Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

14 janvier 2017 6 14 /01 /janvier /2017 15:58

« [...] Aussi le chrétien qui veut vivre sa foi dans une action politique conçue comme un service, ne peut-il, sans se contredire, adhérer à des systèmes idéologiques qui s’opposent radicalement, ou sur des points substantiels, à sa foi et à sa conception de l’homme :

ni à l’idéologie marxiste, à son matérialisme athée, à sa dialectique de violence et à la manière dont elle résorbe la liberté individuelle dans la collectivité, en niant en même temps toute transcendance à l’homme et à son histoire, personnelle et collective ;

ni à l’idéologie libérale, qui croit exalter la liberté individuelle en la soustrayant à toute limitation, en la stimulant par la recherche exclusive de l’intérêt et de la puissance, et en considérant les solidarités sociales comme des conséquences plus ou moins automatiques des initiatives individuelles et non pas comme un but et un critère majeur de la valeur de l’organisation sociale. [...]

Paul VI - lettre apostolique « Octogesima adveniens » (1971)


 

Repost 0
13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 18:54

La France accueille dimanche 15 Janvier la Conférence Internationale pour la Paix au Proche-Orient. C’est une initiative importante que le Mouvement Républicain et Citoyen salue.

Suite au vote de la résolution parlementaire relative à la reconnaissance l’Etat palestinien en décembre 2014, le Quai d’Orsay a montré plus de volontarisme dans son approche de cette question importante.

La situation sur le terrain est dégradée avec la poursuite de la colonisation. Les Nations Unies viennent à nouveau de condamner la colonisation par un vote important du Conseil de sécurité le 23 décembre, au moment même où Israël fait voter une loi qui légalise des colonies illégales du point de vue du droit international comme du droit israélien.

Il faut sauver la solution à deux Etats. La paix ne sera faite par personne d’autres que les Israéliens et les Palestiniens mais il est de la responsabilité de la « communauté internationale » de faire émerger un cadre de négociation, une dynamique et une pression en faveur de la paix.

Le Proche Orient est à feux et à sang à la faveur de l’effroyable conflit syrien, de la violence du terrorisme djhadiste, de l’écrasement du Yemen et de l’emprise de Daech. Il ne faut pas renoncer à chercher des solutions aux multiples conflits locaux. Le 14 juillet 2015, l’accord de Genève a permis de sortir de la crise du nucléaire iranien. La négociation l’a emporté et le pire a été évité. Pour aider Israéliens et Palestiniens à faire la paix, il faut le même volontarisme.

Le pourrissement, c’est la certitude d’être confronté à encore plus de violence et plus de terrorisme. Un attentat au camion-bélier a encore fait 5 morts la semaine dernière à Jérusalem. Personne ne peut croire que le choix du pourrissement, du rapport de force et du désespoir produira la paix. Personne ne peut croire que la sécurité de tous sera améliorée par un déni de justice pour le peuple palestinien et l’isolement croissant d’Israël.

La passivité coupable des Etats-Unis ne sera pas rachetée par l’abstention aux Nations-Unies ou par le discours de John Kerry. A quelques jours de la prise de fonction de Donald Trump, l’initiative française est d’autant plus importante qu’on est sûr qu’il ne faudra pas compter sur les Etats-Unis au cours des prochaines années.

Repost 0
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 17:31

La Cours Européenne des Droits de l’Homme avait été saisie par des parents turco-suisse qui s’étaient vu infliger une amende pour avoir refusé que leurs filles aillent à la piscine dans le cadre de leur scolarité. Les parents contestaient cette amende.

Par un jugement du mardi 10 janvier la Cour a donné tort à la famille. Au nom de leur religion, les parents musulmans ne peuvent prétendre que leurs filles soient exemptées de cours de natation mixtes à l’école.

Si la CEDH a reconnu que la fermeté des pouvoirs publics pour contraindre les filles à participer aux cours de natation est une « ingérence dans la liberté de religion » des familles concernées, elle a toutefois affirmé que cette ingérence était justifiée au nom de « l’intérêt des enfants à une scolarisation complète, permettant une intégration sociale réussie selon les mœurs et coutumes locales », ce qui « prime » sur la volonté des parents.

Repost 0
11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 11:11

L’entretien d‘une école primaire est une charge municipale. La gestion d’une crèche est désormais une compétence de l’agglomération.

En envisageant la suppression de l’école de Laprat et sa transformation en multi-accueil d’agglomération, le maire de Valence vise un double objectif : alléger la charge scolaire de sa ville (il n’a jamais caché qu’il jugeait excessif le nombre d’écoles) et transférer sur l’agglomération l’équipement et la gestion d’une crèche qui bénéficiera principalement aux Valentinois.

Il pourra ainsi afficher un double succès : baisse de la charge municipale et création de 100 places de crèche à Valence … payées par l’agglomération et donc les communes environnantes.

Bien essayé… mais !


 

Repost 0
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 11:29

Samedi dernier ont eu lieu les opérations de fusion des communes de la Raye (Montvendre, Barcelonne, Combovin, Châteaudouble, Peyrus) avec la communauté d’agglomération de Valence-Romans-Sud Rhône Alpes pour donner Valence Romans agglomération.

On notera que le nom de la nouvelle agglomération souligne bien la mise sous tutelle des communes rurales qui se trouvent insérées dans un ensemble qui n’est identifié que par ses pôles urbains.

On aura par ailleurs une pensée compatissante pour le maire de Valence qui était opposé à la communauté à 51 communes avant sa création et qui  déclare aujourd’hui : « ce n’était pas mon souhait de changer de périmètre » et donc de passer à 56 communes, mais qui se voit, en quelque sorte, obligé de prendre la présidence de cette nouvelle agglomération XXL. Un peu comme Valls obligé d’utiliser le 49.3 contre son gré.

Que son sens du sacrifice soit honoré !

Elu président, sans concurrent, par 85 voix sur 114, ce qui est une belle élection, cela signifie pourtant que 25,4% des conseillers communautaires ont souhaité lui épargner ce sacrifice de devoir présider une agglo qu’il n’avait pas voulue. 1 sur 4 , ce n’est pas sans signification.

Repost 0
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 11:49

 

Je viens de réécouter le débat que nous avons eu, le vicaire général du diocèse et moi-même, à l'initiative de RCF (https://rcf.fr/actualite/fetes-religieusestraditions-populaires-sont-elles-compatibles-avec-la-laicite)

Dans les positions défendues par le père Guillaume Tessier, ce qui me frappe, en particulier, c'est la conviction de fond qui apparaît tout au long de son propos qu'il y a une identité française indissolublement liée à une identité religieuse. Il faut se "réapproprier son identité" dit-il à l'approche de sa conclusion.

Je suis pour ma part persuadé qu'il s'agit moins de se réapproprier son identité que de la construire. L'identité n'est pas une essence que l'on reçoit à la naissance. C'est quelque chose que l'on construit au travers des rencontres, des échanges que l'on développe avec son environnement. L'homme n'est pas enfermé dans une identité qu'il devrait retrouver et assumer. La France et les Français ne sont pas chrétiens par nature. Ils sont ce qu'ils font de leur histoire.

Je crois que l’opposition radicale entre une vision cléricale des choses et une vision laïque tient pour beaucoup à cette opposition sur la nature de l’humanité et son autonomie. Dans une vision cléricale, c’est le respect de la « tradition » qui doit prévaloir. Dans la vision laïque c’est la réflexion rationnelle commune qui trace la voie de l’avenir partagé.

Repost 0
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 08:14

Lors du dernier conseil municipal une délibération a été présentée concernant l’Orgue de l’Eglise Notre Dame acheté en 2006.

De cette délibération il ressortait que cet achat, d’un montant de 53 360 euros, devait être financé par une contribution de 23 000 euros du comité des orgues, la vente de l’ancien instrument. (5 000 euros). La participation de la ville ressortait donc à 25 360 euros.

La rédaction de la délibération étant particulièrement confuse, j’ai demandé des explications complémentaires quant au coût réel de l’opération pour la ville. Celles-ci m’ont été fournies par la direction générale des services dans un message e.mail dont voici la conclusion : Au total l’orgue aura couté : 57 000 + 12 600 € = 69 600 € soit 22 600 € pour le Comité des orgues et 47 000 € pour la ville (dont 5000 € financés par la vente de l’ancien orgue).

25 360 € dans la délibération soumise au conseil municipal, 42 000 € en réalité. Il n’était donc pas inutile de poser des questions pour obtenir des chiffres précis dont le conseil municipal n'a pas eu connaissance.

Repost 0
7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 07:26

Natacha , Guillaume et Daniil ont fêté hier soir le Noël ukrainien.

Les Ukrainiens se basent encore sur le calendrier Julien pour fixer les dates des fêtes. Ils célèbrent Noël le 7 janvier. Le repas du 6 au soir est l’équivalent de notre 24 décembre.

Traditionnellement, sur la table une gerbe de blé.. On retrouve souvent deux nappes superposées, une représentant les membres de la famille, l'autre ceux qui sont décédés. Il y a toujours une chaise vide et un couvert pour l'âme des morts bien-aimés.

On déguste le potage, l'incontournable borshch, cette fameuse soupe de betterave et de chou. Elle a une saveur particulière car en ce jour, elle ne peut pas être parfumée avec un morceau de viande ou un bouillon de viande.

Puis viennent les poissons cuits au four, frits, servis en aspic ou marinés.

Côté légumes, le repas ne serait pas complet sans ces "raviolis" ukrainiens farcis de pommes de terre et d'oignons, parfois de choucroute...

 

Repost 0
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 10:29

SAMEDI 7 JANVIER 2017 - Sur R.C.F

Valence :101.5 Die :106.1 Montélimar :106.1 Nyons :96.9  Privas :103.2 Annonay :90.9  Aubenas :94.0 Lamastre :I02.3 Le Cheylard :88.0 Ruoms :106.

Table ronde de 10 h à 11 h en direct en 26/07

spécial Antenne 04 75 78 14 64

FÊTES RELIGIEUSES, TRADITIONS POPULAIRES,

SONT-ELLES COMPATIBLES EN DRÔME-ARDECHE ?

Avec :

  • Gérard BOUCHET, président de l’Observatoire de la laïcité 26/07;
  • Jacqueline LE DIGUER’HER, théologienne, spécialiste de la pensée sociale de l’Eglise;
  • Le Père Guillaume TEISSIER, vicaire général du diocèse de Valence.

Questions internet avouslaparole@rcf

Animation: Léna BALSAN


 

Repost 0
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 10:51

La généralisation des « primaires » nous fait entrer dans un mode d’organisation de la vie politique tout à fait nouveau. Jusqu’ici les partis définissaient des programmes politiques que leurs adhérents tentaient de promouvoir aux différents échelons de leurs interventions.

Aujourd’hui, à gauche (mais on a vu la même chose à droite), quatre anciens ministres présentent leur programme. Non celui de leur parti, mais celui qu’ils ont élaboré dans on ne sait quel cénacle. Les militants, et les candidats à la députation qui ont été désignés par le parti, attendent de savoir ce qu’ils auront à défendre car, selon que celui qui sortira en tête de la primaire, les orientations ne seront pas identiques. Valls et Montebourg n’ont pas la même vision de l’avenir du pays.

Qu’elle est la pensée politique du parti socialiste aujourd’hui ? On n’en sait rien. Un certain nombre de responsables du parti se refusent à dire quel est leur choix entre les propositions des quatre impétrants et d'autres annoncent même qu'ils ne voteront pas à la primaire ayant d'ores et déjà choisi un candidat hors parti. C’est donc un corps électoral aux contours indécis : ceux qui se déplaceront pour voter à la primaire, qu’ils soient socialistes ou non, qui décideront de ce que sera la ligne officielle du PS. Curieusement manière de définir une ligne politique.

Les partis sont devenus muets. Ils ne pensent plus collectivement. Ils n’ont plus de projets. Ils sont réduits à n’être que des écuries entourant une figure tutélaire qui cherche l’onction d’un « électorat citoyen » dans des « primaires » approximatives dans lesquelles les médias et leurs sondages jouent un rôle trouble.


Il n’est pas certain que la démocratie ait quelque chose à gagner à la mise en place de ce nouveau système.

Repost 0