Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 12:40

On a peu parlé du vote de nos concitoyens de Guyane et de Martinique qui viennent, par référendum, de rejeter massivement le statut d’autonomie qui leur était proposé. Il y a des leçons à tirer de ces scrutins locaux, comme du référendum de juillet 2003 en Corse par lequel les Corses ont rejeté les propositions d’organisations territoriales qui leur étaient faites.


Dans les trois cas, le vote négatif rappelle l’attachement majoritaire des populations au rôle que l’Etat doit jouer dans la mise en place de règles communes à l’ensemble des territoires de la collectivité nationale.

Le gouvernement serait bien inspiré d’analyser ce message des électeurs au moment où il veut procéder à la réforme des collectivités territoriales. Le projet qu’il défend crée en effet la possibilité d’instituer des collectivités à statut particulier sur le modèle de l’Outre-mer.


Ce que précisément nos concitoyens d’Outre-mer ont refusé !

Repost 0
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 22:25
Relevé par Catherine Kinztler

La lecture du rapport de la Mission d'information dite " Gérin " sur le port du voile intégral révèle une surprise de taille. Une très mauvaise surprise.


Dans les attendus aboutissant à la proposition n° 7 (" Engager une réflexion quant aux moyens d’assurer une juste représentation de la diversité spirituelle") au détour d'une phrase, le rapport reprend à son compte une thèse du rapport Machelon, jugée démonstrative, selon laquelle il est possible d'autoriser l'aide financière directe de la puissance publique à la construction de lieux de cultes. Rien que cela !

" Le rapport de la commission de réflexion juridique sur les relations des cultes avec les pouvoirs publics présidée par M. Jean-Pierre Machelon avait d’ailleurs démontré que de réelles marges de manœuvres législatives existaient en ce domaine dans la mesure où l’article 2 de la loi de 1905, qui prévoit que "la République ne reconnaît, ne salarie et ne subventionne aucun culte", n’a pas valeur constitutionnelle. Cette dernière préconisait notamment d’autoriser l’aide directe à la construction des lieux de culte."
Tout se passe comme si la Mission voulait compenser ses préconisations contre le port du voile intégral par des mesures de rédemption auprès des religions : au fond, on n'est pas si méchants que cela, on vous demande humblement (juste par une résolution solennelle où on fait les gros yeux - maman j'ai peur) de ne pas porter de voile intégral ici et là, et en échange, on vous propose des lieux de culte financés par le contribuable. Ce n'est qu'un petit toilettage, un donnant-donnant, on en parle à peine.


Sauf qu'avec une telle proposition, on propose aussi de sacrifier la loi de 1905. Sauf qu'avec la loi de 1905, on immolerait aussi la laïcité de la République. Sauf qu'avec un tel financement, la République piétinerait la liberté de conscience puisqu'on ferait payer des contribuables pour des religions qu'ils ne pratiquent pas ou auxquelles ils ont (encore) le droit de ne pas croire.

 

Sauf qu'avec un tel financement, la République abolirait aussi la liberté des cultes puisqu'il serait impossible de les financer tous, et que, en désignant des bénéficiaires, elle désignerait aux fidèles d'une religion quelle autorité ils doivent reconnaître.

 

Sauf que la Cour Européenne des Droits de l'Homme a affirmé le caractère fondamental de la loi de 1905 en soulignant qu'elle est la clé de voûte de la laïcité française (laquelle est un principe constitutionnel).


Et on prétend que ce rapport accouche d'une souris !

Repost 0
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 15:18

la France est désormais engagée sur la voie de la privatisation du service postaL (Voir note 10.09)
Or, nous savons d'expérience que ce processus, partout où il a déjà éta conduit, a entraîné une baisse de la qualité du service offert et des suppressions massives d'emplois.

Les Pays Bas ont transformé leur Poste en société anonyme en 1989. On prévoit 13 000 suppressions d'emplois dans les années à venir.
La Suéde a fait de sa poste nationale une SARL en 1994 : 1/3 des emplois ont été supprimés en 10 ans. Le nombre des agences postales a été réduit des trois quarts (500 aujourd'hui contre 2000 à l'origine). Le prix du timbre a doublé.
Au Royaume uni, le socialiste Tony Blair a privatisée en 1999. 2500 bureaux ont été fermés et la situation de l'entreprise en si catastrophique qu'il va probabklement falloir la renationaliser pour la sauver.

On ne devient jamais intelligent par l'expérience des autres, certes, mais l'expérience des autres pourrait au moins nous servir d'exemple pour éviter de faire des sottises. 

Il faut conserver la Poste dans le service public !

Repost 0
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 15:22

1828927-2495423.jpgAu Sénat, le 20 janvier, J.P Chevènement a dénoncé les arrières pensées du projet de loi gouvernemental de réforme des collectivités territoriales. (Extraits)


Vous prétendez vouloir instaurer un nouveau couple : commune-intercommunalité d’une part, département-région d’autre part. C’est une présentation fallacieuse. Dans ces deux binômes, les communes existantes et les départements ont vocation à s’effacer.

La commune d’abord. Comment ne pas voir en effet que des communes pourront disparaître sans le consentement ni des conseils municipaux ni de leur population au profit de " communes nouvelles " ? Celles-ci, aux termes de l’article 8 du projet de loi, pourront être créées à la place d’un établissement public de coopération intercommunale avec l’accord des deux tiers des communes représentant les deux tiers de la population, à l’initiative d’un préfet ou de l’EPCI lui-même. En clair, cela signifie que l’opposition du tiers des communes dans le ressort du périmètre de l’EPCI concerné ne suffirait pas à empêcher leur disparition pure et simple. C’est grave !

Le projet de loi portant réforme des collectivités territoriales ne vise pas seulement à remettre en cause l’existence des communes existantes mais aussi celle des départements. M Balladur n’a pas fait mystère de ce que la création de conseillers territoriaux avait pour but de permettre " l’évaporation " des départements dans les régions.

La création des " métropoles ", d’abord, porte une atteinte substantielle à la réalité des départements dont elles sont chefs lieux, et d’ailleurs aussi des régions dont elles sont les capitales. Quelle incohérence ! Les transferts de compétences opérés, ne subsisteront plus que des départements moignons et des régions décapitées. Les inégalités se creuseront entre les métropoles et leur environnement. La création des métropoles, concentrant potentiellement toutes les compétences, entraînera l’apparition de nouvelles féodalités.

Ainsi, le projet de loi attente-t-il gravement à l’organisation républicaine du territoire en voulant faire disparaître, à terme, les communes actuelles et les départements pour reconstituer, à la place du jardin à la française séparant clairement trois niveaux de collectivités, communes - départements – régions, un fouillis médiéval dont les métropoles et les " communes nouvelles " seront les nouveaux donjons.

Le texte complet de l’intervention sur http://www.chevenement.fr

Repost 0
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 15:20
Je ne peux pas reprendre cette chronique quotidienne sans avoir, d'abord,  rendu hommage à tous ceux qui se sont inscrits dans la chaine qui m'a permis de retrouver aussi rapidement les moyens de la tenir.

Du médecin traitant, au service de cardiologie de l'hôpital, en passant par le cardiologue de ville,  je n'ai rencontré que des femmes et des hommes attentifs à se mettre, sans réserve, au service de celui qui leur confiait, dans l'urgence, sa santé.

Chacun sait mon attachement au service public.
La façon dont j'ai été pris en charge par ceux qui le font fonctionner, à tous les échelons et à tous les postes de travail,  ne fait que me renforcer dans la conviction qu'il faut mettre toute notre énergie à le défendre, le maintenir et le développer au service tous. Mention spéciale pour le docteur Emmanuel Faure qui, dans cette chaine, a fait le geste chirurgical porté par toute l'équipe.

Merci à tous.... du fond du coeur !
Repost 0
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 17:22

La mise à jour du blog a subi quelque retard pour des raisons indépendantes de ma volonté.

Il y a quelques jours, mon coeur a déposé un pré-avis de grève sous forme d'un ralentissement progressif, mais constant, de ses pulsations. L'avis d'un cardiologue valentinois a été sans appel : la nécessité de satisfaire, sans délai, la revendication d'avoir à lui fournir un auxilliaire sous la forme d'un "pace maker" était incontournable.

J'ai donc cédé, sans discussion, à la revendication. Le Centre hospitalier de Valence s'est chargé, dans l'urgence, de l'installation du stimulateur nécessaire. Le pré-avis de grève a été aussitôt retiré.

Fin de conflit.

Pour éviter tout risque de mauvaise interprétation, je tiens à préciser que le fait de céder sans discution en cette situation particulière, ne préjuge en rien de ce pourrait être ma position dans mes activités municipales à venir qui vont incessamment reprendre leur cours naturel.

Repost 0
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 16:12
Le syndicat Rovaltain, qui à pour mission de développer l'espace entourant la gare TGV sur le territoire des communes d'Alixan, Châteauneuf d'Isère et St Marcel -les- Valence est désormais administré par un comité syndical constitué a parité des représentants des communes à l'origine de sa constitution (50 % des voix) et des représentants de la région Rhône Alpes et du département de la Drôme (25% des voix chacun).

On se souvient que, sous la municipalité Labaune, la ville de Valence avait quitté Rovaltain.
Ce n'est donc pas sans un certain sourire que nous voyons aujourd'hui ce même P. Labaune, député et conseiller régional, siègeant pour représenter la région au comité syndical.

Espérons que sa contribution à la vie du syndicat sera d'une nature différente de celle  qu'il avait apportée naguère..


Post-scriptum : Je rentre de l'assemblée qui a installé le nouveau bureau. Pas de surprise : P. Labaune représentant de la région Rhône-Alpes au comité syndical était...absent et avait ... "oublié" de donner pouvoir à un de ses collègues. Voilà bien un élu qui assume ses mandats !
Repost 0
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 12:18

Le code général des collectivités territoriales prévoit que, dans les collectivités supérieures à 100 000 habitants, les élus au conseil communautaire peuvent librement constituer des groupes sur simple déclaration au président du conseil. Les conditions de fonctionnement de ces groupes sont précisées par le règlement intérieur. Cette disposition a manifestement pour objet de permettre l’expression collective des diversités d’opinion qui peuvent exister au sein de ces assemblées.

 

Au cours des débats qui préparent le règlement intérieur de " Valence-agglo " la mise en œuvre de cette disposition rencontre quelques problèmes. Certains élus considèrent en effet que l’autorisation qui pourrait être donnée aux conseillers communautaires de constituer des groupes aboutirait à la politisation d’une assemblée qui doit, avant tout, " travailler au consensus " et qu’il faut souligner ce qui unit les partenaires plutôt que ce qui les distingue.

 

Je suis de ceux qui pensent que la gestion d’une communauté de 120 000 habitants est, par nature, une affaire éminemment politique et qu’il y a quelque naïveté – si ce n’est quelque hypocrisie – à considérer que les arbitrages et les choix qui devront être faits ne sont pas de nature politique. Permettre à des élus qui ne sont pas nécessairement membres de partis organisés de se rassembler pour s’exprimer en commun sur les choix et les orientations de la communauté me semble une nécessité de la démocratie. Le leur refuser c’est évidemment donner une prime aux représentants des formations politiques structurées et laisser les autres à la solitude de leur indépendance. C’est faire de la politique dans la forme la plus politicienne qui soit en prétendant, justement, que l’on ne veut pas en faire.

 

Ce n’est certainement pas par là que l’on faire progresser la démocratie.

Repost 0
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 11:24

9782350132044.gif

L'Autopsie du Mammouth
par Calire MAZERON


Claire MAZERON a été enseignante à Montélimar

Selon les premières informations : un essai qui décape et qui sera l'objet de pas mal de débat.

Paru la semaine dernière.
Repost 0
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 19:04

Lu dans une interview récente de Régis Debray :

J’ai fait partie de la commission Stasi, qui portait sur l’école et qui, très vite, s’est consacrée à la question du voile. Dans mon esprit, il s’agissait de sanctuariser l’école ; j’ai fait valoir que la vie sur la planète est un échange de politesses. Lorsque nous allons à Istanbul ou Damas, nous enlevons nos souliers en entrant dans une mosquée.

En réciprocité, quand on va à l’école de la République, on retire son voile. J’ajoutais qu’il ne fallait pas retirer seulement le voile, mais la kippa, la croix et les logos publicitaires. Cela me semblait indispensable mais a été pris comme une remarque réactionnaire.

Repost 0