Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 07:43

En ses temps où les déclarations définitives bousculent d'autres déclarations définitives, méditons ce proverbe tchadien :

La franchise ne consiste pas à dire tout ce que l'on pense, mais à penser vraiment tout ce que l'on dit.

Repost 0
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 03:31

Il manquait au moins un député à la réunion du Congrès de lundi.

Celui-là même qui a des difficultés à trouver les portes de l’Assemblée à Paris alors, pensez donc, celles du Congrès à Versailles !

Il s’agit évidemment de P. Labaune qui, en un an, selon le site qui enregistre l’activité des députés n’a été présent que sur 19 semaines dans l’hémicycle, alors H. Mariton l’a été sur 31. Il n’a fait aucune intervention ni en commission ni en séance.

S’il n’est pas allé à Versailles … « c’est parce que je savais d’avance que ça ne servait à rien » a-t-il déclaré à la presse qui reprend ses propos.

En septembre 2006, sur ce blog qui venait d’ouvrir, je posais la question : Le député de la 1ère circonscription de la Drôme sert-il à quelque chose ?

Neuf ans après la même question se pose… et elle a la même réponse.

Repost 0
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 17:57

Avant l’ouverture du conseil municipal, le maire a autorisé un représentant de l’ASTI à intervenir.
Cette association a développé l’idée centrale contenue dans le communiqué qu’elle avait remis à la presse :

Nous souhaitions de nouveau attirer votre attention sur la nécessité de conserver nos locaux à Rossini. Notre objectif principal dans ce quartier est de tisser, voire retisser du lien social dans un contexte de plus en plus tendu. C’est un travail de fourmi, parfois soumis à de graves crises, mais qui a pu redonner au cours des ans à de nombreux habitants et leurs enfants (qui devenus grands, nous l’ont confié), le désir d’agir en citoyens actifs et responsables.

Nous vous rappelons que l’accompagnement scolaire, les ateliers pédagogiques, l’aide à la parentalité, les cours de français, les ateliers théâtre et la formation à la citoyenneté active bénéficient à environ 30 enfants et une cinquantaine d’adultes. C’est ainsi que dans nos locaux au cœur du quartier, les personnes de cultures et de religions diverses se rencontrent et réfléchissent au vivre ensemble et à l’avenir, dans un esprit que l’on s’applique à maintenir laïc et pacifique.

Aujourd’hui plus que jamais, nous devrons pour le bénéfice de tous et toutes, unir nos énergies et travailler dans le sens des valeurs républicaines, comme nous l’avons fait depuis 1981 avec toutes les équipes municipales qui se sont succédé.

Le départ de l’ASTI serait vécu comme un abandon et la place serait rapidement occupée pour répandre des idées contraires à nos valeurs.

Il faut lire cette déclaration à la lumière des évènements que nous connaissons.

La réponse du maire qui a consisté à faire le procès de cette association et de l’action qu’elle conduit principalement auprès des immigrés, action «qui ne correspond pas aux orientations de la ville », justifie à elle seule notre refus de participer au débat.

En effet, nous aurions inévitablement été conduits à mettre en lumière les contradictions flagrantes d'un élu qui prône la défense des valeurs républicaines, qui se fait le défenseur de l'union nationale mais qui met en difficulté une association qui agit précisément en ce sens dans un quartier particulièrement difficile.

Il est clair, parce que nous savons des pratiques du débat de notre premier magistrat, que le ton serait inévitablement monté. C’était hors de propos pour nous en ce jour de deuil national. Nous avons fait preuve de beaucoup de sang-froid en rengainant nos interventions. Mais ce n’est évidemment que partie remise. Nous reviendrons évidemment sur le sujet pour dénoncer des propos qui traduisent une forme d’irresponsabilité de la part du maire.

Repost 0
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 07:42

Le conseil municipal de Valence s’est tenu hier soir dans des conditions très particulières.

Depuis les évènements de vendredi soir, le maire de VALENCE a pris un certain nombre d’initiatives tendant à marquer l’unité des Valentinois dans les heures difficiles que vit le pays. Il l’a fait sans jamais prendre contact avec les représentants de la minorité du conseil y compris lorsqu’il a publié un communiqué en son nom et celui de tous les élus de conseil municipal. Dans un esprit d’unité, ces minoritaires ont participé à toutes les manifestations.

Ils ont demandé le report du conseil municipal d’au moins 48 heures au motif exprimé ainsi en ouverture de la réunion du conseil : « comment débattre ce soir de sujets sur lesquels nous avons des divergences majeurs avec vos positions : situation faite à l’ASTI ; accusations publiques infondées portées contre notre collègue Zabida Nakib-Collomb ; nouveau périmètre intercommunal ; orientations budgétaires… comme si rien ne s'était passé. Nous ne voulons ni affadir, ni modérer, ni nuancer les oppositions qui sont les nôtres, mais nous ne voulons pas le faire alors que nous sommes dans le cadre des trois journées de deuil national décrétées par le chef de l’Etat et que priorité doit être donnée à ce qui réuni plutôt qu’à ce qui divise. »

Le maire ayant refusé de reporter le conseil, la minorité a assisté à la séance sans participer ni au débat ni au vote. Il s’agissait pour nous de marquer que nous étions évidemment concernés par les questions à l’ordre du jour, mais que, de notre point de vue, les conditions n’étaient pas réunies pour un débat au fond.

N.B : 1° pour des raisons explicitement politiques confirmées lors de sa réponse à une intervention de l’association, le maire retire son local et ses subventions à l’Association de Soutien à Tous les immigrés)

2° Le maire accuse notre collègue de manquement à ses devoirs d’élu sur la base d’un rapport dont il refuse de communiquer le contenu.

Repost 0
9 novembre 2015 1 09 /11 /novembre /2015 11:10

Le blog vaquera une semaine pour la cause ci-jointe

Voir les commentaires

Repost 0
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 10:24

Ainsi comprise, la laïcité ne pose aucun problème à l'Enseignement catholique, et je considère que réciproquement l'Enseignement catholique ne lui pose nul problème. Ses établissements sont ouverts à tous, sans quelque distinction que ce soit. La loi reconnaît leur spécificité et leur capacité à mettre en œuvre leur projet chrétien (le « caractère propre »), mais ils s'interdisent tout prosélytisme et respectent le pluralisme des identités, des croyances et de l'absence de croyance.

Pascal Balmand - Secrétaire général de l'Enseignement catholique

art. 181 La tutelle est garante de la dynamique missionnaire de l’école catholique. Elle veille particulièrement à ce que les responsables, en particulier le chef d’établissement et l’organisme de gestion, s’inscrivent dans cette mission reçue de l’Église, et à ce que toute leur activité trouve sa source dans l’Évangile reçu dans la Tradition de l’Église et dans la conception chrétienne de l’homme qui en est l’expression.

Statut de l’enseignement catholique en France - Publié le 1er juin 2013

Repost 0
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 11:32
Non à l'arbitraire

Le maire de Valence continue d’accuser Zabida Nakib-Colomb de comportement inadapté à sa fonction d’officier d’état civil lors de la célébration d’un mariage.

N’étant pas lui-même témoin des faits reprochés, il porte ses accusations sur la base « d’un rapport circonstancié établi par des agents municipaux ». Il refuse de communiquer à l’accusée les termes de ce rapport prétendant qu’il s’agit « d’un document interne ».

Toute proportion gardée, cette affaire en rappelle une autre.

Un homme fut accusé de comportement inadapté. Un dossier secret, dont le contenu ne fut pas porté à la connaissance de l’accusé et de ses défenseurs, fut remis au président du tribunal pour justifier l’accusation. L’homme fut condamné et envoyé au bagne. Quelques années plus tard, il fut établi que ce dossier n’était qu’un faux bâti pour les besoins de l’accusation portée et soutenue sans preuve.

Vous avez compris qu’il s’agit de l’affaire Dreyfus.

Un accusé, quel qu’il soit, a le droit de savoir qui l’accuse et de quoi précisément. Même à Venise les dénonciations confiées à la « bocca di leone » devaient être signées et appuyées de témoignages. Et lorsqu’une dénonciation était prise en compte, une enquête contradictoire était diligentée pour vérifier les faits.

On ne saurait trop conseiller au maire de Valence, s’il est de bonne foi, de ne pas s’enferrer dans la stratégie du « bordereau secret ».

Repost 0
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 11:44
Vous avez dit unité ?

Nos amis socialistes ont une curieuse conception de l’unité.

Ils ont organisé un référendum populaire pour réclamera l’unité des candidatures à gauche pour les prochaines élections régionales. On pouvait s’attendre à ce que les listes qu’ils proposent reflètent cette volonté unitaire.

Qu’observons nous, dans nos deux départements Drôme et Ardèche ?

En Ardèche, sur 11 candidats, 9 sont estampillés P.S. Les deux seuls candidats non adhérents à ce parti sont positionnés en 8ème et 10ème position, c’est-à dire sans aucune chance d’être élus.

En Drôme, même scénario. Sur 15 candidats, 13 sont adhérents au P.S. Les deux non P.S sont placés en 8ème et 10ème places, c’est-à-dire sans aucun risque pour eux de siéger à l’assemblée régionale.

Comme je le dis parfois : le P.S, sûr de lui et dominateur, veut des supplétifs et non des alliés. Il n’est pas certain que ce soit de bonne stratégie pour faire gagner la gauche.

Repost 0
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 20:40

La loi relative à « la transition énergétique pour la croissance verte » a été publiée au journal officiel le 18 août 2015. Cette loi ouvre la porte aux privatisations dans le domaine de l’énergie.

Soumise aux injonctions de Bruxelles, la France serait désormais contrainte d’interdire à EDF – société à capitaux majoritairement publics depuis 2004 - de candidater aux appels d’offres lors des renouvellements des concessions hydrauliques (gestion des barrages hydroélectriques)

Par ailleurs, au 1er Janvier 2016, les PME et les collectivités locales ne pourront plus bénéficier des tarifs du service public et devront acheter leur énergie sur le marché concurrentiel.

Il faut faire obstacle fà ces mesures de déréglementation et de casse du service public.

Tout comme l'eau, l’accès à l’énergie, bien commun nécessaire à tous, doit être garanti par un service public national.
Il y a là un grand dessein pour les démocrates..

.

Repost 0
3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 17:08

Le président du conseil général supprime les crédits pour rémunérer les interprètes aidant les étrangers dans leurs rapports avec les services sociaux.

Le maire de Valence retire à l'ASTI (Association de Solidarité avec Tous les Immigrés) la subvention municipale dont elle bénéficiait jusqu'ici et lui demande de quitter les locaux mis à sa disposition.

On a le sentiment très clair que les élus départementaux du parti de N. Sarkozy ont engagé une course à l'échalote pour séduire les électeurs à qui l'étranger fait peur.

Mais, priver de ses moyens d'action une association qui oeuvre pour accompagner les étrangers dans leurs démarches administratives, leur apprentissage du français,etc.. et donc contribue à faciliter leur intégration, n'est certainement pas un moyen très efficace de répondre aux problèmes posés, ne contribue pas à faciliter le dialogue et, au final, entretient et cultive les raisons de la peur plus qu'à les faire disparaître..

Des élus responsables, réellement soucieux du bien commun, ne se comporteraient pas ainsi.

Les objectifs électoralistes à courte vue sont la matrice de problèmes qui deviendront un jour de véritables dangers pour nos sociétés.

Repost 0