Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 12:26

Le prochain conseil municipal sera saisi d’une proposition de convention entre la ville et une société française spécialisée dans la production d’électricité par géothermie.

Il s’agirait d’étudier la faisabilité d’une l’opération de récupération de chaleur à partir de l’eau chaude des couches géologiques profondes.

Une première étude en ce sens avait été menée sous la municipalité de Rodolphe PESCE, mais les techniques disponibles à l’époque n’avaient pas permis d’aller au bout du projet.

Il y a nécessité de s’affranchir des contraintes liées à la dépendance de la chaufferie des Hauts de Valence à une seule source d’énergie : le gaz,  dont le prix est liée aux fluctuations du marché et n'offre pas une visibilité suffisante à une bonne planification des dépenses.

 En explorant toutes les voies de diversification de ses approvisionnements la collectivité prépare l’avenir.

Repost 0
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 15:46
14. 034/ Une bonne nouvelle pour la laïcité

Le PDG de l'entreprise Paprec (spécialisée dans la collecte et le recyclage de papiers en employant 4 000 personnes) a fait adopter par les délégués du personnel - et par référendum dans les sites où il n'y a pas de délégués - une charte de la laïcité et de la diversité.

Cette initiative - et l'adhésion du personnel (52 nationalités représentées) - est un signe fort et encourageant pour les amis de la laïcité. Elle montre qu'il y a, dans le monde du travail,,une prise de conscience de ce que la stricte neutralité.des espaces communs (et l'entreprise est, de fait, un espace commun)  est un des outils qui garantissent des rapports apaisés et respectueux de tous..

Certes, la jurisprudence du Conseil d'Etat dit, aujourd'hui, qu'imposer un devoir de neutralité dans l'entreprise serait une négation de la liberté religieuse. Le choix collectif des personnels de PAPREC peut contribuer à faire bouger les lignes et la jurisprudence.

C'est ce que l'on peut espérer.

Repost 0
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 08:00

: L'euro ne marchera jamais. Il n'y a guère qu'en France qu'on ne s'en rend pas compte. Les non-débats hexagonaux sont fastidieux, les dirigeants français sont fades (Hollande, Moscovici, Fabius, Mélenchon, Juppé, Bayrou, etc.), et je me suis remis à voyager. Vu de Washington, de Tokyo ou de Berne, la zone euro est le trou noir de l'économie mondiale, l'un des deux grands facteurs dépressifs planétaires, l'autre étant l'excédent commercial chinois. Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, le Japon font des politiques de relance monétaire et regardent d'un air navré l'euro, cette construction archaïque, qui interdit toute relance monétaire à la France. La Suisse, quant à elle, achète à n'importe quel taux des bons du Trésor français libellés en euros pour empêcher la hausse du franc Suisse. Eh oui, c'est cela que nos dirigeants appellent «la confiance des marchés» ! Quels cons ! De véritables cocus monétaires !

…. :…

L'idéologie européiste a mis en place une institution bidon, le Parlement européen, feuille de vigne du pouvoir réel. Le Parlement se prétend incarnation de la démocratie au moment même où la machine européenne devient la domination implacable des petites nations du Sud par les nations plus puissantes situées au Nord. Les députés européens ne servent à rien, même s'ils sont eux-mêmes très motivés pour être élus : une mandature de cinq ans à ne rien faire, rémunérée 10 000 € par mois (impôts déduits, primes intégrées) leur permettra d'acheter un appartement ou une maison de campagne. Les citoyens français peuvent refuser d'entrer dans ce jeu dégradant.

Lire le texte complet sur le site de Marianne

Repost 0
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 19:03

Le candidat de droite aux municipales annonce : Baissons les impôts dit-il !

Dauhiné Libéré du 7 février

Bravo. On serait plutôt pour. Mais qui peut le croire en lisant ses premières promesses ? !

Une nouvelle sortie sur la Lacra ?  4 millions dit-il lui-même.

40 policiers municipaux en plus ?  En année pleine, salaires, équipement, matériel … c’est 2 millions.

20 % de caméras de vidéo-surveillance en plus : 1 million au moins

En deux engagements : 7 millions d’euros de dépense supplémentaire.(Le financement de la Lacra peut s’étaler sur plusieurs années, mais l’entretien des 40 policiers c’est 2 000 000 € chaque année).

 Quelles recettes pour couvrir cela ?

Réduire les frais de réception : En les supprimant totalement c’est 100 000 euros sur les 7 millions. La baisse de 10 % des indemnités des élus ?  C’est au mieux 400 000 euros en année pleine.

On est loin du compte.

Mais Nicolas a d’autres idées

Il annonce deux « gisements » d’économie :

On travaillera sur le  personnel.  Voilà les agents avertis : la masse salariale servira de variable d’ajustement.
On mutualisera les dépenses avec l’agglomération.  Il est bien clair que les 50 communes partenaires de l’agglomération vont s’enthousiasmer à l’idée de payer pour les valentinois !

A bon entendeur salut. Un conseil à tous les valentinois : Lisez de attentivement les programmes et jugez de leur fiabilité.

Repost 0
bouchet - dans Municipales 2014
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 11:14

Communiqué de M.F Bechtel, député de l'Oise - Mercredi 7;02.14

Une Assemblée qui joue avec la Constitution : voilà le spectacle désolant qu’a offert hier l’hémicycle dans lequel une majorité écrasante des voix de gauche s’est prononcée pour une révision de la Constitution en vue de ratifier la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires.

Inconscience ou frivolité, d’aucuns n’y ont vu que du feu, considérant la ratification ultime de la Charte comme un simple sauvetage de langues menacées de disparition. D’autres y ont vu un moyen servir leur clientèle locale et de promouvoir leur région.

Changer la Constitution n’est pas un acte anodin. Quand un pays dispose de tout un arsenal législatif pour financer l’enseignement en langues régionales et permettre toutes les actions favorables à leur rayonnement, on ne change la Constitution que pour aller plus loin, beaucoup plus loin.

Ne soyons pas naïfs, il s’agirait de passer par-dessus les principes qui défendent aujourd’hui la laïcité pour servir la soupe aux régionalistes les plus féroces : certains demandent déjà l’abrogation de la loi Falloux pour permettre de financer les investissements de l’école privée – laquelle prend en charge une part non négligeable des enseignements en langues régionales – , abrogation contre laquelle toute la gauche laïque s’était mobilisée début 1994 lorsque François Bayrou avait voulu y procéder. On vise aussi sans doute la création d’un service public bis au guichet : verra-t-on dans ce pays la file bretonne arriver plus vite au guichet que la file franco-française… ou l’inverse ?

Avec tout cela, nous nous dirigeons vers un Etat qui deviendrait un vaste supermarché et ceci dans le pays de l’égalité citoyenne... Belle tâche en vérité !

La procédure n’en étant qu’à son début, le Mouvement républicain et citoyen veut croire que le Sénat saura avoir plus de sagesse.

 

 

 

Repost 0
6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 09:44

Ceux qui, à droite et à l’extrême droite, veulent affoler les bonnes gens en agitant une pseudo théorie du genre sont des escrocs et des manipulateurs du langage.

L’égalité des femmes et des hommes est un principe à la fois moral et juridique. Dire que hommes et femmes doivent disposer des mêmes droits, ce n’est pas dire qu’ils sont semblables.

Similitude et égalité ne sont pas synonymes. Une femme est égale en droit à un homme, cela ne signifie pas qu’elle devienne semblable à lui et inversement.

Ceux qui entretiennent la confusion entre égalité des droits  et similitude des identités sont dangereux pour l’avenir de nos enfants et de nos sociétés. Ils doivent être combattus.

Repost 0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 08:05

Je me suis souvent félicité du vote unanime pour la création d’une régie municipale des eaux. La contribution de l’opposition dans le magazine « Valence » de Février me conduit à me demander si j’ai vraiment raison de le faire.

En effet ce texte semble indiquer que, de deux choses l’une : ou l’opposition n’a pas compris ce qu’elle votait quand elle a approuvé la création de la régie (ce qui signifie qu’elle n’avait pas ouvert le dossier et n’a rien entendu des explications que nous avons pu donner) ou elle est d’une mauvaise foi qui n’est sans doute pas étonnante en période électorale, mais qui est à la limite de la décence.

« Depuis le 1er janvier 2014, l’eau est exploités à Valence en marché public par … Véolia » est-il écrit : stupide.

 Depuis le 1er janvier le service de l’eau est assuré en pleine autorité par la ville de Valence qui s’appuie pour ce faire sur un conseil d’exploitation. Pour un certain nombre de problèmes techniques qu’elle n’était pas à même d’assurer en période de démarrage, la ville a en effet recours à un marché public. Véolia a présenté l’offre la plus intéressante techniquement et financièrement.  Dans les domaines très précis du marché, et seulement dans ceux-là, l’entreprise intervient à la demande de la ville et non de sa propre initiative comme c’était le cas en situation de délégation de service public. Véolia est un prestataire de service et non l’exploitant du réseau.

Quant à la baisse du prix du mètre cube d’eau de 5%, l’article laisse entendre qu’elle résulterait  d’une négociation avec Véolia : stupide. Le prix de l’eau est désormais fixé par le conseil municipal sur proposition du conseil d’exploitation (dans lequel siège des associations de consommateurs et un représentant du personnel) et par lui seul. Le titulaire du marché d’entretien des électrovannes (un des postes du marché public évoqué plus haut) n’intervient en rien dans la détermination du prix de l’eau.

Avec la création de la régie, la gestion de l’eau est passée d’une logique marchande (ce qu’elle était puisque confiée à une multinationale) à une logique de pur service public. Que l’opposition regrette aujourd’hui d’avoir accepté cette mutation est possible. Cela ne lui donne pas le droit d’écrire et de dire des sottises sur une des réalisations majeures de l’équipe municipale.

Repost 0
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 10:43

Face à la droite revancharde et à la poussée de l’extrême droite,  le 10 décembre 2013, le M.R.C lançait, en vue des prochaines municipales, un appel pour la constitution d’une liste unique rassemblant les forces de progrès pour construire l’avenir de Valence  en défendant le bilan de la majorité sortante et en proposant de le développer et de l’enrichir.

Cet appel a été entendu.

Le maire sortant, Alain Maurice, conduira une liste de large union réunissant l’essentiel des forces de gauche et qui sera ouverte à des citoyens qui se reconnaissent dans la politique de rénovation, de solidarité et de justice sociale qui a été conduite pendant le mandat qui s’achève et souhaitent participer à sa poursuite.

Le M.R.C fera partie de ce rassemblement.

Comme il l’a fait au cours des six dernières années, Il y apportera la force de ses propositions et de ses convictions laïques et républicaines au service de tous les valentinois et plus spécialement de ceux que la crise touche le plus durement.

Cette liste sera présentée le vendredi 7 mars. Nous invitons tous les valentinois à assister à cette présentation.

Repost 0
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 08:03

La démocratie à l’épreuve de l’intégration européenne.

Lextenso-Editions

Par Christophe Beaudouin

 

Depuis trente ans, une force étrange a pénétré le coeur de nos États, nos assemblées, nos tribunaux, nos administrations, nos lois et nos sociétés. Une force qui peu à peu efface les frontières, neutralise les souverainetés et reformule les identités. Une force qui recrée tout à son image : les échanges, le droit, le pouvoir et les personnes. Parée des promesses bleues étoilées de l’Europe unie, elle en a fait le laboratoire de la gouvernance mondiale, au service du marché et des droits illimités. Le Politique y a cédé la place au technicien, et la souveraineté collective à la culture hors sol de l’individu. Mais en déplaçant le gouvernail vers l’Union, n’avons- nous pas en catimini changé de régime ?

Celui-ci ne connaît plus guère ni responsabilité politique, ni séparation des pouvoirs, ni claire hiérarchie des normes, ni stabilité institutionnelle, ni égalité politique des citoyens. Jacques Delors y reconnait un « despotisme éclairé et doux» et José-Manuel Barroso un « empire non-impérial ». Est- ce vraiment ce à quoi les peuples européens, ou leurs représentants, avaient juridiquement consenti en approuvant les traités ? A l’exception des juges allemands, des Lords anglais, ou de rares universitaires et responsables politiques, nul ne s’émeut devant cette démocratie en phase terminale. C’est pourtant le lien vital entre la Loi et la volonté populaire qu’on a rompu, et avec lui, la légitimité démocratique. Or, si la Loi n’est plus considérée comme juste, qui voudra encore lui obéir ?

Repost 0
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 08:00

Chrétiens pour une église dégagée de l'école confessionnelle.

Le CEDEC demande à l'Eglise catholique de retirer son label, donc sa caution officielle, à toute école privée...

les militants du CEDEC..regrettent fortement que la communauté religieuse dont ils font partie, continue, malgré des déclarations de loyauté républicaine, à soutenir une école dont la persisatnce fragilise la démocratie et son indispensable laîcité, dans leur esprit et même dans leur lettre.

Le CEDEC ne remet pas en cause les lois instituant la liberté de l'enseignement. Il demande simplement à l'Eglise de se détacher de l'école confessionnelle de tout niveau. Pourquoi ?

Avec la persistance d'une école privée catholique, l'Egflise ne peut que rester suspecte auprès des démocrates convaincus :  cette école induit en effet, d'une part, une ambiguïté sur les rapports de celle-ci avec la laïcité - condition pourtant essentielle pour construire une démocratie diverse, solidaire et pacifiée - et, d'autre part, le sentiment qu'elle a fait le choix du système individualiste et arriviste dominant.

En même temps, l'Eglise catholique donne à la société une image fausse de la foi chrétienne, alors que l'Evangile porte instamment à l'effort d'humanisation, avec tous les autres hommes et femmes, dans l'agalité et à tous les âges de la vie.

Extrait d'un fascicule du CEDEC - 100 rue de la Fuye - 37000 Tours

Repost 0