Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 12:06

Cherchez la place des enseignants français dans l'échelle des salaires !

(Cliquez sur le graphique pour l'agrandir)

Voir les commentaires

Repost 0
15 septembre 2016 4 15 /09 /septembre /2016 11:27

A l’approche de la mi-mandat les projets de la municipalité « Daragon » n’avancent qu’à petits pas. A très petits pas et on peut s’interroger sur la faisabilité de certains d’entre eux.

Le centre aqualudique de l’Epervière ? Réalisé pour l’été 2019 ? Peut-être, mais ce sera une réalisation privée avec participation de la collectivité "agglomération" sur laquelle l’exploitant cherchera – et c’est bien son droit – à faire des bénéfices.Alors....

Le palais des congrès au polygone ? Sous responsabilité de l’agglomération là encore et à l’échéance 2021 ! Pour avoir participé à la réflexion de la précédente municipalité sur cette question je dois dire mon scepticisme sur la pertinence d’un tel équipement en centre ville dont l’objectif sera de recevoir « des concerts d’ampleur. » (Le maire DL du 14.09.16)

La cité de la gastronomie ? Pour ce que nous pouvons en savoir, un certain nombre de partenaires se déclarent intéressés par le projet mais le tour de table financier aurait des difficultés à se mettre en place. Par ailleurs, des villes plus importantes que Valence (Dijon, Lyon) sont sur le créneau mais tardent elles aussi mettre les choses en route ce qui donne à penser que le concept n’est pas aussi solide qu’il n’y parait. En outre si l’équipement devait se faire en basse ville, comme cela est prévu, il est peu probable qu’il ouvre ses portes avant 2020 (fin du mandat). En effet, nous sommes en pleine zone du Valence historique et les fouilles archéologiques qui seront inévitablement conduites dès que la décision de construction prendront … un certain temps. On reparlera de tout ça... au prochain mandat.

Une plaine de jeux au parc Jean Perdrix, c’est probablement la chose qui a le plus de chance d’être réalisée. La ville a acquis une expérience avec l’aménagement du parc de l’Epervière. Deux parcs sur la mandature : c’est très bien… mais si le bilan se réduit à cela !

Repost 0
14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 18:17

Bastien Faudot - Candidat du MRC à la présidentielle - Intervention aux Journées d’été Agir à gauche pour gagner. (extraits)

Ceux qui veulent l’Europe contre les Nations veulent aussi l’Europe contre leur peuple.

Ceux qui veulent l’Europe contre les Nations ont un problème politique majeur : ils veulent aussi l’Europe contre leur peuple. En démocratie, c’est un pari perdu. Et c’est pour cela que ça risque de finir très mal.

On n’est pas anti-européen parce qu’on est politiquement hostile au modèle fédéraliste. C’est d’ailleurs le projet fédéraliste qui produit aujourd’hui des anti-européens à la pelle. Pour une raison simple : la méthode dite « des petits pas », voulue par Jean Monnet, c’est une stratégie du fait accompli qui se termine par un gigantesque empêchement démocratique. On est partis d’une idée louable et juste (le rapprochement des peuples européens) que l’on a largement dévoyée par précipitation. Le fédéralisme est un mode de construction politique, un choix, une option qui a échoué. Ceux qui s’y accrochent échoueront avec elle.

Je suis un souverainiste de gauche parce que je pense que la souveraineté est un outil incontournable pour organiser la transformation sociale.

Il est maintenant l’heure de passer à une nouvelle étape. Elle peut sembler plus modeste. Mieux vaut une idée modeste qui fonctionne qu’une idée géniale qui avorte.

Je suis un souverainiste de gauche parce que je pense que la souveraineté est un outil incontournable pour organiser la transformation sociale. Les souverainistes de droite eux, veulent embaumer un vieux cadavre froid, une France éternelle largement fantasmée. Nous avons une responsabilité politique : ne pas abandonner la Nation et l’acquis de la Révolution à ceux qui en feront mauvais usage. Je crois que l’opinion publique est prête, mais il faut pour cela que la gauche de transformation comprenne le rôle qui est le sien.

Repost 0
13 septembre 2016 2 13 /09 /septembre /2016 16:28

« La libre concurrence aboutit à de formidables monopoles privés... Tout ce que le libéralisme économique avait rêvé est démenti. » (Jean Jaurès, 23 juin 1912)

« Il n’y a pas, il ne peut y avoir un fond humain dans l’égoïsme capitaliste » (Jean Jaurès, La Revue socialiste, 1894)

Repost 0
12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 11:59

A Allex, ce week-end, les opposants à l’accueil de réfugiés ont manifesté contre la décision du préfet qui prévoit la venue de 50 personnes dans un bâtiment vide du village.

Une contre-manifestation a été organisée.

Si le face à face s’est borné à l‘échange d’invectives, il n’en reste pas moins que cela est tout à fait déplorable.

La question de l’accueil des migrants qui fuient la misère ou la guerre et qui se pressent aux portes de l’Europe est une question grave aux implications diverses : politique, économique, éthique… Elle ne peut être traitée à coup de slogans ou de manifestations. Elle appelle une réflexion raisonnable et des réponses qui articulent le devoir de solidarité, que nous devons à tout être humain dans la difficulté, aux possibilités matérielles de nos communes et de l’Etat d’assumer dignement ce devoir.

Les polémiques, les insultes qui s’échangent à ce propos au cours de manifestations sur la voie publique constituent une agitation qui ne contribue en rien à la résolution des questions posées et, en excitant les passions, les rend au contraire plus difficiles à trouver et à construire.

Il faut savoir garder sang-froid sur un sujet qui demande à être traité dans la dignité et la mesure.

Repost 0
10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 12:13

J’ai le sentiment qu’avec ces « élections primaires » (à droite, à gauche, chez les écologistes) on approche de la limite, non seulement du ridicule, mais, plus grave encore, du dérapage majeur pour la démocratie.

On a le sentiment que, pour beaucoup des impétrants, la seule question qui vaille est celle-ci : j’ai envie d’être élu, qu’est-ce que je dois dire et ne pas dire pour réussir à l’être ? La palme revient sans doute à Macron, candidat putatif non déclaré, qui se dispense carrément de programme, se bornant à jouer la carte de l’ « homme nouveau non issu des anciens partis politiques discrédités.» alors qu'il est le type même du politicard. Elisez-moi car je suis moi !

Pour d’autres, il s’agit simplement d’être vu et de se placer comme ministrables potentiels. Chacun perçoit de qui il s’agit.

Et les médias jouent le jeu de ce bal de l’apparaître.

Au final, ceux qui ont véritablement quelque chose à dire parce qu’ils portent véritablement une idée et un idéal resteront probablement sur le pas de la porte. On dit que Mitterrand à la veille de la présidentielle de 1981 aurait eut cette « belle phrase » : « un programme, c'est fait pour gagner les élections; ce n'est qu'une fois au pouvoir qu'on décide de ce qu'on va faire. »

Pauvre politique et pauvre France

Repost 0
9 septembre 2016 5 09 /09 /septembre /2016 15:39

De bout en bout du quinquennat, le dossier Alstom aura été synonyme d’abandon et de mensonges.

Lorsque Patrick Kron, l’ancien PDG, a décidé de mutiler Alstom au profit de General Electric, il utilisait un argument: le futur Alstom, recentré sur le transport, conforté financièrement par la vente de ses activités énergie serait un champion industriel.

Avec l’annonce de la fermeture de l’usine de production de Belfort, les masques tombent une fois de plus.

Pour ceux qui pensaient qu’il y avait autre chose que la seule rapacité de l’ancien PDG et des cadres dirigeants derrière l’opération General Electric, il n’y a plus aucun doute. Pour ceux qui pensaient que le départ de M.Kron, sauveur en 2004 devenu fossoyeur en 2014, marquerait un nouveau départ pour l’entreprise, la déception est immense.

La nouvelle équipe dirigeante d’Alstom démontre qu’elle ne comprend pas son entreprise, son histoire, sa richesse et surtout la logique industrielle territoriale construite pendant des décennies. Une entreprise n'est pas hors-sol !

L'annonce de la fermeture de Belfort est d’autant plus sidérante qu’elle suit plusieurs bonnes nouvelles: le contrat américain (même si on sait que le protectionnisme intelligent des Etats-Unis oblige à le construire sur place), le partenariat avec la SNCF sur le TGV du futur. ..

L’accord de juin 2014 prévoit que l’Etat monte au capital d’Alstom en rachetant les actions de Bouygues (plus de 20% d'Alstom). Aujourd’hui, l’Etat n’est malheureusement qu’un actionnaire virtuel puisque Bouygues lui prête simplement ses actions et ses droits de vote. Il est urgent que l'Etat devienne comme prévu en 2014 l'actionnaire principal d'Alstom et remette un peu d’intérêt général et de vision sociale dans cette entreprise industrielle.

En février 2016, Michel Sapin et Emmanuel Macron écrivaient dans un communiqué commun: grâce au prêt des actions de Bouygues l'Etat accompagnera le nouvel Alstom dans la "conduite de son projet industriel".

Il va falloir passer de la parole aux actes.

Communiqué de J.L Laurent

Repost 0
8 septembre 2016 4 08 /09 /septembre /2016 12:12

La presse du jour (DL page 10) relate un fait qui donne à réfléchir.

Lors d’une réunion publique au quartier de Valensolles, le maire aurait refusé de donner parole à un élu minoritaire, habitant du quartier, au prétexte suivant : « Vous avez déjà la parole en conseil municipal.»

Curieux propos. On devrait donc en conclure qu’un élu (peu importe son étiquette) au motif qu’il peut s’exprimer une fois tous les deux mois en conseil municipal est, pour le reste du temps, fusse sur une question qui concerne le quartier où il habite, tenu au silence public. Curieuse conception de la vie de la cité.

Nicolas Daragon est sans doute expert en manipulation de réunion. Il devra réviser ses fondamentaux en matière de démocratie.

Repost 0
2 septembre 2016 5 02 /09 /septembre /2016 12:29

« Pour les sœurs qui m’avaient demandé de les tenir au courant l’ouverture de l’auto-école aura lieu le 22 inchallah. Avec bien sûr comme promis une salle de code réservée aux femmes el hamdoulilah » a-t-on pu lire dans la presse de Villefranche. Dans une interview au quotidien Le Progrès, la gérante de l'auto-école explique que l'ouverture de cette salle n'est "pas pour des raisons religieuses", mais qu'en tant que commerçante, elle répond à une demande de "beaucoup de femmes, de toutes origines confondues".

Michèle Vianès présidente de l’association « Regards de femmes », répond. (extraits)

C'est important de réagir, et je crois que maintenant c'est indispensable. Cela fait plus de dix ans que je le dis : il faut réagir à chaque fois. Cette stratégie en tenaille des islamistes fonctionne à tout-va, on avance un pion, on fait régresser les droits de femmes, car c'est là l'objet, et on attend des réactions. Si personne ne réagit, on va plus loin.

Aujourd'hui, nous sommes dans l'inversion totale du féminisme et des combats féministes. L'objectif, c'est l'égalité en droit, devoir et dignité des femmes et des hommes. Il n'y a pas de droits spécifiques pour les femmes, ni de droits spécifiques pour les hommes. Une fois qu'on vit dans la cité, qu'on est en démocratie, on est un sujet de droit. On n'a pas à dire, parce qu'on est de telle origine, de tel sexe ou de telle religion qu'on peut avoir des droits différents. C'est là le fondement. Tous ces combats menés par les générations féministes qui nous ont précédés, c'est ceci : on est sur l'égalité. Là, ce n'est pas du tout le cas. On est sur une séparation, un apartheid sexué entre les femmes et les hommes, et une séparation entre les femmes avec les bonnes musulmanes, les pudiques, les pures, etc. Et les autres. On n'est plus du tout dans l'universalisme, dans le fait que toutes les personnes, quelles que soient leur origine, leur ethnie, leur couleur, leur sexe ou leur religion ont les mêmes droits.

Le vrai racisme, c'est de ne pas reconnaître aux femmes de confession ou de filiation musulmane d'avoir accès au droit universel. On est dans ce qu'on appelle ce relativisme culturel où, suivant le lieu où l'on est né ou les origines des parents, on n'aurait pas les mêmes droits, on n'aurait pas accès aux Lumières et aux droits pour lesquels nous nous sommes battus et pour lesquels des associations comme la nôtre, Regards de femmes, continuons à nous battre.

Ces combats ne sont pas du tout anecdotiques, ils sont fondamentaux. Chaque fois qu'il est question d'empêcher ou de séparer les femmes des hommes et les femmes entre elles, on est sur de la régression, on n'est plus sur l'égalité.

Repost 0
1 septembre 2016 4 01 /09 /septembre /2016 11:47

On tue un homme, on est un assassin.

On en tue des milliers, on est un conquérant.

On les tue tous, on est un dieu.

Edmond Rostand;

La douleur d'autrui est supportable.

proverbe rwandais.

Exergue du roman de Tierno Monémembo , l'Aîné des orphelins, Seuil

Repost 0