Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

13 septembre 2017 3 13 /09 /septembre /2017 17:50

Le 8 septembre 2017, le nouveau Maire de Lyon, Georges KEPENEKIAN, est, comme son prédécesseur, allé à Canossa, en prosternant le « trône » lyonnais devant l'autel en la basilique de Fourvière.  Ce voeu des échevins, datant de 1643, aboli durant la révolution française puis rétabli sous Vichy, consiste, pour les édiles lyonnais, à placer la ville sous la protection et le patronage de l’Église durant une messe consacrée.

Les associations républicaines et laïques, locales et nationales soussignées, plus nombreuses cette année, ont organisé à cette occasion une contre-manifestation devant la basilique afin de rappeler qu'en République, l’État et les Églises sont séparés depuis 1905.

De nombreux lyonnais ont appris à cette occasion l'existence de cette « tradition » moyenâgeuse, et beaucoup se sont étonné, voire offusqué, de cette entorse au principe constitutionnel de laïcité. En revanche, nous regrettons qu'aucun élu ne soit venu en discuter avec nous: sans doute parce qu'ils n'avaient aucun argument sérieux pour justifier une démarche cyniquement électoraliste. Ces élus de tous bords y côtoyèrent même, sans complexe, une célèbre responsable de la « manif pour tous ». Si la République laïque se meurt, la République des compromissions cultuelles est bien en marche !

Plus surprenante encore, la présence de l'ex-maire de Lyon, Gérard COLLOMB, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur chargé des cultes ne pouvait avoir d'autre signification que d'apporter la caution du gouvernement. Ceci est aussi valable pour les représentants de l’Etat, cadres préfectoraux ou militaires présents es-qualité. Rien d'étonnant quand on connaît l'intention du même gouvernement de créer une instance officielle « interconfessionnelle », mêlant ainsi l'Etat à l'organisation des cultes : un détricotage organisé de la loi de 1905.

La presse locale et nationale a largement fait écho à notre action.

Nous entendons la poursuivre et l'élargir et nous appelons tous les laïques et républicains à une extrême vigilance.

Lyon le 10 septembre 2017

 

Les associations organisatrices signataires : Cercle Maurice Allard, Le Poing Commun, Comité 1905 Auvergne-Rhône-Alpes, UFAL (Union des Familles Laïques), Forces Laïques 69.

Repost 0
13 septembre 2017 3 13 /09 /septembre /2017 11:06

Dans une interview publiée dans L'Express, le ministre de l'éducation annonce qu'il envisage de mettre en place une "cellule laïcité" au ministère de l’éducation. Le but : lutter contre les "dérives" religieuses et "trouver les meilleures solutions afin que les valeurs de la République soient pleinement respectées"."Il ne faut admettre aucun phénomène de prosélytisme ni aucune pression", ajoute-t-il faisant référence à  la loi de 2004 sur l'interdiction du port de signes religieux à l'école, qu’il qualifie de loi "simple et claire".

"Ces dérives, la République et l'école doivent les regarder en face. Nous devons réaffirmer le projet républicain, qui se résume à ces quatre mots: liberté, égalité, fraternité, laïcité", déclare le ministre.

L’an dernier, 600 signalements de radicalisation dans les établissements scolaires sont parvenus au ministère.

Repost 0
12 septembre 2017 2 12 /09 /septembre /2017 19:06

Ce mardi après-midi, selon de Dauphiné libéré, près de 2500 personnes ont défilé dans les rues de Valence pour le retrait de ordonnances modifiant le code du travail.

La CGT, la FSu appelaient au rassemblement. On a y pu voir plusieurs banderoles FO

                            

P.S         Au cours du premier semestre 2017, les entreprises du CAC 40 ont engrangé 50,2 milliards d’euros de bénéfices nets, en hausse de 22,2 % sur 2016.. Elles ont bien besoin de la flexibilité de l'emploi prévue par les ordonannces

Repost 0
11 septembre 2017 1 11 /09 /septembre /2017 16:17

"Les fainéants, les cyniques et les extrêmes, on en a eu la preuve par l'exemple ce week-end : ce sont ceux qui ont fait que depuis 30 ans ce pays n'a pas bougé, n'a pas su mettre en place des réformes parfois difficiles" : déclaration ce jour de Benjamin Griveaux, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances,

Mr Griveaux qui , évidemment n’est responsable de rien dans la situation actuelle, a été : conseiller municipal PS de Châlons sur Saône en 2008 ;vice-président de l'agglomération ; Vice-président du conseil de Saône et loire sous la présidence d'Arnaud Montebourg ; Membre du bureau national du PS en 2012.

Repost 0
10 septembre 2017 7 10 /09 /septembre /2017 11:05

Communiqué de Jean-Luc Laurent, président du MRC, le 09 septembre 201

Après la loi travail que le Mouvement Républicain et Citoyen a combattue, les ordonnances vont encore plus loin dans la réduction des protections des salariés et ouvrent en grand les portes à la flexibilité et à la libéralisation du droit du travail. Les gouvernements se suivent et chacun en rajoute pour être le bon élève de l'Union européenne qui a invité le 14 juillet 2015 la France a "réformer le droit du travail". Et avec l'Union européenne, on sait que la réforme signifie la régression sociale.
 
Le MRC est aux côtés des salariés et des citoyens qui s'opposent aux ordonnances. Tenant compte de la diversité syndicale de ses adhérents, le MRC laisse ses militants libres de choisir la forme et les modalités de leur expression dans les initiatives prises par les syndicats.
 
Pour cacher la réalité de son projet, le gouvernement cherche à convaincre les citoyens que les ordonnances vont permettre la création d'emplois puisqu'elles sont destinées aux petites entreprises. C'est un leurre : les petites entreprises n'ont pas les moyens de négocier les accords d'entreprises. En réalité les ordonnances sont faites pour les grandes entreprises qui auront la possibilité de déroger à la loi par l'accord d'entreprise. Celles-ci vont pouvoir faire fonctionner à plein régime la flexibilité, la simplification du droit du licenciement et la diminution de son contrôle. Elles vont bénéficier de l'extension des accords d'entreprises au delà de ce qui avait déjà été engagé par la loi El Khomri. Les ordonnances qui amplifient la remise en cause de la hiérarchie des normes avec la diminution du socle des droits et des protections au niveau de la loi, la réduction de la négociation au niveau des branches professionnelles et l'accroissement des compétences au niveau des entreprises, sont, comme hier avec la loi Travail, inacceptables. D'autant qu'un déséquilibre entre ce qui procède de la loi et ce qui est le résultat de la négociation entre patrons et représentants syndicaux est aussi complètement rompu.
 
La fin de la prise en compte du périmètre monde pour une multinationale est une régression majeure qui supprime une protection face à la mondialisation libérale. Une multinationale pourra ainsi avoir de bons résultats au niveau du groupe et licencier librement dans sa filiale en France puisque c'est au niveau national seulement que sera désormais apprécié le sérieux des difficultés d'une entreprise. Dans ces entreprises multinationales, les salariés seront livrés aux risques de délocalisations et aux licenciements boursiers. Et plus besoin de proposer aux salariés des offres d'emplois, une liste de propositions suffira désormais !
 
Le retrait de la compétence aux branches professionnelles sur les éléments de rémunérations qui pourront être fixées par un accord d'entreprise, va augmenter les inégalités entre salariés. Cela va aussi favoriser une concurrence exacerbée entre les entreprises et un dumping social des grosses entreprises sur les petites d'autant que beaucoup d'entre elles sont leurs sous-traitantes.
 
Les ordonnances affaiblissent les représentants des salariés: le progrès aurait consisté à les faire entrer dans les conseils d'administration des entreprises pour qu'ils soient informés sur la vie des entreprises et parties prenante de leur avenir. Ici aussi, les petites entreprises et leurs salariés seront les perdants.
 
Ce n'est pas avec cette politique sociale que la France connaîtra la prospérité et du travail pour tous. Avec les ordonnances travail, le Président de la République ne fait pas entrer la France dans le 21ème siècle. C'est marche arrière vers le 19ème siècle.

Repost 0
9 septembre 2017 6 09 /09 /septembre /2017 15:23

Au mois d’Août, lors de sa conférence de presse en Bulgarie, il insultait copieusement le gouvernement polonais  qui selon lui « foule aux pieds les valeurs européennes ». Il se permettait d’ajouter : « la Pologne se met en marge et décide d'aller à l'encontre des intérêts européens sur de nombreux sujets. Le peuple polonais mérite mieux que cela et la première ministre aura beaucoup de mal à expliquer qu'il est bon de mal payer les Polonais ».

Hier, depuis Athènes, il s’en prend à ces français qui ne veulent pas se laisser « réformer » : «"Je ne cèderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes."  A Bucarest il avait déjà dit : "les Français détestent les réformes, il faut leur expliquer".

A gros : Polonais, Français ... tous des cons qui ne comprennent rien au nouveau génie de l'Europe !

Il ira jusqu'où ?

Repost 0
8 septembre 2017 5 08 /09 /septembre /2017 12:13

Emmanuel Macron  ait été incontestablement élu par le peuple. Les candidats députés investis par son mouvement ont conquis la majorité au parlement à l’issue d’un vote régulier. Pour autant, ne sommes nous pas en train de nous voir imposer une forme de « démocratie » qui doit soulever des interrogations ?

Les députés sont censés représenter le peuple et contrôler le gouvernement.

Sauf que, dans le cas présent, ils ont été sélectionnés en quelques jours, non par le peuple mais, sur profil, par des recruteurs professionnels, à partir de critères imposés par le président. Ils ont certes été validés par l’élection mais ils représentent d’abord le président qui les a choisis. Ils en sont, en quelque sorte, les « créatures ». Pas très facile pour eux, dans ces conditions, d’exercer leur droit …et leur devoir… de contrôle.

De même, le parti du président n’est pas un parti tout à fait comme les autres. Ses dirigeants ne sont pas élus par les adhérents mais nommés par la direction nationale. Lundi dernier, la direction ardéchoise du mouvement a été présentée aux adhérents et non désignée par eux. On rencontre ce mode d’organisation dans les sectes ou les Eglises pas dans les organisations démocratiques.

Et au dessus de tout il y a le chef qui décide.

On a déjà connu ça dans l’histoire… et pas forcément pour le meilleur !

Repost 0
7 septembre 2017 4 07 /09 /septembre /2017 11:42

Dans la première moitié du 17ème siècle, la peste sévit à Lyon. En 1643, devant le fléau, les échevins, responsables de la Ville, promettent de faire un pèlerinage à Fourvière chaque année, d’y entendre la messe et d’offrir un écu d’or et un cierge. Peu après le mal recule et leur vœu est exaucé. Depuis cette date, chaque 8 septembre, le maire de Lyon et les élus montent à Fourvière perpétuer cet engagement et l’archevêque, depuis le balcon de la Basilique, bénit la ville avec le Saint Sacrement. Trois coups de canon annoncent cette bénédiction.

Le programme de cette année : 17h30 : Messe et bénédiction de la ville de Lyon
19h15 : Discours sur l’esplanade de Mr Desmarescaux, Président de la Fondation Fourvière ; Mr Képénékian, Maire de Lyon ; S. ém. le Cardinal Philippe Barbarin

On sait que Gérard Collomb, ministre de l’intérieur chargé des cultes sera de la cérémonie !

On arguera de la tradition pour justifier cette cérémonie.  Pourquoi pas ? Ceux qui croient aux miracles ont bien le droit de le dire. Mais la présence du maire, représentant de tous les lyonnais (catholiques, protestants, musulmans, juifs …. agnostiques, athées) peut-elle trouver dans un « engagement » datant de 1643 la moindre justification ? En aucun cas.

La tradition a bon dos pour "justifier" une entorse majeure à la laïcité des institutions de la République.

Repost 0
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 11:46

« Je dis merci au PSG » a déclaré hier à Valence la ministre des sports se félicitant de l’achat pour 222 millions d’euros d’un joueur brésilien.

Un tel propos a de quoi surprendre surtout lorsque la ministre ajoute : nos jeunes vont pratiquer le foot et se prendre pour Neymar ! Et sans doute  rêver de gagner des millions d’euros par an!

Laura Flessel ignore-t-elle que le PSG appartient à 100% au Quatar ? Ignore-t-elle que cet Etat est un appui fidèle des « Frères musulmans », qu’il est régulièrement accusé de soutenir les mouvements extrémistes, et qu’il n’est sans doute pas au premier rang dans le respect des droits de l’homme ?

Le sport business est un fait économique majeur. Le Quatar nous achète des armes et nos clubs de foot. On n’est pas obligé pour autant de le remercier publiquement pour ça.

Repost 0
5 septembre 2017 2 05 /09 /septembre /2017 15:53

Cette rentrée scolaire donne le désagréable sentiment que la dénationalisation du système éducatif français est en route et progresse un peu plus chaque année.  Dans l'organisation de l'école, les situations locales priment sur la volonté de faire vivre un système où chaque enfant trouverait, sur quelque portion du territoire qu’il réside, un proposition d’école commune pour tous.

Ici on pratiquera la semaine de 4 jours, là de quatre jours et demi. Ici on aura des garderies, là on n’en aura pas faute de pérennité des emplois aidés.  Ici on aura une cantine, là on n’en aura pas. Les horaires seront variables au grès des décisions municipales.   Demain les programmes ?

L’existence d’une éducation nationale reste à mes yeux une exigence républicaine majeure.

Repost 0