Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 09:03

Quel serait votre candidat idéal à la présidentielle ?
Fillon pour la politique étrangère, Valls pour les soucis de l'État, de l'ordre public, de la lutte contre le terrorisme, Montebourg pour le made in France, la politique industrielle, l'État stratège et la critique de la politique européenne. Le pays attend une vision cohérente à long terme et aujourd'hui, il n'a pas son compte.

Cette vision pourrait sortir de la primaire socialiste ?
Je ne crois pas, c'est pourquoi je me tiens en dehors. Le Parti socialiste est arrivé au bout de son cycle depuis longtemps et la montée de Macron traduit le désaveu des Français. Il a eu l'art de ne pas s'avancer beaucoup dans le domaine des propositions. Il peut contenter tout le monde ainsi.

Il est populiste ?
Il n'entre pas dans la catégorie habituelle de populisme, il est assez habile pour ne pas décevoir une partie de ses soutiens.

Il y aura encore un PS demain ?
Ce n'est pas sûr. Si Macron l'emporte devant ses concurrents de gauche au premier tour de la présidentielle, qu'est-ce qui restera du PS ? Le pays a besoin d'un gouvernement républicain énergique, d'un pôle républicain.
 
Entretien donné le 11 janvier
Repost 0
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 18:18

L’affaire Pénélope Fillon : ça profite à qui ? .

Si François Fillon était mis en examen et se retirerait de la campagne : quel processus pour désigner un candidat de substitution ?

Chez les partisans de Sarkozy, on se prend à rêver. Et si c’était (à nouveau) lui ? Nicolas Sarkozy a fait savoir à BFMTV, via des proches que « la question ne se posait pas ». En tout cas pour l’instant.

Juppé ? Ce matin le maire de Bordeaux a fait mine d’écarter l’hypothèse. "A l'instant T, la question ne se pose pas, c'est François Fillon notre candidat".

Un petit nouveau alors ?

Décidemment, il y a quelque chose de détraqué dans le royaume de France.

Repost 0
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 11:06

Benoit Hamon et Manuel Valls nous ont proposé hier soir un débat intéressant, sans langue de bois.

Ils ont fait preuve de sérieux. Cependant leurs propos pèchent par une absence qui en limite la portée : celle d’une réflexion et des propositions sur l’Europe. Tout le discours se déroule hors-sol comme si l’euro, l’indépendance de la banque centrale, les directives européennes à traduire dans la législation française, l’obligation de soumettre les budgets au jugement de la commission, les traités, etc.etc. , comme si tout cela n’avait aucune influence sur la possibilité de conduire une politique nationale autonome.

Quand on aura réintégré ces éléments dans le raisonnement, que restera-t-il des orientations proposées ?

Fillion, qui n’est pas sot, est allé soumettre son programme à la chancelière allemande ! Ce n’est pas signification.

Repost 0
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 11:21

Ce soir les deux chaines TF1 et l’A2 nous présentent le même match.

Mais les matchs du mondial de Hand-ball ?

Sauf à s’abonner aux chaines payantes : bernique !

Et pourtant, là, c’est la France qui gagne !

Je veux voir le match.

Repost 0
24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 16:13

Une « primaire » c’est un processus normalement destiné à désigner celui qui portera – le plus efficacement possible - les propositions et les couleurs du parti.

Or, à gauche, cette semaine, il semble que ce soit autre chose qui se joue.

Manuel Valls se refuse à dire s’il soutiendra son concurrent si celui-ci gagne l’élection de dimanche prochain. Pascal Terrasse, qui n’est pas un militant de base (député de l’Ardèche, ancien président du conseil général) annonce (DL du 24 janvier) que, si son candidat : M. Valls, ne gagne pas, il ne soutiendra pas le candidat de son parti mais se ralliera à E. Macron. Un socialiste encarté de mes amis écrit : je voterai Hamon car, s'il est désigné contre Valls, sa présence peut éventuellement porter Macron au second tour des présidentielles... cela nous éviterait le choix entre Le Pen et Fillon!!!  Voter Hamon au primaire avec l'espoir que cela permettra de voter Macron à l'élection d'avril !

Que de contorsions, que de confusion, que d’arrière-pensées…. Y a-t-il là matière à donner envie de participer à ce qui ressemble de plus en plus à un règlement de compte entre clans ? Comment, avec tout cela, croire encore que la politique a un sens et qu’elle consiste à rechercher collectivement le bien commun. Le parti socialiste s’installe dans une dérive qui menace la gauche toute entière. Qui se lèvera pour reprendre la barre ?

Repost 0
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 07:17

Qu’il y ait deux visions de ce que doit être une politique socialiste ou, plus largement une politique de gauche. Ce n’est pas nouveau.

Le 26 novembre 1900, Jean Jaurès et Jules Guesde, se rencontraient à Lille afin de s’expliquer sur l’origine et les raisons du « dissentiment » (terme utilisé par Jaurès) qui opposait alors le tribun de Carmaux au fondateur du Parti ouvrier.

Aux 4.000 personnes présentes, Jean Jaurès déclarait : « Le plus grand plaisir que vous puissiez nous faire, ce n’est pas de nous acclamer, c’est de nous écouter.» Le cœur de ce qui opposait les deux tribuns c’était leurs conceptions respectives du rapport au pouvoir au travers de l’analyse de trois thèmes d’actualité : la définition de la lutte des classes, l’entrée du socialiste Millerand dans le gouvernement de Waldeck-Rousseau et la position du parti dans l’affaire Dreyfus.

Le Journal de Roubaix rendait compte du débat de la manière suivante : « La lutte a été serrée mais courtoise. On s’est dit des choses désagréables d’une façon polie et les dures vérités ont été délicatement servies. Les deux jouteurs avec une adresse merveilleuse ont ferraillé ferme, en évitant les coups dangereux, et malgré quelques corps à corps et quelques bottes secrètes, aucun n’a reçu de blessures trop graves. Et comme la rencontre n’a pas eu de sanction, le procès-verbal peut donc se libeller ainsi : Deux discours ont été échangés sans résultats».

Deux discours échangés sans résultats !

Quel sera le résultat du débat Hamon/Vals de cette semaine ?

Sans doute sans conséquence au plan concret de l’élection présidentielle à venir (on ne voit pas l'un des deux devenir président de la République)  mais peut-être pas négligeable pour l’avenir du P.S et, plus largement, de la gauche en France.

Hamon et Valls ne sont pas Guesde et Jaures. Le débat qui va les opposer au second tour a cependant quelque chose à voir avec celui de leurs lointains ainés.

Repost 0
22 janvier 2017 7 22 /01 /janvier /2017 07:02


Si tous ceux qui croient avoir raison n'avaient pas tort, la vérité ne serait pas loin.

Pierre DAC

Repost 0
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 11:08

Dans les discours des candidats à la primaire du P.S il y a un défaut d’optique qui obère radicalement toutes les propositions qu’ils peuvent faire. Ils nous parlent d’harmonisation sociale à l’échelle européenne, de relance, de fédéralisme budgétaire, de mutualisation de la dette etc. comme s’ils n’avaient pas compris que les décideurs en Europe ont un tout autre objectif.

La substantifique moelle du projet européen est clair : construire un grand marché intérieur dérégulé et soumis à la concurrence « non faussée », baisser les dépenses sociales, organiser un marché du travail totalement flexible à l’échelle continentale, etc. C’est inscrit dans les traités et les traités sont, en l’état actuel des choses, non amendables sans l’unanimité des pays de l’Union.

Et ce n’est pas l’élection à la présidence du parlement européen d’un ami de Berlusconi qui risque de changer quoi que ce soit à la situation !

Alors, soyez sérieux ! Si vous ne prenez pas une position radicale sur l’Europe vous vous condamnez à ne nous vendre que du vent et nous n’avons aucune raison de nous intéresser à votre primaire !

Repost 0
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 08:11

En 1890, déjà, au cours de la première quinzaine de Janvier, la grippe qu'on appelait alors influenza avait fait 66 victimes !

Repost 0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 10:57

Qu’il y ait, chaque année, une journée en l’honneur des gendarmes et des pompiers qui œuvrent au service des populations relève d’une simple logique républicaine.

Dans une société, plurielle quant aux convictions religieuses de ses membres, et dans un Etat qui, constitutionnellement, est laïque et donc ne reconnaît aucun culte, faut-il lier cette cérémonie à une fête religieuse chrétienne ? La réponse est évidemment non !

Les sapeurs-pompiers d’Alboussière ont réglé la question. Alors que la Sainte-Barbe, leur patronne dans la tradition catholique, se fête le 4 décembre, c’est en janvier qu’ils se sont rassemblés, dans leur caserne, après un dépôt de gerbe au monument aux morts, pour une remise de médailles et de diplômes à certains d’entre eux. La référence à Sainte-barbe devient ainsi une référence à caractère culturel qui perd assez largement sa connotation religieuse. Chacun peut donc se retrouver dans ce type de cérémonie quelles que soient ses convictions personnelles en matière de religion.

Une voie à suivre !

Repost 0