Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 08:00

Les partisans d’une autre agglomération que l’agglomération à 51 ne renoncent pas à défendre publiquement leurs arguments en faveur d’un projet alternatif.  Il paraît que ça agace certains.

Entêtement stupide considèrent ceux pour les choses sont « pliées ».           Cohérence du propos objectent les « entêtés ».

Lorsque, après débat contradictoire, une décision est prise à la majorité d’une instance régulière, il est évident que, sans pour autant renoncer à son point de vue, la minorité n’a aucune légitimité à  faire obstacle à la décision majoritaire.

Dans le cas de l’agglomération, nous ne sommes pas dans ce cas de figure.  Malgré tous nos efforts, et contre toute raison, jamais notre proposition alternative n’a été mise à l’étude par les services de la préfecture. Un seul scénario a été établi. présenté, défendu. Une majorité de communes s’est déclarée, par vote en conseil municipal, contre ce scénario organisant un mariage forcé.  Certes, un certain nombre des  29 communes « refusantes » ont fait savoir qu’elles ne souhaitaient pas que les agglomérations existantes auxquelles elle appartiennent soient démantelées, mais l’interprétation de ces  vœux  comme valant ralliement, de fait, à la grande agglomération, constitue une erreur de perspective qui vaudrait une note éliminatoire à tout candidat à l’ENA à qui cette situation serait proposée comme étude de cas.

En continuant à argumenter contre une décision qui ne résulte pas d’un libre débat, les « entêtés » ne font rien d’autre que défendre un point de vue qu’ils  estiment  juste,  en même  temps qu’une conception de ce que doit être une prise de décision collective.

Il n’y a pas de majorité pour l’agglomération à 51 et il serait regrettable de devoir le faire  constater par un juge administratif. Mais si cela est nécessaire pour faire valoir le droit des communes à s’administrer librement, cela sera fait.

Partager cet article

Repost 0

commentaires