Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

21 janvier 2007 7 21 /01 /janvier /2007 00:08

Le choix d"implanter la ligne de chemin de fer le long des remparts plutôt que dans la basse ville (ce qui était initialement prévu) oblige, pour tenir compte de l"altimètrie du terrain, à creuser une importante tranchée qui balafre l"espace, à l"Est des remparts, le long de la route impériale n° 7.

Le 20 décembre 1852, le conseil municipal examine un rapport présenté par M. de Lachesserie sur les plans fournis par la compagnie. Ces plans font l"objet de beaucoup de réserves. " La promenade du Cagnard si importante pour la circulation et si encombrée les jours de foire décheoit en même temps au point de vie de l"agrément, de l"espace et des relations. " Du point de vue de la sécurité, la fosse pose problèmes. Ne peut-on craindre qu"un animal effrayé ou un homme ivre ne tombent malencontreusement sur les voies ? Pour pallier ce risque, il faudra créer un parapet tout au long de la tranchée, ce qui mutilera le paysage : " Cette promenade sera séparée de la route n°7 et des maisons qui la bordent au levant par un espace infranchissable… et des parapets qui donneront un aspect triste et disgracieux au quartier de la ville le plus animé et qui va devenir le plus prospère. " Le conseil réclame donc un tunnel. La compagnie Talabot, concessionnaire de la ligne, refuse !

C"est le conseil municipal du 18 mars 1866 qui, après un long conflit avec la compagnie concessionnaire, constate enfin un accord pour tranformer la tranchée en tunnel !

Le 6 août 1866, le conseil accepte le projet Bordessoul pour la construction de l"ouvrage qui comprendra le pont Notre Dame, au droit de la rue des Alpes, laquelle vient d"être ouverte le 27 février à travers des propriétés Fabry et Joulie.

Le 15 mai 1867, sous maîtrise d"ouvrage de la compagnie, le conseil muncipal autorise le maire à lancer les opérations de couverture de la tranchée qui seront menés par l"entreprise Longueville entre le 8 novembre 1867 et le 12 août 1868 date à laquelle le pont à l"entrée de la rue des alpes est livré à la circulation.

Le coût prévisionnel établi par M. Poinçot, ingénieur, à la demande du préfet, estimait l"opération à quelques 96 000 francs, mais la compagnie PLM pensait qu"on pourrait s"en tirer avec 80 000 si on construisait le tunnel en briques plutôt qu"avec des poutrelles de fer.

Sources : archives municipales

Repost 0
BOUCHET Gérard - dans Valence
commenter cet article
20 janvier 2007 6 20 /01 /janvier /2007 00:08

La phase de travail de confortement du tunnel ferroviaire du Cagnard débute. Il s"agit d"une pièce maîtresse de l"opération de rénovation des boulevards (2ème tranche).

Les conditions de financement du chantier sont posées dans une convention signée entre Réseau Ferré de France et la ville de Valence, convention validée par le conseil municipal du 9 mai 2006.

Au stade de l"avant projet, l"estimation est de 2 659 000 euros hors taxes aux conditions de janvier 2005, révisable selon les indices officiels. RFF, qui a fait l"expertise, plafonne sa contribution à 279 520 euros hors taxes. C"est dire que tout dépassement de coût - et en particulier les révisions liées à l"application des indices – sera assumé par la seule ville de Valence. Qu"une telle clause ait été inscrite dans la convention montre bien le souci de RFF de se blinder contre les risques de surprises qui ne sont effectivement pas exclus. En cas de dépassement des coûts, même si la ville ne donne pas son accord pour ces dépassements, elle devra payer : " a défaut d"autorisation par la ville, les frais engagés par RFF pour les études, ses travaux en cours ou les travaux nécessaires à établir une situation à caractère définitif seront facturés à la ville de Valence à l"appui de justificatifs. Dans tous les cas, RFF sera remboursé de ses dépenses réelles. "

 

 Engagée sur de telles bases, avec un partenaire - maître d"ouvrage - aussi vigilant à limiter ses engagements et ses risques financiers, on peut craindre que l"affaire soit lourde pour la Ville et les contribuables.

 

 

Repost 0
19 janvier 2007 5 19 /01 /janvier /2007 00:08

<< La République doit se construire sans cesse car nous la concevons éternellement révolutionnaire, à l"encontre de l"inégalité, de l"oppression, de la misère, de la routine, des préjugés, éternellement inachevée tant qu"il reste des progrès à accomplir. >>

Pierre Mendes-France

Repost 0
18 janvier 2007 4 18 /01 /janvier /2007 00:08

Même si nous assistons à une certaine décroissance, - 1% en un an, la réalité du chômage reste lourde dans notre département.

Les dernières statistiques publiées par l"INSEE (www.indices.insee.fr ), en novembre 2006, montrent en effet que la Drôme présente un taux de chômage supérieur à la moyenne nationale qui s"établit à 8,8% de la population active. Nous en sommes à 9,6 %. (L"ardèche est à 9). Le département du territoire métropolitain où le chomage est le plus haut est le Gard, avec 12,8 %. La Lozère affiche 4,9 %. 73 départements sur 95 ont un taux de chômage inférieur à celui de la Drôme.

Si l"on ajoute que 8249 de nos concitoyens sont au RMI, qu"un nombre difficilement déterminable travaille à temps partiel et que beaucoup ont un contrat de travail à durée déterminée, il est bien clair que les candidats aux fonctions électives dans les mois prochains vont avoir à se positionner sur ce problème qui reste le problème clé de la société française.

Toute déclaration d'auto-satisfaction sur la baisse apparente des taux de chômage est évidemment totalement hors de sens.

Repost 0
BOUCHET Gérard - dans Politique
commenter cet article
17 janvier 2007 3 17 /01 /janvier /2007 00:08

Disposer d"un logement décent, avoir accès à l"eau, à l"électricité et à un moyen de chauffage sûr devraient être des droits garantis à chaque citoyen dans un Etat moderne. Le vote d"une loi concernant un droit au logement " opposable ", n"est donc pas en soi une mauvaise initiative, bien au contraire.

On ne doit cependant pas oublier ce que disait le Président du Conseil constitutionnel, Pierre Mazeaud, dans ses voeux pour 2005, lorsqu"il dénonçait les " lois émotives, molles ou jetables "

Une loi " émotive ", c"est un texte voté dans l"urgence d"un mouvement d"opinion publique qui réclame une solution à un problème qui la touche. Une fois l'émotion passée, si la loi a été adoptée, on s'aperçoit souvent que, prise hâtivement, elle a été mal écrite. Elle passe alors par le stade de la loi " molle " dont les décrets d"application ne paraissent que tardivement – ou jamais – pour finir comme loi " jetable ", jamais mise en œuvre et n"appartenant plus qu"à l"histoire de l"assemblée législative.

Le respect du droit au logement peut certes s"appuyer sur une loi. Il doit surtout s"appuyer sur une volonté des collectivités locales d"impulser et de soutenir des programmes de construction d"appartements accessibles à ceux qui éprouvent actuellement des difficultés à se loger.

A cet égard, le choix de la majorité municipale de favoriser à Valence l"habitat haut de gamme paraît bien incompatible avec la résolution du problème posé. On compte bien que le député – qui votera sans doute la loi en question si elle vient effectivement en débat – agisse au niveau local pour qu"on bâtisse dans notre ville autre chose que des immeubles à 4 000 euros le m2.

Repost 0
BOUCHET Gérard - dans Politique
commenter cet article
16 janvier 2007 2 16 /01 /janvier /2007 00:08

A l"automne dernier, la ville communiquait sur les places de stationnement gratuit qu"on pouvait trouver dans la Valence. Elle les chiffrait à 2 000. J"avais alors dénoncé le caractère trompeur de cette communication en annonçant que les projets de la majorité était de réduire fortement ce nombre en implantant de nouveaux horodateurs : + 50 % d"appareils en plus pour l"ensemble de la commune.

L"opération est commencée. Ce sont près de vingt nouvelles places ou rues du centre ville qu"on ne pourra plus fréquenter qu"en acquittant la dime !

Après l"augmentation des prix d"abonnement sur le parking Chareton (Riverains locataires de l"OPHLM : + 81,67 % ; Valentinois non locataires de l"OPHLM : + 6,24 % ; Non valentinois : + 16,38 %) et avant l"inévitable augmentation du prix du ticket de bus consécutive à la décision de la majorité municipale de faire payer un loyer au SISAV pour l"utilisation de l"espace public par les transports en commun, on voit bien quelle politique suit cette majorité.

Pour pouvoir afficher son slogan : hausse des taux d"imposition 0, elle taxe tous les usagers : les automobilistes par l"augmentation des stationnements payants et les usagers des transports en commun par l"augmentation à venir du prix des bus.

Ce que ne nous prend pas le percepteur, on nous oblige à la donner à la machine !

Repost 0
15 janvier 2007 1 15 /01 /janvier /2007 00:08

Nicolas DUPONT-AIGNAN, député UMP de l"Essonne, président du club " Debout la République " est un un homme honorable. Contre la majorité de son parti, ses convictions gaullistes et républicaines l"avaient conduit à militer pour le NON au référendum constitutionnel. Nicolas SARKOZY vient de l"interdire de prise de parole lors de son congrès d"investiture du 14 janvier où il voulait donner son point de vue et faire entendre une voie discordante. Conséquent, DUPONT-AIGNAN démissionne de l"UMP.

Le vice-président du club " Debout la République ", lui aussi député UMP, lui aussi défenseur du NON au référendum sur le projet de TCE, sera-t-il solidaire de son président ? Aura-t-il la même dignité que lui dans l"affirmation de ses convictions ? Nous fera-t-il la surprise d"une démission de l'UMP¨?

Nous le saurons dans les jours prochains, mais, sincèrement, je crains que nous n"ayons pas de surprise !

 N.B Tout le monde sait que le vice-président de " Debout la République " est le député Patrick LABAUNE

Repost 0
BOUCHET Gérard - dans Politique
commenter cet article
14 janvier 2007 7 14 /01 /janvier /2007 00:08

L"impatience n"est pas une vertu en politique.

Un jeune et talentueux jeune homme voulait devenir Maire d"une ville.

La méthode efficace pour y parvenir était simple et toute tracée : prendre contact avec les hommes et les femmes qui s"opposaient au calife bi-céphale qui gèrait alors la dite ville, s"appuyer sur leur engagement, leur proposer ses compétences et ses informations, rassembler avec eux les citoyens intéressés à un changement politique, travailler à un programme…, puis, le moment venu, s"étant montré le plus actif, le plus disponible, le meilleur dans la préparation du changement, être tout naturellement désigné par tous comme chef de file pour la reconquête de la ville.

Au lieu de choisir cette sage et patiente démarche, le voilà qui lui prit un jour l"envie de proclamer " urbi et orbi " : choisi et soutenu par un grand parti je serai candidat pour être Maire en 2008 !

 

 

 

Il commettait ainsi une erreur majeure .

On ne conquiert une ville qu"avec une équipe. Quand on veut vraiment gagner, on constitue l"équipe d"abord, on lui donne un programme et on se proclame candidat ensuite !

En choisissant la première méthode il pouvait, quelques semaines plus tard, être le leader incontesté des hommes et des femmes de progrès qui voulaient le changement. En choisissant la deuxième, il n"était qu"un candidat à la recherche de soutiens.

Ce fut grand dommage pour la cause qu"il défendait.

Repost 0
BOUCHET Gérard - dans Politique
commenter cet article
10 janvier 2007 3 10 /01 /janvier /2007 00:08

Dans la vallée de l'herbasse

" Dans le cadre de l"accord politique national engageant le PS et le MRC, Catherine Coutard sera la candidate d"union pour les élections législatives de juin 2007 sur la quatrième circonscription de la Drôme (cantons de Le Grand-Serre, Saint Vallier, Saint-Donat-sur-L"Herbasse , Bourg-de-Péage, Romans I et Romans II).

Avec son suppléant, Henri Bertholet, maire de Romans, ancien député, elle remercie pour leur soutien le Parti Socialiste et le Mouvement Républicain et Citoyen de la Drôme ainsi que les nombreux sympathisants, militants, responsables et élus qui se sont déjà engagés à l"occasion de premières rencontres.

Tous ensemble, et en rassemblant de plus en plus largement, ils mèneront campagne pour une victoire de Ségolène ROYAL  lors des élections présidentielles, afin de donner à la France, aux Françaises et aux Français toutes leurs chances. "

Repost 0
BOUCHET Gérard - dans Politique
commenter cet article
8 janvier 2007 1 08 /01 /janvier /2007 00:08

La ville n"est en rien responsable de la défaillance de conception et de mise en place des mâts aiguilles spécialement conçus pour les boulevards de Valence. En l"occurrence elle serait plutôt victime.

Il y a cependant un facheux concours de circonstances.

Alors même que, sous sa responsabilité, le maître d"oeuvre " Lumière " de l"opération "boulevards" surpervisait une installation défaillante, le conseil municipal votait à son bénéfice une rémunération complémentaire de 97 995,24 euros hors taxe pour un travail qui n"était pas initialement prévu dans le cahier des charges !

Bénéficier d'une rémunération supplémentaire au moment où on livre une prestation déficiente, même si ça n'a pas de lien direct, ça fait désordre !

Repost 0