Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

27 juin 2017 2 27 /06 /juin /2017 02:12

L'augmentation des taxes sur le gazole proposée par le ministre de l'environnement fait ressurgir le bon vieux principe de l'écologie punitive. Il y a des politiques incitatives qui me paraissent tellement plus souhaitables : développement de la recherche pour la pile à combustible, augmentation de la prime pour l'achat des voitures électriques, investissements massifs dans les réseaux de transports en commun.

Quand un ministre choisit de pénaliser une majorité de ses concitoyens, souvent parmi les plus modestes, qui ont investi dans un ou deux véhicules diesel parce qu'ils habitent loin des centres urbains et qu'ils en ont besoin pour se rendre chaque jour au travail, c'est une politique antisociale. C'est un choix pour la bourgeoisie de centre ville, pour protéger son mode de vie et ses aspirations. C'est un choix pour ceux qui ont les moyens de faire autrement.

Oui, il faut passer à l'après diesel, pour d'évidentes raisons sanitaires et environnementales. Mais ca ne peut pas se faire contre les Français et contre notre industrie automobile. Il faut aider le système à la mutation et à la transition au lieu de sanctionner ceux qui n'ont pas aujourd'hui les moyens de faire autrement.

Bastien Faudot - Porte parole du MRC

Repost 0
26 juin 2017 1 26 /06 /juin /2017 11:45

On a plus que jamais le sentiment d’être dans une pièce en trompe l’œil.

Un président mal élu qui ne rassemble que 24% des suffrages au premier tour de la présidentielle, mais qui, par une alchimie étrange se retrouve avec une majorité écrasante à l’Assemblée nationale.

Une majorité qui s’installe  dans  le « oui-ouisme » en se  laissant d’emblée imposer un président de groupe, ex ministre exfiltré,  sans dire mot (sauf deux courageux abstentionnistes.) Rappelons que l’assemblée doit contrôler le gouvernement.

Des députés élus contre des postulants « En Marche » qui organisent un groupe pour soutenir celui dont ils ont combattu les candidats (Les « constructifs »). Des élus PS qui sont visiblement tentés d’en faire tout autant.

Un ministère dans lequel le Président  a placé plusieurs ministres issus de la société civile sous  la surveillance de ses proches en leur affectant des secrétaires d’Etat  (Benjamin Griveaux. Porte-parole d'En Marche depuis octobre 2016 auprès de Lemaire  Julien Denormandie  auprès de Jacques Mézard (PRG), son nouveau ministre de tutelle, ou en contrôlant leur cabinet (Anne Rubinstein ancienne directrice de cabinet d’E.Macron, auprès de N. Hulot.)

On parle de style « Jupitérien »,  je crois surtout reconnaître tous les signes de l’Empire autoritaire. Et l’Empire : ça c’est mal fini.

Repost 0
23 juin 2017 5 23 /06 /juin /2017 14:47

Ainsi ce serait « la société civile », qui aurait vocation à assurer demain le renouvellement du champ du politique, chassant les politiciens professionnels pour donner le pouvoir au peuple ! On voudrait nous faire croire que des citoyens libres, indépendants, non encartés dans un parti politique, prennent enfin le pouvoir. Ne soyons pas dupes !

En réalité, cette « société civile , Ce sont des gens qui sont non pas une contre-élite mais une élite alternative.» écrit Gautier Pirotte auteur de « La notion de société civile (La découverte 2008) Autrement dit, «ce sont des gens qui n’ont peut-être pas de casseroles, mais qui ne vont pas nécessairement agir différemment de la façon dont la classe politique fonctionnait jusqu’à présent, tout simplement parce qu’ils sont souvent issus des mêmes milieux, qu’ils ont fait mêmes écoles.»

L’appel à la société civile ce n’est finalement qu’un « truc » qui sert à masquer une nouvelle méthode de gestion du neo-libéralisme qui contourne les politiques « traditionnels » pour mieux contrôler les choses en mettant en avant des têtes nouvelles qui feront, en gros, la même politique.

Et c’est cela qu’on appelle la modernité ?

Repost 0
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 11:44

Consacrée au Coran, il y a deux ans maintenant qu’une chaire  a été installée au collège France ayant pour mission de comprendre l’élaboration du texte et sa transmission, dans une perspective historique et critique. Pour la première fois, une chaire de l’un des plus prestigieux établissements français a été ainsi dédiée au livre sacré de l’islam, venant rejoindre celle consacrée au texte biblique.

Ce sont des travaux de ce genre qui permettront à l’Islam de trouver sa juste place dans le champ des multiples spiritualités qui se rencontrent dans nos sociétés modernes.

On ne peut donc que regretter des propos comme ceux que je viens de relever sur le blog tenu par un imam qui n’a pourtant pas la réputation de se ranger parmi les « durs » :

les pseudo-savants islamologues veulent que nous appliquions un islam dénaturé, un islam christianisé, un islam sans pratique, un islam spirituel, sans rituel, sans morale et sans visibilité aucune. Soyez vigilant car ce mouvement arrive subtilement à détourner les jeûnes musulmans intellectuels du chemin de l'islam du Prophète Mohamed (saw).

Historiser le Coran c'est le sortir de notre vie définitivement, c'est le mettre dans le placard et le lire comme une simple histoire qui n'intervient aucunement dans notre vie.

Comprendre n'a jamais détourné ceux qui veulent croire de leurs croyances. L'exégèse biblique n'a pas détruit la foi chrétienne. L'examen critique du Coran ne tuera pas l'Islam.

Repost 0
21 juin 2017 3 21 /06 /juin /2017 07:52

Sous le Second Empire, on pratiquait la méthode des « candidats officiels «

Ceux-ci étaient désignés à Paris, par le ministère de l’intérieur. Leur fonction était d’ affirmer le soutien au chef de l'État plutôt que d’assurer l'élection d'une assemblée représentative de la souveraineté nationale.

Une candidature officielle était assimilée à un « contrat » entre l'Empire et le candidat. Celui-ci s'engageait « à appuyer le gouvernement, mais aussi à le contrôler loyalement, en ami fidèle qui éclaire et non en adversaire ardent qui critique et qui blâme » (Persigny, l’homme des campagnes électorales sous l’Empire.)

Les affiches électorales des candidats officiels étaient standardisées, reconnaissables à leur couleur blanche, couleur des documents officiels publiés par le gouvernement.

Ca ne vous rappelle rien ?

Repost 0
20 juin 2017 2 20 /06 /juin /2017 13:39

Les Français ont plébiscité la République en marche (LREM) au 1er tour. Pourquoi ?
 

BORIS CYRULNIK. Il n'y a pas beaucoup de raisons politiques et rationnelles ! Il s'agit d'un phénomène de foule et, plus précisément, d'une épidémie de croyance. Ce n'est pas la première fois que cela arrive. Giscard avait déjà été élu avec une vague. Idem pour Hollande. Ce phénomène survient après qu'une collectivité a été blessée par un échec, économique, militaire... Elle a alors besoin de croire qu'un sauveur va arriver. Elle place tous ses espoirs en lui. Elle a besoin d'un «papa» tranquillisant. C'est un phénomène psychosocial plus que politique.

Emmanuel Macron suscite un tel engouement ?
S'il a, pour l'instant, un tel succès, ce n'est pas dû au hasard, mais à l'autodisqualification des politiques de gauche et de droite. Ils n'ont eu de cesse de se dévaloriser avec des conflits internes. A gauche, les frondeurs ont massacrés Hollande. Il n'a pas été attaqué par la droite, comme c'est la règle démocratique, mais par sa propre famille. On observe le même phénomène à droite. Individuellement, des personnalités se sont agressées. Les Français en ont marre de ces disqualifications haineuses, des politiques qui sèment la haine, de leurs petites phrases... Et, au milieu, Macron a émergé, tout sourire. Il est encore pur parce qu'il est jeune, aucune charge ne pèse sur lui. La droite et la gauche l'ont mis en place. Dans l'imaginaire collectif, c'est lui le sauveur. Cette situation psycho-culturelle lui a ouvert un boulevard qu'il a eu le talent de mettre à profit. Ce sont ses adversaires qui lui ont permis d'endosser ce costume de sauveur.

Quels sont les critères qui font mouche auprès des Français ?
Il est jeune, brillant, beau. Il n'a rien à se reprocher. Pour l'instant, l'image est parfaite. Je ne sais pas combien de temps cela va durer

Cette épidémie de croyance peut-elle s'éteindre ?
C'est le propre des épidémies : la variole finit toujours par disparaître ! Pour l'instant, il surfe avec habileté sur cette vague macronienne. Il va probablement continuer à en bénéficier dimanche, mais peut être déjà à un niveau moindre, même s'il correspond à un besoin des Français qui veulent un peu de fraîcheur. Inévitablement, des conflits vont finir par apparaître.

Repost 0
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 15:58

On nous annonce une majorité de 350 sièges pour E .Macron (308 LREM et 42 modem).

Il faudra cependant attendre encore un peu - et sans doute jusqu’à la déclaration de politique générale du gouvernement et au vote de confiance - pour avoir une idée des contours réels de sa majorité.

En effet, qui votera la confiance ? Les 350 élus sous l’étiquette Macron mais sans doute aussi un certain nombre d’élus sous l’étiquette « Les Républicains » charmés par un premier ministre se réclamant de la droite, et sans doute aussi quelques élus « dits de gauche » qui se sont réclamés de la « majorité présidentielle ». Les deux élus PS de l’Ardèche qui n’ont pas caché leur proximité avec le « macronisme » sont probablement dans ce cas. Nous en sommes donc encore à conjecturer sur ce qui va exactement se passer à l’assemblée nationale.

Seules certitudes : le P.S est mort sous sa forme actuelle. Le PCF survit comme parti à implantation locale avec ses 10 élus pour 2,72% des voix au 1er tour. Les Verts se sont dissous dans la nature. Le PRG passe de 9 députés à 3. Le MRC en conserve un. Les insoumis occupent le terrain de la gauche radicale. Le F.N quadruple sa mise mais loin de ses espérances.

Dans la Drôme, 38,37% des 369 581 inscrits se sont exprimés. 12,24 % de ceux qui se sont déplacés pour se rendre aux urnes l’ont pour voter blanc ou nul ce qui n’est pas sans signification. Les quatre élues devront se souvenir que si leur élection est légitime, elles n’ont été choisies que par à peine plus d’un électeur sur trois. Leur comportement d’élues devra en tenir compte. Elles devront se souvenir que la démocratie ce n’est pas les pleins pouvoirs donnés à la majorité… surtout lorsque cette majorité ne l’est que la grâce d’un mécanisme électoral qui efface beaucoup de nuances dans la pensée politique et qu'elle est minoritaire dans l'opinion !

Repost 0
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 12:23
Repost 0
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 19:29

20ème bureau de Valence – Châteauvert

Inscrits : 938

Votants : 402 voix (42, 85 %) ;

Abstention : 536  (57,14 %=

Blancs ou nuls : 49 voix 12,19 %

Exprimés : 353 voix (37,63 % des inscrits)

Clapot : 186 voix ; 52,69 % des exprimés, 46,26 % des votants et 19,82 % des inscrits

Ract-Madoux : 167 voix ; 47,30 % des exprimés ; 41,54 % des votants, 17,80 % des inscrits.

La candidate « En marche « est élue par le bureau de Châteauvert.  Elle ne récupère pas la totalité des voix (38)  du candidat PS du premier tour qui appelait à voter pour elle. Elle ne gagne que 29 voix entre les deux tours alors que Ract-Madoux (LR) en gagne 69.

Il y avait 90 votants de plus dimanche dernier.

Repost 0
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 07:37

Je viens d’entendre sur FR3 Gérard Collomb dire que, en tant que ministre de l’intérieur chargé des cultes,  il entend mener  au niveau de l’Etat la politique qu’il a conduite comme maire de Lyon au niveau municipal. (Jounal régional du 16.06. à 19h)

Aie, aie, Aie !

G. Collomb s’est rendu cet hiver en pèlerinage à Rome, en compagnie de ses amis Barbarin (cardinal) et  Vauquiez (président de région) pour, en tant qu’élu recevoir des conseils  de la hiérarchie romaine.. En 2013 il déclarait : « Je ne suis pas de ceux qui veulent reléguer les religions sans la spère de l’intime. Je crois au contraire qu’elles ont toute leur place dans la vie de la cité. (Au synode de l’Eglise protestante unie)

Sur le site de la ville, à la rubrique solidarité, on peut lire : Depuis 2002 les représentants des grandes religions avec le maire de Lyon oeuvrent à la paix sociale et à la mise en place de projets communs de partage, de solidarité et de fraternité, dans le respect des croyances de chacun. Il n’y a ni athée ni agnostique à Lyon !

En matière de subvention le maire et président de la métro n’est pas chiche : 1 million d’euros au futur institut français de civilisation musulmane adossée à la mosquée versé par la ville et… 1 million de plus par la métropole.  C'est vrai qu'il s'agit d'une institution culturelle et non cultuelle ! I

Il n’y aurait rien d’étonnant à ce Il nous prépare une généralisation du Concordat.

Laïques, il va falloir veiller au créneau.

Repost 0