Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 08:00

imagesCADL2I7J.jpgLa fusion des conseils généraux des deux départements alsaciens et de la région ne se fera pas. C’est heureux.

 

On nous a présenté cette affaire comme visant une rationalisation des échelons administratifs et une économie de moyens. Mensonge.

 

En décembre 2011, les promoteurs du projet  dévoilaient très exactement leurs intentions : «Si nous acceptons de fonder le Conseil d'Alsace (…) nous renforcerons l'attractivité de nos territoires et leur compétitivité en Europe (…) L’Alsace dans la compétition libérale de grandes régions européennes doit s’intégrer au «Rhin Supérieur» (…) Dans la stratégie de la création de grandes régions économiques européennes, le Conseil d'Alsace doit (…) contribuer, au mieux de ses forces, à renforcer la cohésion territoriale de la Région Métropolitaine Tri nationale du Rhin Supérieur, périmètre d'excellence du développement économique(…)».  (Résolution du  Congrès d’Alsace.)

 

Ainsi, sous couvert d'efficacité administrative,  c’est clairement à un démontage du modèle français au profit d’un modèle d’organisation territorial transfrontalier que l’on entendait  procéder. C’est à cette volonté de redessiner la carte d’une Europe au service d’un projet de développement d’une économie « libérale », dont on voit bien tous les jours les ravages qu’elle cause, et qui se soucie peu de l’existence et de l’intérêt réel de peuples, que les alsaciens ont mis un frein.

 

D’autres tentatives viendront, à quoi il faudra opposer la volonté de coopération des nations plutôt que la création artificielle d’Euro-régions qui menacent tout à la fois  l’indivisibilité de la République et la solidarité natinale.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Riri 08/04/2013 10:48

Le cas Alsacien est particulier : une toute petite région frontalière composée de deux départements avec un particularisme culturel, linguistique et identitaire très marqué. On ne pouvait
s'empêcher de voir, dans la volonté du président du conseil régional, une arrière pensée autonomiste.
Ceci étant le résultat n'est guère réjouissant et je n'ai pas le sentiment d'avoir le reflet d'un électorat local responsable sur cette question. Ce sont peut-être des motivations plutôt
conservatrices, voire populistes qui ont conduit les électeurs du Haut-Rhin à rejeter ce projet. Surtout je pense que l'erreur commise était de vouloir supprimer l'échelon départemental (mais
comment faire autrement pour une si petite région), cela doit servir de leçon. On peut réformer en prenant garde de ne pas supprimer un échelon mais simplement d'en élargir son périmètre, c'est à
mon avis la voie qu'il faut suivre car le chemin vers la sortie de crise passe par la simplification ou la réforme du schéma territorial Français.

Pourquoi dès lors que l'on cherche à rationaliser, mutualiser, simplifier et ce pour pouvoir mener des politiques plus efficientes, plus lisibles et moins coûteuses pour les citoyens, pour alléger
le poids de la décision politique et lui donner moins de temps à se mettre en place, pourquoi systématiquement appelez-vous ça du néolibéralisme ? Si l'on inverse votre raisonnement on pourrait
dire qu'au nom d'une idéologie que vous réfutez vous préférez l'inefficacité, la pagaille du millefeuille, les dépenses inutiles, les doublons ?

Exemple concret, n'irait-on pas plus vite par exemple si l'on fusionnait les deux départements (800 000 habitants c'est encore moins que l'actuelle population de l'Isère)pour construire le
troisième pont sur le Rhône ? Pour finaliser le ring Valentinois ? Pour construire des politiques touristiques cohérentes basées sur les atouts patrimoniaux et culturels présents de part et d'autre
du Rhône ? Les exemples sont nombreux où l'on pourrait simplifier et donner à l'action politique une vraie marge de manoeuvre rien que dans les deux départements Drôme-Ardèche. On pourrait très
bien fusionner ces deux départements en un seul, sans faire disparaître cet échelon là. Il en va de même pour les communes urbaines - vous-même Gérard en avez évoqué et repris l'idée-.

Ce n'est pas parce que l'Allemagne n'a que 10 landers et 12 000 communes que nous devons réformer et réduire le nombre de nos collectivités (22 régions, 100 départements et 36 000 communes) mais
bien parce que nous avons trop d'élus, trop de territoires, trop de doublons, trop de millefeuille administratif et que cela pèse dans les choix qui sont opérés, traîne dans la durée et nous fait
prendre un temps interminable pour conduire le moindre projet. Rien à voir avec le libéralisme donc.

Pensons à élargir les territoires sans faire disparaître les échelons, c'est cela à mon avis qui sera le mieux compris et accepté par les électeurs avant de se demander si c'est libéral ou pas.

Amicalement.

Gège 08/04/2013 08:38

Merci pour cette analyse emplie de lucidité politique. Le caractère louvoyant et pervers de ce projet avait été peu diffusé par les médias; éléments clé des conceptions "européistes" béates ou
forcenées, ce projet figurait la partie immergée de ce que sera l'application de la réforme territoriale votée en 2010 (par l'UMPS, faut-il le rappeler?),refusée par la majorité des maires, des
conseils généraux et régionaux de France et présentée, hypocritement, comme une modernité administrative et un acte d'économies financières. Alors que c'est le "sabre qui doit destructurer 200ans
d'exception française et démanteler l'âme républicaine au bénéfice de cette horrible "gouvernance" dont tous les UMPS se font les idéologues.
Bravo aux alsaciens pour avoir refuser ce projet du "Rhin supérieur" qui préfigure l'adaptation de la Nation au fédéralisme "made in Germany". Nos édiles en auront-ils un jour fini avec cette
révérence faite au supposé "modèle allemand"?
J'attends un contradicteur qui me traiterait de "germanophobe", comme il est de mode ces jours-ci d'accuser d"antisémitisme" quiconque a des idées différentes ou plus nuancées que celles de la
pensée unique!