Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 08:00

Au-delà  des enjeux de pouvoir et de contrôle politique des territoires qui pèsent évidemment sur le dossier, la question de l’intercommunalité met aux prises deux conceptions de l’avenir de l’organisation territoriale en France.

La première, celle qui vient d’être imposée dans notre secteur avec l’agglo à 51, considère que c’est par la création de pôles métropolitains lourds et massifs que l’on créera les conditions du développement de demain. Pour gagner dans la compétition  économique, nous dit-on,  il faut être repérable au niveau national, voire européen, être en mesure de rivaliser  avec les grandes métropoles voisines que sont pour nous, Grenoble ou Lyon, et être ainsi en mesure d’attirer population et richesse. Cette richesse -  c’est ce qu’on nous promet - « ruissèlera » des « communes centre » vers les communes périphériques.

La deuxième conception  conteste radicalement cette approche. Un tel modèle s’inscrit dans une perspective non pas de coopération des territoires, mais de leur compétition : Grenoble, contre Lyon, contre Valence, contre Roanne, etc…  Cela  aboutit à construire des pôles de compétitivité pour un combat de chacun contre tous, et si l’objectif : être le plus fort, est atteint,  on assistera inévitablement à l’aggravation des déséquilibres territoriaux avec des secteurs qui capteront la richesse économique tandis que d’autres, notamment ruraux, seront privés d’équipements et de développement.

A cela, nous préférons une intercommunalité qui parte des réalités et de besoins de terrain et s’appuie sur les spécificités locales pour construire, pour et par la coopération,  des ensembles harmonieux dans le cadre  d’un territoire national cohérent et solidaire. Nous pensons que le rôle de l’Etat n’est pas d’organiser la compétition entre les territoires mais, au contraire, leur solidarité. A cet égard l’instruction donnée aux des préfets d’imposer, quasiment dans chaque département, une agglo XXL n’est pas sans paraître plus que contestable.

Une agglomération de 51 communes, rassemblant près de la moitié de la population du département et déjà les deux tiers, voire les trois quart, de sa richesse, construite pour attirer les activités économiques au détriment de ses voisins, n’est probablement pas un facteur de développement harmonieux de la Drôme dans son ensemble, mais, au contraire, un outil d’un déséquilibre ce qui, à terme, peut être lourd de conséquence pour ses populations.

Nous ne pensons pas que le choix imposé soit le bon et nous continuerons à agir pour des solutions plus raisonnables.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Poil à gratter! 21/02/2013 20:05

Si nous habitions au pays des Bisounours, vous auriez complètement raison M. Bouchet...Je constate que malgré les années vous êtes capable de cultiver votre côté ingénuité. ;-)

Par ailleurs, la formule "Agglo XXL", que vous empruntez au jeune Nicolas DARAGON, est également fort juste, si l'on compare la Drôme à la Lozère ou la Creuse. Sinon, elle fait sourire...

Sérieusement M. Bouchet, ignorez vous à ce point la géographie de la France pour écrire des choses aussi inexactes? La moitié de la population département de la Drome sera impliquée dans cette
agglo. Et alors? La belle affaire ! Nous sommes loins d'être les seuls !
Comparons par exemple avec les départements du Rhône, de l'Isère,de l'Hérault,des Alpes-maritimes... cette liste est encore longue.

bouchet 21/02/2013 22:38



Rendez à César ce qui est à césar : l'expression Agglo XXL, c'est daragon qui me l'a piqué ! Ah mais !