Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

3 octobre 2015 6 03 /10 /octobre /2015 08:00

J’ai du mal à comprendre qu’est-ce que notre ministre de l’éducation nationale entend conduire comme politique. Je me demande même si elle en a une ou si elle ne flotte pas au fil des suggestions que tel ou tel de ses visiteurs lui soufflent et surtout si son souci n’est pas essentiellement de faire de la communication.

Un jour elle avance l’idée du retour à l’école primaire de la dictée et même de la dictée … quotidienne. Quelques jours après, dans un courrier au principal syndicat du primaire elle indique qu’il s’agit simplement « de courtes et fréquentes dictées de syllabes ou de mots ». Rien de bien nouveau au regard de ce qui se pratique déjà dans les classes.

Dans ce même courrier, la ministre assure de son « attachement à la liberté pédagogique des enseignants du premier degré, dont la rigueur et le professionnalisme sont reconnus par tous. » ce qui signifie qu’il n’y aura pas obligation de la « dictée » quotidienne. Et les programmes ne parlent en rien d’une dictée quotidienne.

On sait que la dictée sous sa forme traditionnelle n’est pas le meilleur moyen d’apprendre à maîtriser l’orthographe. Pour ses tenants, elle serait à la fois un exercice d’apprentissage dans la mesure où elle met en jeu la démarche par tâtonnements et erreurs corrigées, et d’autre part elle serait aussi un exercice de contrôle indispensable. Evelyne Charmeux commentant cette affirmation disait : elles ne peuvent être vraies toutes les deux : impossible d’être à la fois, un moyen d’apprentissage et un moyen d’évaluation : peut-on maigrir avec une balance ou se soigner avec un thermomètre ?

La ministre serait bien avisée, avant de parler, de s’informer à des sources fiables et de ne pas varier dans ses propos au gré des situations de communication dans lesquelles elle se trouve. L’éducation nationale est une affaire trop sérieuse pour que l’on accepte de pareilles fantaisies de la part de son principal responsable.

Repost 0
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 10:54

J’étais l’autre soir à la réunion de l’association a »Bien vivre à Châteauvert » au cours de laquelle le maire est venu présenter les évolutions du PLU prévues pour le quartier.

Pour noircir, autant qu’il le peut, le projet du prédécesseur il n’a pas fait référence aux décisions qui résultent des discussions que l’ancienne équipe municipale avait conduites avec les associations du quartier, et qui avaient déjà singulièrement fait évoluer les choix, mais aux propositions initiales qui avaient fait l’objet de réserve. Bref… c’est un peu malhonnête mais assez classique.

Sur le fond, le sens des évolutions arrêtées par l’actuelle municipalité peut se résumer ainsi : construire moins haut et moins dense. La justification proposée : pour la qualité de vie dans le quartier.

Certes. On peut l’entendre, mais, observons : construire moins haut et moins dense c’est proposer, sur un même tènement moins de logements et donc renchérir le prix du m2 qui sera offert à l’achat. C’est donc exclure de l’accès à la propriété la partie modeste des acquéreurs potentiels.

N’est-ce pas là, au fond, le but réel recherché qui réjouit certains aujourd’hui ?

Je ne peux pas m’empêcher de me souvenir les diatribes contre les logements sociaux que j’ai entendu lorsque j’étais conseiller référent pour le quartier. Peu.. .donc …cher : c’est une politique !

Repost 0
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 12:14

Le Dauphiné libéré du mercredi 30 septembre consacre une page complète au compte rendu de la réunion du conseil municipal.

La composition de cette page est illustrative de certaines techniques qui, pour faire vendre, choisissent de valoriser l’anecdotique.

Alors que le conseil a délibéré sur 61 textes dont certains sont simplement évoqués dans le compte rendu, le journal a choisi de mettre en relief un incident qui, le conseil étant clos, a opposé deux membres de la minorité : Des caractères gras d’un centimètre et demi en tête de page, une demi-page de relation des faits , un encart en bandeau de première page de journal pour rapporter une altercation verbale de quelques secondes entre deux élus.

Le fait méritait-il d’être rapporté aux lecteurs du Dauphiné Libéré ? Peut-être !

Avec ce luxe de détails et de commentaire s ? Certainement pas si l’on considère que des informations sont complètement ignorées des lecteurs comme le vote d’un agenda pour l’accessibilité des bâtiments municipaux aux handicapés par exemple, sujet qui pourtant ne manque pas d’intérêt.

Il est certes difficile de produire une information rationnelle. Un organe de presse n’est pas un service public et n’est donc pas astreint au devoir d ‘objectivité. On peut parfois cependant s’interroger sur le sens réel des choix éditoriaux qui sont faits.

Repost 0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 07:30

La municipalité dirigée par N. Daragon a, comme c’est bien normal dans la mesure où elle n'a pas approuvé le Plan Local d’urbanisme voté par l’équipe précédente, engagé une modification de celui-ci.

Quand on connait l’importance de ce document d’urbanisme dans la vie et l’organisation spatiale de la ville, il paraîtrait assez naturel que les modifications apportées soient présentées au conseil municipal en séance plénière. Lors de la réunion du 28, le maire a clairement indiqué qu’Il n’en serait rien.

La présentation en commission, sans document écrit et par simple projection d’un Power. Point tient lieu d’information des élus. (Notons que j’étais le seul présent à cette commission et que, évidemment, la faiblesse de mes capacités mémorielles ne permet pas de me souvenir de toutes les modifications proposées concernant, quartier par quartier, les hauteurs d’immeuble, la densité des constructions, les règles spécifiques appliquées à chaque zones … etc. le retour que j’ai pu faire à mes collègues est donc d’une insigne insuffisance.)

Si l’on ajoute que la concertation avec la population prévue dans certains quartiers, a pour objectif avoué est de s’affranchir de l’enquête publique ( voir la délibération 44), c'est-à-dire de se dispenser de l’avis objectif d’un commissaire enquêteur sur les modifications prévues, on se demande si l’équipe en place ne glisse pas de plus en plus sûrement vers un usage totalement pervers de la majorité que les électeurs lui ont donnée.

N. Daragon ne devrait pas oublier que s’il représente 53,54 % des votants, ses minorités représentent les 46,46 % restants.

Une majorité ne confère pas des pouvoirs discrétionnaires.

Repost 0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 12:10

Hier soir, la majorité municipale a refusé de voter un vœu proposé par M. Rivasi dont la conclusion était la suivante : « Nous souhaitons que la Ville s’engage à accueillir des réfugiés et à organiser le plus rapidement possible une table ronde avec l’ensemble de ces acteurs associatifs et les membres de l’agglomération pour coordonner la réalisation de cet accueil.
Le conseil municipal de Valence, réuni le lundi 28 septembre 2015, forme le vœu que la ville de Valence devienne une ville d’accueil des réfugiés et que le gouvernement français l’aide financièrement dans cette démarche de solidarit
é. »

Habillées sous des considérations techniques et « justifiées » par le nombre déjà important de demandeurs d’asile présents sur le territoire de la commune, les raisons réelles de ce refus n’ont certainement pas pu être énoncées.

Que la question des réfugiés fuyant la guerre pour sauver leur vie, devienne l’objet d’une bataille politique masquée au sein d’une municipalité a quelque chose de profondément attristant.

On ne méditera jamais assez cette phrase de J. Donne qu’Hemingway place en exergue d’un de ses romans : la mort de tout homme me diminue, parce que j’appartiens au genre humain ; aussi n’envoie jamais demander pour qui sonne le glas : c’est pour toi qu’il sonne.

Repost 0
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 12:49
Merci pour eux !

Le conseil municipal réuni ce soir (28 septembre) doit être informé du résultat de l’exploitation des parkings concédés en délégation de service public à la société Qpark (Société de droit néerlandais) pour l’année 2014.

Nous serons « rassurés ».

La tarification au quart d’heure imposée par la loi Hamon n’a pas fait de mal aux intérêts de la société. Sur le parking du champ de mars on observe en effet une progression de 13% de la fréquentation et une augmentation du chiffre d’affaires de l’ordre de 25 %.

Repost 0
26 septembre 2015 6 26 /09 /septembre /2015 08:12

Christian Hutin, député du Nord et vice-président du MRC, jeudi 24 septembre 2015.

A l’initiative de Gerard Bapt, député socialiste et président du groupe d’amitié France-Syrie à l’Assemblée nationale, et accompagné de Jerome Lambert, député RRDP de Charente, je me rendrai en Syrie du 26 au 30 septembre. Je rencontrerai à Damas des parlementaires et officiels syriens ainsi que des responsables religieux. Quel est le sens de ce voyage ?

La Syrie connait la guerre civile depuis maintenant 4 ans et se trouve aujourd’hui prise à la gorge par l’expansion de l’Etat islamique jusqu’aux portes de Damas. C’est le peuple qui est touché le premier par ces conflits croisés, comme le montre l’afflux de réfugiés auquel nous faisons face en Europe. Notre visite vise donc d’abord à exprimer notre solidarité avec les victimes et leurs familles. Nous souhaitons également constater la situation humanitaire sur le terrain, les besoins alimentaires, la situation des réfugiés membres de toutes les communautés religieuses ainsi que la situation des hôpitaux.

Sur plan politique, notre message n’est pas le soutien à Bachar Al-Assad, question qui obnubile les médias, mais la nécessité pour la France du dialogue avec les différents acteurs syriens, ce qui inclut le régime. La sortie de la guerre civile ne sera possible que par la construction d’une solution politique viable et non par un effondrement brutal du régime syrien dont les effets seraient catastrophiques. Il est essentiel de concilier la préservation de l’Etat syrien et de son intégrité territoriale avec la préparation d’une transition politique. Au Moyen-Orient comme en Afrique du Nord, la destruction des Etats a été expérimentée pour le plus grand malheur des peuples et la sécurité de la région, comme nous le disons depuis longtemps au MRC.

De la même manière, la lutte contre Daech dans laquelle la France est engagée en Irak comme en Syrie ne peut faire l’économie d’une coordination avec le régime, faute de quoi les frappes seront inefficaces. Le retour autour de la table de puissances régionales telles que l’Iran ou la Russie est une bonne nouvelle, pourvu que nous ne nous mettions pas des bâtons dans les roues en faisant du départ de Bachar Al-Assad le préalable à tout contact avec l’Etat syrien.

Enfin, je crois utile de préciser que ce voyage est effectué à titre privé, ce qui signifie que nous n’entendons pas engager la parole de France et que nous finançons nous-mêmes ce déplacement. Nous concevons notre démarche comme une incitation personnelle au dialogue

Repost 0
25 septembre 2015 5 25 /09 /septembre /2015 10:16

La réunion du conseil communautaire de Valence-Romans-Sud-Rhône Alpes réuni le 24 septembre à Alixan a confirmé la fonction effective de cette instance : une chambre d’enregistrement de décisions prises ailleurs en comité restreint.

Une organisation matérielle « au cordeau » ; une vingtaine de délibérations pratiquement toutes adoptées à l’unanimité à l’exception de quelques unes qui recueillent quelques abstentions (trois ou quatre) voire un ou deux votes contre (jamais plus). Cela concerne trois ou quatre délibérations. Le tout se fait pratiquement sans débat : le rapporteur expose l’objet. S’il y a opposition ou réserve : une brève explication. Le maire de Valence, Président, répond en expliquant que les contestataires n’ont rien compris … et on passe.

Les bancs étaient moins clairsemés que lors de la séance de Juin (voir ma note du 25 de ce mois) mais il y avait tout de même un certain nombre de chaises vides.

Il s’agit d’une assemblée qui, pourtant, théoriquement, délibère et gère un territoire de plus de 200 000 habitants !

Vive la démocratie !

Repost 0
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 10:57

Alexandre MERLOT – Parent d’élève - a lancé cette lettre ouverte

Signez la sur https://www.change.org/

Le 25 septembre prochain, E. LECLERC réitère son opération "Nettoyons la Nature". Si le thème de l’action est noble, la finalité ne l’est pas pour autant. Ne nous y trompons pas! il s’agit bien là d’une formidable et très efficace action de communication. Pour le prix de quelques gants et sacs poubelle le groupe réussit, le temps d’une journée, à faire endosser à nos enfants des gilets tagués de son logo alors même que l’uniforme a été proscrit dans nos écoles. Cette action, loin d’être une opération citoyenne est surtout une formidable opération de propagande commerciale relayée dans tous les médias locaux et nationaux.

Le 25 septembre prochain, dans de nombreuses écoles sera relayée cette action. Je suis moi-même parent et l'on a demandé à mon enfant de participer à cette action contre laquelle je suis fermement opposé!

Nous, parents, n'avons pas attendu E. LECLERC pour éduquer nos enfants. Nous savons à quel point il est essentiel qu'ils prennent conscience de l’importance du tri, de la façon dont sont collectés les déchets et de leur responsabilité vis à vis de l’environnement.

Que les familles ou associations, le week-end répondent favorablement à l’appel de E. LECLERC et sur la base du volontariat, chacun est libre de son action et le but est louable.

Cependant que l’Ecole Publique se fasse le relais d’opérations de communication de groupes commerciaux comme E. LECLERC est déplorable et inacceptable. Que l’Ecole Publique, par facilité, réponde favorablement à une propagande commerciale; qu’elle inculque à nos enfants à grand renfort de dossards, affiches et autres supports à l’effigie de l’enseigne qu’une entité commerciale comme E. LECLERC est un acteur de l’environnement, il y a là un véritable problème de discernement de ceux qui sont en charge par la communauté d’instruire nos enfants en cultivant leur libre arbitre!

A quand le “naming” de nos écoles et la publicité dans les manuels scolaires?

L’Education Nationale compte suffisamment de spécialistes en pédagogie pour ne pas avoir à se compromettre à l’action de communication d’une entité commerciale. Que l’état, l’Education Nationale ou la Commune lance l’opération en faisant appel au mécénat d’entreprise dont le nom pourrait figurer en petit au bas des affiches pourquoi pas, mais pas ça!

Les enseignants pourraient imaginer une opération de ramassage de déchets et autres mises en situation ou jeux de rôles, organisées dans les cours d’école avec des moyens mis à disposition par les communes et uniquement dans ce lieu car il s’agit de leur lieu de vie. Ils l’ont souillée collectivement et la nettoient collectivement. Mais à aucun moment l’école publique ne doit se soumettre à l’action de communication commerciale de quelque enseigne que ce soit.

Le 5 juin est la journée mondiale de l’environnement. Que ce jour, l’Education Nationale décide d’une action pédagogique nationale dans les écoles mais que l’on cesse toute compromission avec des entités dont les objectifs commerciaux sont en totale opposition avec les objectifs pédagogiques de l’enseignement public.

Madame La Ministre Najat VALAUD-BELKACEM, pourriez-vous faire en sorte que l'Ecole Publique demeure un lieu de neutralité en s'interdisant de se faire le relais de telles manifestations. Vous empêcherez ainsi toute forme de conditionnement pour nos enfants.

Nous vous en remercions.

Repost 0
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 18:58

Le conseil communautaire de Valence-Romans-Sud-Rhône–Alpes se réunit demain.

Il devra examiner une délibération qui porte sur une opération d’aménagement d’un espace de 10 hectares situé à l’ouest de l’aéroport de Valence/Chabeuil qui pourrait accueillir des activités liées à l’aéronautique.

La création d’une nouvelle zone de développement économique susceptible de créer des emplois à une époque où le chômage sévit durement, n’est pas sans intérêt.

Il faudra cependant se poser sérieusement la question de la capacité effective d’accueillir à Valence/Chabeuil des équipements autour d’un aéroport dont l’activité n’est pas au plus haut et qui n’est peut-être pas appelée à se développer dans les années qui viennent. On se souvient en effet du rapport de la cour des comptes de 2008 qui avait mis en lumière la difficile optimisation de l’infrastructure aéroportuaire française et les défauts de l'implantation actuelle des aéroports de province.

Il faudra aussi s’interroger sur l’opportunité de sacrifier 10 hectares de terres agricoles au bénéfice d’un aménagement industriel et commercial.

Je voterai certainement la délibération qui appelle à une concertation sur le sujet. Mais avec beaucoup d’interrogations l’opportunité et la viabilité du projet.

Repost 0