02 /06 /juin /2014 21:04

Dans la crise ukrainienne, deux récits antithétiques s'opposent sur le terrain comme dans les chancelleries. Aveuglés par une russophobie d'origine essentiellement idéologique, la plupart des médias français n'en ont repris qu'un seul. Quiconque veut avancer un jugement argumenté et nuancé, pour sortir d'une logique d'affrontement profondément contraire aux intérêts de la France et de l'Europe, est aussitôt rejeté dans les ténèbres d'un nouvel « empire du Mal ». Les propagandistes d'une nouvelle guerre froide en Europe ont diabolisé Vladimir Poutine, qui se prête quelquefois - il est vrai - à l'exercice. Vladimir Poutine peut bien dire qu'il veut construire la Russie comme une grande nation moderne et respectée : il est clair, pour la plupart des commentateurs, qu'il veut en réalité rétablir l'URSS. Ainsi, la nature essentiellement nationale de son projet échappe-t-elle au sens commun. Si aucun mémorandum sur la future réforme constitutionnelle n'est validé d'ici à l'élection du 25 mai, c'est-à-dire demain, les scénarios du pire se rapprocheront (guerre civile, risque de partition, nouvelle guerre froide, entièrement artificielle, au cœur de l'Europe).

Il est temps de faire entendre une parole raisonnable. Le pire n'est pas inévitable : une Ukraine neutre « à l'autrichienne », fédérale ou en tout cas fortement régionalisée, une économie assainie avec le concours de tous les partenaires (Union européenne, FMI, Russie avecs un prix du gaz abaissé) est la solution. Encore faut-il l'inscrire dans une perspective historique qui ne rejette pas la Russie hors de l'Europe. Selon la formule de Talleyrand, ce serait plus qu'une faute, une erreur. Ce serait ouvrir pour l'Europe tout entière une nouvelle ère d'instabilité.

Il est temps de reprendre politiquement le contrôle de la crise ukrainienne en replaçant sa solution dans le cadre d'un grand projet paneuropéen de développement et de paix... Plus que jamais, souvenons-nous de Jaurès : « Le courage, ce n'est pas de laisser aux mains de la force la solution des conflits que la raison peut résoudre ; car le courage est l'exaltation de l'homme et ceci en est l'abdication... Le courage, c'est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques. » Sur l'Ukraine, il est temps que la raison reprenne ses droits sur une russophobie aveugle : c'est de la paix et de l'Europe qu'il s'agit !


* Jean-Pierre Chevènement est sénateur du Territoire de Belfort, président d'honneur du MRC.

Repost 0
1 juin 2014 7 01 /06 /juin /2014 23:55

Pour inciter les électeurs à se rendre auc urnes pour les européennes, on leur a fait croire qu'en élisant un député ils participaient à la nomination du président de la commission, car, nouveauté des nouveautés, pour remplacer M; Barosso on tiendrait compte des résultats du vote.

En vertu de ce principe, J.C Juncker devrait être nommé, M. Schultz, candidat de la "gauche" étant minoritaire

.
Mais voilà ! D. Cameron ne veut de Juncker et Mme Merkel le soutient mollement.

On cherche un troisième homme qui pourrait être ... une femme.

Mme Lagarde aurait été contactée. Elle réserverait sa réponse.

Alecteurs ! Une nouvelle fois on vous a baladé. Votez, mais votre vote... on s'en fiche. Les décisions, on les prend entre gens sérieux

Amis qui trouavient que le boycott était uen attitude stupide : qu'en pensez-vous ?

Repost 0