Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

11 décembre 2016 7 11 /12 /décembre /2016 09:46

Emmanuel Macron propose de remplacer les cotisations salariales maladie et chômage par des points de CSG. Actuellement, un salarié du privé paye 2,4 points de cotisations chômage et 0,75 point de cotisation maladie. Ces cotisations seraient remplacées par 1,75 point de CSG, de sorte que les salariés gagneraient 1,4 % de salaire de plus, tandis que les retraités, les chômeurs (sauf les allocataires les plus pauvres dispensés de CSG) et les revenus du capital perdraient 1,75% de leur revenu. …/… L’objectif de l’opération est clair : remettre en cause le principe même de l’assurance chômage.  Il s’agit de remplacer un droit des salariés, issu de leurs cotisations, à une prestation d’assurances sociales leur assurant un taux de remplacement relativement satisfaisant,  par une prestation uniforme, de faible montant. Bref la proposition de Macron, en apparence favorable aux salariés, consiste à tirer le premier fil par où détricoter les protections sociales dont bénéficient aujourd’hui tous les salariés.  

Il s’agit aussi d’écarter les syndicats de la gestion de l’assurance chômage. L’Unedic n’étant plus financée par des cotisations salarié, sa gestion paritaire n’aurait plus de justification. Les syndicats de salariés n’auraient plus leur mot à dire. Les décisions pourraient être prises par le patronat et par l’Etat.

D’après Henri Sterdyniak des économistes atterrés

Repost 0
9 décembre 2016 5 09 /12 /décembre /2016 11:50

Jean-Christophe Cambadélis, 1er secrétaire du PS appelle Macron et Mélenchon à participer à la primaire de gauche mais refuse au MRC, à Nouvelle Donne et au NDP le droit d’y présenter leurs propositions. … Il y a donc deux modèles de primaire : une qui serait ouverte et une seconde, celle de Cambadélis, qui est à la gueule du client. Le PS et son premier secrétaire sont en train de former un périmètre qui n'a d'autres objectifs que leurs intérêts partisans . Or, il n'y a pas si longtemps, le premier secrétaire du PS en appelait au rassemblement de toute la gauche, pour un débat libre, franc, sincère et respectueux.

L’absence du MRC à la primaire signifierait que la gauche souverainiste n'aurait pas le droit de s’exprimer. On laisserait les questions de souveraineté nationale, la contestation de l’organisation actuelle de l’Europe, le débat sur la monnaie… au seul Front national. Il ne faudra pas s'étonner des résultats qui en découleront.

Le PS n’entend manifestement pas jouer le rassemblement. Il veut soumettre ses partenaires de gauche. Partie sur de pareilles bases, il y a gros à parier qu’au soir du premier tour de la présidentielle la gauche n’aura plus que ses yeux pour pleurer les conséquences de ses sottises. Certains prétendaient que la France avait la droite la plus bête du monde. J4ai l'impression qu'elle a passé le relais à d'autres !

Repost 0
8 décembre 2016 4 08 /12 /décembre /2016 12:05

Gilbert DEJOURS, Maire,
le Conseil Municipal de la commune de CHAMPIS,
vous invitent à l'inauguration de la plaque commémorative de la LAÏCITÉ
le  Vendredi 9 Décembre 2016 à 14 h 15
à la mairie de CHAMPIS

en présence des enseignants,
des élèves de l'école publique d'Alboussière-Champis,
du Président de la Fédération des Œuvres Laïques de l'Ardèche
et des représentants des Amicales Laïques du Pays de Crussol.

 

Réponse de l'Observatoire de la laïcité.

Monsieur le maire,

Pour des raisons familiales, je ne suis pas certain de pouvoir me rendre demain à votre invitation. Je le regretterai.
Je tiens cependant, au nom de l'Observatoire de la laïcité 26/07, à vous dire toute le plaisir que nous avons à saluer l'initiative du conseil municipal de Champis.
L'inscription "laïcité", placée  au fronton de la maison commune, rappellera utilement à tous que c'est bien grâce à ce principe que peuvent être assurées à la fois :
- la liberté conscience, de pensée et de parole de chacun,
- l'égalité de tous devant la loi qu'elles que soient ses convictions,
- et la capacité à vivre nos différences dans une société fraternelle,
A une époque où beaucoup trop d'élus - et au plus haut niveau - méconnaissent ce que signifie le mot laïcité, il est rassurant de rencontrer des conseils municipaux prêts à assurer la défense d'un principe constitutionnel qui fait la force de notre République.

Je vous remercie de bien vouloir transmettre nos félicitations et nos remerciements  à tous les membres de votre conseil .

Gérard BOUCHET
Président de l'Observatoire de la laïcité 26/07

Repost 0
7 décembre 2016 3 07 /12 /décembre /2016 14:55

Je reste persuadé que le mécanisme des primaires représente une régression dans l’organisation de la vie politique française.

Ce système dispense en effet les partis d’élaborer des programmes d’action qu’ils poursuivraient dans la continuité au profit d’un ralliement à des « leaders d’opinion soit disant capables de rassembler pour gagner une élection » qui sont désignés par un corps électoral aux contours indéterminés et aux motivations interlopes. On valorise les individualités au détriment des idées et on ne s'oblige pas à une continuité d'action mais on accepte de défendre l'opinion conjoncturellement dominante.

Cela dit, le système médiatique est tel que celui – individu ou parti - qui veut mettre en débat des idées en dehors de ce mécanisme, s’il ne dispose pas déjà d’un accès personnel aux grands médias, se heurte au mur de l’indifférence. Personne ne lui tend le micro ou ne lui offre ses colonnes. Au final, ce sont les journalistes qui décident de qui sera autorisé à défendre ses propositions, aidé en cela par la règle nouvelle qui ne donnera pas à tous les candidats les mêmes temps de parole lors de la campagne officielle.

Le MRC et son candidat, parce qu’ils ont des choses à proposer aux Français, iront donc, à leur corps défendant, à la primaire de gauche. Le faire c’est prendre leurs responsabilités, notamment celle de ne pas laisser à l’extrême droite le monopole de représenter les opposants au traité européen et au pacte de stabilité qui pèsent si lourdement sur la politique française, ce qui serait le cas si ne pouvait donner des échos à leurs positions.

Participer à des primaires n’était pas le choix initial des militants du MRC. Le faire c’est s’adapter aux circonstances et se donner les moyens de faire entendre nos propositions. L’engagement politique, s’il ne veut pas se borner à des postures théoriques, mais veut tenter de peser sur le réel contraint à des compromis qu’il faut assumer.

Repost 0
6 décembre 2016 2 06 /12 /décembre /2016 11:32

Communiqué de Jean-Luc Laurent, président du MRC et député du Val-de-Marne, mercredi 30 novembre 2016.

L’Assemblée nationale débat une nouvelle fois de la promotion des langues régionales. Je défendrai plusieurs amendements de suppression des dispositions qui concernent l’école et la sphère publique.

Face au lobby des langues régionales, je défendrai les principes clairs inscrits dans la Constitution aux articles 2 « Le français est la langue de la République » et 75-1 « les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France ».

Les langues régionales n’ont pas leur place à l’école et dans la sphère publique. Par contre, elles peuvent être soutenues dans le cadre de politiques culturelles impulsées au niveau national et local.

Ces principes simples, la proposition de loi les piétine avec le renforcement de l’enseignement dit immersif (en langue régionale) et promeut une co-officialité douce dans l’administration locale et les services publics. La langue de l’école, la langue de l’administration en tout point du territoire doit être le français.

En forçant la porte de l’école et des mairies, le projet politique est évident: l’avènement d’une France fédéralisée, avec plusieurs langues et plusieurs lois. L’unification linguistique de la France, commencée par l’ordonnance de Villers-Cotteret en 1539 est un mouvement irréversible, un héritage et un acquis que nous devons défendre face aux entrepreneurs communautaires régionalistes.

Un Français doit se sentir chez lui partout en France et non vivre dans une France balkanisée par une promotion forcenée des langues régionales. Ce rêve régionaliste d’une minorité serait un cauchemar pour la majorité des Français. Son irréalisme ne doit pas nous faire oublier de le combattre. Nous avons la responsabilité de défendre la langue commune pour aujourd’hui et pour l’aveni
Repost 0
5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 10:17

Notre député, putatif ministre de F. Fillon, va devoir mouiller la chemise s’il veut réaliser son rêve.

En effet, son « poulain » a rassemblé 2 904 246 suffrages d’un électorat de droite  manifestement séduit par ses propositions au moins conservatrices sinon franchement réactionnaires. C’est une bonne base, mais il ne doit pas oublier que, pour être qualifié au second tour, le candidat de la droite avait dû rassembler 11 448 000 voix en 2007 et 9 753 000 en 2012. Sur un corps électoral de plus de 46 millions d’inscrits et un peu plus de 37 millions de votants, il lui reste encore un bon nombre de citoyens à convaincre pour obtenir une majorité.

Pour aider son champion, P. Labaune va donc devoir convaincre pas mal de Valentinois qu’il est bon pour eux de réduire le nombre de fonctionnaires, de supprimer certains remboursements assurés par la sécurité sociale, d’augmenter la TVA, etc. etc.  Il n’est pas certain qu’il parvienne à entraîner beaucoup de conviction quant à la pertinence de ces propositions chez les électeurs qui ne se sont pas déjà prononcés pour F. Fillion. Les Français aiment le changement, mais tout de même….

Pour assurer sa progression de carrière de notre député va donc devoir faire preuve de beaucoup de pédagogie, montrer beaucoup de force de conviction, surmonter bon nombre d’obstacles.

La gauche sera-t-elle assez intelligente pour ne pas lui faciliter la tâche et se mettre en situation de renforcer ses obstacles ?

Repost 0
4 décembre 2016 7 04 /12 /décembre /2016 07:57

Ci dessous l'édito du dernier bulletin de la CGT  agglo de Valence/romans.

Dans le journal interne de l'agglo de cet automne, le DGS, Monsieur Marmilloud, nous félicite de maintenir, malgré la réorganisation interne, et tout ce qu'elle induit, la qualité dans le service rendu à l'usager. Quelques jours après la parution de ce journal, nous apprenions en Comité technique, que le Président de l'agglo nous retirait un jour du Président dès 2017. Oh, dans sa grande générosité, il ne nous en enlève qu'un sur les trois, justement parce que nous sommes en période de mutation, et que nous faisons des efforts pour "accompagner le changement"... Alors, oui, tous ensemble, disons : "merci Patron !". Nous sommes tellement performants, que sur le rapport de la collectivité présenté en CHS CT, la médecin du travail et la psychologue du travail ont émis un avis négatif. Un avis défavorable a également été émis en Comité technique. En effet, notre agglomération affiche des chiffres de maladie ordinaire et autres au-dessus de la moyenne nationale. Nous sommes certes performants, mais à quel prix !

Alors, allez-y, encore un jour du Président ou deux en moins, et nous ferons encore mieux !

Repost 0
3 décembre 2016 6 03 /12 /décembre /2016 07:17

Ce qui se passe à Alep est horrible, ignoble, innommable.

J’ai souvenir précis des deux jours que j’ai passé dans cette ville. De mon émerveillement devant la citadelle, le marché, les savonneries… Les images de la soirée chantante dans un restaurant du quartier arménien sont très vives. Aujourd’hui à la place de ces merveilles  Il n’y a plus que ruines.

On nous dit qu’à Alep, un dictateur massacre une partie de son peuple.  C’est sans doute moins simple que cela.

Ce dictateur ne fait pas tirer sur de paisibles joueurs de cartes ou de dominos. Il fait tirer sur des groupes en armes qui contestent son autorité et se servent de la population civile comme boucliers humains.

A Alep, c’est une guerre civile. La pîre forme des guerres. Dans une guerre civile, il n’y a pas d’un côté le mal et de l’autre le bien. Le mal est partout.

Ce qui se passe à Alep est une honte pour l’humanité entière.

Repost 0
2 décembre 2016 5 02 /12 /décembre /2016 01:40

Le défaut le plus commun des hommes politiques est de se croire indispensables et de ne pas savoir apprécier à quel moment il devient temps, pour eux, de passer la main. Nombreux sont ceux qui sont allés à l’élection de trop.

François Hollande, lucide sur la situation qui est la sienne aujourd’hui et sur les risques qu’il ferait courir à son camp en prétendant être candidat au renouvellement de son mandat échappe à ce défaut généralement partagé :  Aujourd’hui, je suis conscient des risques que ferait courir une démarche, la mienne, qui ne rassemblerait pas largement autour d’elle. Aussi, j’ai décidé de ne pas être candidat au renouvellement de mon mandat."

 

Cette décision de bon sens assumée mérite le respect.

 

Repost 0
1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 07:15

Les députés vont débattre aujourd’hui d’une proposition de loi visant à faire obstacle à la diffusion sur Internet de propos et d’informations inexactes destinées à "empêcher ou tenter d'empêcher de pratiquer ou de s'informer sur une interruption de grossesse" : "En diffusant ou en transmettant par tout moyen, notamment par des moyens de communication au public par voie électronique ou de communication au public en ligne, des allégations, indications ou présentations faussées et de nature à induire intentionnellement en erreur, dans un but dissuasif, sur la nature, les caractéristiques ou les conséquences médicales d’une interruption volontaire de grossesse ou à exercer des pressions psychologiques sur les femmes s’informant sur une interruption volontaire de grossesse ou sur l’entourage de ces dernières."

Par une intervention directe  du président de la Conférence des évêques de France auprès du Président de la République ne lui demandant rien de moins  que de faire échec à la nouvelle proposition, l’Eglise tente d’intervenir sur le vote de la loi en semblant ignorer que celle-ci est faite par le Parlement et non pas le Président de la République. Au vue de pareille confusion, , on peut craindre que ce type de démarche ne devienne un pratique courante si, demain, un ami de l’Archevêque de Marseille devenait présider notre République..

A cet égard, un vote sera particulièrement intéressant à observer : celui du député de la 2ème circonscription de Paris qui est, à titre personnel, hostile à l’avortement.

 

P.S  Patrick Labaune sera-t-il présent à cette séance  ?

Repost 0