Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

26 septembre 2017 2 26 /09 /septembre /2017 11:35

Lors de la présentation à la population des projets concernant la base ville, beaucoup d’auditeurs – et parmi eux  la journaliste présente – semblent avoir pu croire que la création d’une « Cité de la gastronomie » sur le site de la piscine Jean Bouin n’était pas une perspective aussi certaine que certains voudraient le donner à penser.

Le maire a fait de la réalisation de cet équipement un des projets phares de son mandat, mais à mi-parcours, on ne parle plus que de la « potentielle » cité de la gastronomie (c’est le journal qui souligne) qui pourrait n’être qu’un « complexe » dédié.

Le tour de table financier est-il difficile a boucler ? Les promesses de subventions difficiles à obtenir ?

« Même si la fameuse Cité ne devait pas voir le jour » dit l’article du D.L rendant compte de la réunion publique… Peut-être le maire en dira-t-il plus sur le sujet au prochain conseil municipal ?

Repost 0
25 septembre 2017 1 25 /09 /septembre /2017 11:52

La démocratie est fragile. Elle n’a de possibilité d’exister durablement que si l’on peut avoir confiance à ceux que l’on désigne pour nous représenter et exercer, en notre nom, les responsabilités de l’organisation de la vie commune.

La démocratie exige que les élus  soient fidèles à la parole donnée et aux engagements pris. Elle ne peut subsister que sur la base de la confiance. Dans notre système de démocratie représentative, élire quelqu’un c’est lui confier un mandat, celui de défendre ce que l’on croit juste et bon pour la collectivité.  Dès lors que l’élu s’affranchit du mandat qui lui a été donné pour ne plus agir que selon l’air du temps, ses envies ou ses intérêts personnels, c’est toute la logique du système qui s’écroule et c'est la démocratie qui meurt.

Un élu peut changer d’avis. Il n’en reste pas moins honorable. Mais il ne peut pas utiliser la confiance qui lui a été faite par ses mandats pour agir en sens inverse de ce qu’il s’était engagé à faire en se présentant aux suffrages. Alors il perd son honneur.

En politique, nul n'est dispensé d'avoir des principes, et d'y demeurer fidèle.

Repost 0
24 septembre 2017 7 24 /09 /septembre /2017 07:51

Intervenant dans un colloque organisé par la Fédération protestante de France à la mairie de Paris, le président de la République a déclaré, «la laïcité n'est pas la négation des religions» mais «la capacité à faire dialoguer les religions dans un débat fécond».

Encore une belle bourde qui  témoigne, soit d’une véritable inculture, soit d’une contribution volontaire à une tentative de dévoiement de la  laïcité. Si la laïcité n’est effectivement pas la négation des religions elle n’a pour autant rien à voir avec quelque participation que ce soit au dialogue interreligieux et surtout pas pour l'organiser. La laïcité n’est pas l’œcuménisme.

Repost 0
23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 09:33

La presse du jour annonce que, à la suite de démissions (pour raisons personnelles) deux nouveaux élus siègeront dans le groupe majoritaire à la mairie de Valence.

Pour l’un d’entre eux il s’agit du remplacement normal d’un élu majoritaire par le suivant de liste. Que cet élu se réclame de « La République en marche » ne pose pas de problème. Elu sur la liste majoritaire, il siègera normalement dans la majorité. C’est aux membres de LREM d’apprécier s’il s’agit d’une position personnelle  où si leur courant est collectivement  engagé, par là, dans la majorité municipale.

Pour l’autre, élue sur la liste minoritaire alors conduite par Alain Maurice, son ralliement à N. Daragon interpelle. En effet, cette élue l’a été sur une liste et un programme opposés au maire actuel.  Les électeurs qui ont voté pour la liste à laquelle elle appartenait ne souhaitaient manifestement pas porter N. Daragon à la mairie. Prendre aujourd’hui des responsabilités de conseiller délégué dans l’équipe majoritaire, c’est manifestement trahir le mandat qu’elle a reçu.

Chacun a évidemment la liberté de changer d’opinion mais cela n’inclut pas le droit de voter à l’inverse du mandat que les électeurs ont donné. L’argument qui consiste à prétendre qu’en agissant ainsi cette élue veut être « constructive » n’a pas de sens et n’est pas recevable. Tous les élus – majorité comme minorité – ont vocation à être constructifs. Les minoritaires votent régulièrement les propositions qui leur paraissent raisonnables. On peut être minoritaire et constructif.

Etre élu sur une liste et rejoindre le concurrent : voilà une pratique qui ne peut pas contribuer à donner confiance aux électeurs quant à la rigueur et au sérieux de leurs élus et qui alimente le rejet du politique. La démocratie n’a pas besoin de ce type de comportement. En incluant dans son équipe un transfuge de la minorité, le maire montre qu’il n’est lui-même pas très soucieux de respecter cette démocratie.

NB : Transfuge : personne qui trahit sa cause, sa mission (Petit Robert)

Repost 0
22 septembre 2017 5 22 /09 /septembre /2017 12:36

La démocratie ce n’est pas la rue ! Certes.

Mais peut-on ignorer :

qu’au premier tour de la présidentielles le président élu a rassemblé  18,4% des inscrits ?

que plus du quart des électeurs ne se sont pas rendus aux urnes au second tour ?

que les députés ont été désigné avec un taux d’abstention de 57% ?

Président et assemblée aux ordres sont évidemment légitimes selon les règles de notre constitution, mais peuvent-ils s’autoriser à ignorer ce que dit la rue ?

 Rien n’est moins sûr.

Repost 0
18 septembre 2017 1 18 /09 /septembre /2017 09:43

                                                      Rencontre amicale à  ?

Voir les commentaires

Repost 0
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 12:30

À l'occasion des journées du patrimoine le Président a rendu visite à  une classe de CM2. Il a joué les profs d'histoire, en disant aux enfants,  à propos de l’édit de Villers-Cotterêt : "à ce moment-là, dans son château, le roi a décidé que tous ceux qui étaient dans son royaume devaient parler français". Séquence pédagogie immortalisée par les services du chef de l'État puis relayée sur son compte Twitter.

Sauf que cette affirmation est une sottise. L'édit en question n'impose le français que pour les actes légaux et notariés. Il le fait contre le latin utilisé jusqu’alors.  En aucun cas il ne fait du français la langue unique du royaume. La Révolution puis la IIIème république ont conduit une politique de promotion du français contre les langues régionales et les patois. Mais le français ne figure comme langue officielle de la France qu’avec la révision constitutionnelle du 4 août 1995 (Article 2 revu)

Version initiale de la constitution de 1958 : Article 2
La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances.
L'emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge.
L'hymne national est la « Marseillaise ».
La devise de la République est « Liberté, Égalité, Fraternité ».
Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple

 
Version 1995 : Article 2 : Article 2.

La langue de la République est le français.
L'emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge.
L'hymne national est « La Marseillaise ».
La devise de la République est « Liberté, Égalité, Fraternité ».
Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.

(Le premier alinéa de la version initiale devient l’article 1er de la version 1995)

Il faut que le Président révise avant de parler !

Repost 0
16 septembre 2017 6 16 /09 /septembre /2017 11:23

Communiqué de Jean-Luc Laurent, président du MRC, le 15 septembre 2017

Pour atteindre l'engagement des 3% de déficit public en 2018 selon les critères de la doxa libérale européenne, le gouvernement fait les poches des autres.


Après avoir annoncé cet été que les collectivités locales devaient réduire de 13 milliards leurs dépenses durant la durée du quinquennat, le gouvernement veut opérer un racket de 2 milliards sur les organismes HLM en diminuant les APL. Les étudiants et les locataires modestes vont déjà subir une ponction annuelle de 60 euros sur l'APL. Maintenant le gouvernement veut baisser de 50 euros par mois les APL versés aux bailleurs HLM et leur demande de diminuer les loyers du même montant pour ne pas pénaliser les locataires. Des familles modestes encore pénalisées et des bailleurs sociaux qui auront des moyens financiers en moins pour entretenir et rénover les logements et en construire des nouveaux, c'est clairement une politique à courte vue et d'injustice sociale. D'autant qu'il est prévu de réduire l'impôt sur la fortune aux seuls revenus du patrimoine. Le président de la République a annoncé dans le même temps une réforme du logement pour développer la construction mais qui consiste à déréglementer les normes.


Pourtant la construction de logements est en forte hausse (+10% en un an). Les normes actuelles ne créent donc pas de frein à la construction. Et surtout, il ne faut pas oublier que les normes environnementales et urbaines sont nécessaires pour avoir des logements de qualité qui permettent de diminuer les charges pour les propriétaires occupants et les locataires, et d'avoir des quartiers plus agréables à vivre

Repost 0
15 septembre 2017 5 15 /09 /septembre /2017 11:17

Le dernier rapport de l’OCDE « Regards sur l’éducation » pointe un certain nombre de failles du système éducatif français.

L’enseignement primaire, essentiel pour la construction de base des savoirs, est le parent pauvre. Selon le rapport, la France dépense 7400 dollars par élève du primaire et 10 300 pour le collège. Cela nous place à la traine dans le classement international.

Par ailleurs, la crise du recrutement des enseignants s’aggrave d’année en année. La profession est de moins en moins attractive. 7% des enseignants seulement choisissent la filière. Le salaire des profs des écoles est inférieur de 9% à la moyenne des salaires pratiqués dans les pays de l’OCDE.

Le ministre de l’éducation jettera-t-il un coup d’œil sur ce rapport ?

Le rapport intégral est consultable sur Internet

Repost 0
14 septembre 2017 4 14 /09 /septembre /2017 11:42

Le 4 juillet dernier, pour visiter le sous-marin « Le Terrible », sur l'Ile Longue, le président avait revêtu la tenue de la Marine nationale.

Le 20 juillet, sur la base aérienne d’Istres, il a enfilé une tenue d’aviateur.

Mardi dernier, selon l’envoyé spécial de RTL , sur l’ile de St Martin, le président, avoir patrouillé une partie de la nuit avec les gendarmes, a dormi dans un lit de camp et a fait sa toilette avec un seau.

Waououh ! Quel homme ! Nous devons renouer avec l'héroïsme politique a-t-il dit dans son interview au Point. Se déguiser en baroudeur doit faire partie du programme.

C’est son ancienne prof de théâtre qui doit être heureuse des prestations de son pupille capable de se glisser dans la peau de personnages divers. Lors du prochain défilé contre les ordonnances on le verra peut-être déguisé en manifestant !

Repost 0