Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 08:00

chomage.jpgQui peut s’étonner de la hausse du chômage en France ?

Sous la pression des marchés financiers, et pour « faire baisser la dette publique », les gouvernements des différents États européens mettent en œuvre, sous des formes plus ou moins accentuées , les mêmes politiques d’austérité :  diminution des dépenses publiques et augmentation des recettes à travers la fiscalité ; coupes budgétaires dans  la fonction publique avec blocage ou baisse du salaire et/ou des effectifs de fonctionnaires ;   diminutions de services publics et de la protection sociale ; « réformes » des retraites et de l’assurance maladie ; etc, etc…

Ca donne les mêmes résultats partout : en Espagne, selon l'Institut national de la statistique espagnol, 25% de chômeurs au troisième trimestre.  En Grèce : selon l'Institut du travail, centre de recherches des deux grandes centrales syndicales grecques, le chômage serait passé de 24 % en moyenne en 2012 à 26-29 % en 2013

En France, pour  le  19ème mois consécutif, le nombre des demandeurs d’emploi est  en  hausse. Une hausse qui porte leur nombre à 3,13 millions

 L'Insee a annoncé la semaine dernière s'attendre à 40.000 suppressions de postes par trimestre sur la première partie de 2013 dans les secteurs marchands non agricoles et à un taux de chômage à 10,5% fin 2012 et à 10,9% mi-2013, proche des plus hauts touchés début 1997.

 

Continuons la même politique : c’est la bonne pour aller  dans le mur !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

serge d'agostino 28/12/2012 12:26

ils sont surtout convaincus de la justesse de leurs idées ou alors - en "bon" économiste - estiment que le coût (sous toutes ses formes) que représenterait pour eux une correction de leurs erreurs
est trop élevé en regard des gains (sous toutes ses formes) qu'ils en retireraient. C'est sans doute la même chose pour les décideurs politiques d'où la persévérance dans l'erreur et l'austérité
pour tous qui en découle. Ajoutons un élément démographique dans le cas de l'Allemagne : une population qui vieillit à grande vitesse donc une population de rentiers (au sens de vivant des rentes
de placements financiers) donc il ne faut surtout pas d'inflation et faire payer ceux qui sont endettés.

serge d'agostino 28/12/2012 10:44

et comme tu peux le voir dans l’article dont je fournis le lien et fais qq commentaires, certains jugent que la purge est insuffisante.

cet article est très intéressant, rédigé par Hans-Werner Sinn, un économiste libéral allemand de renom ("nobelisable") : à mon sens, c'est la traduction limpide des sources de nos pb en Europe à
savoir l'absence d'une réelle coopération entre États, l'austérité considérée comme un dogme et le fait que ceux qui ont péché doivent expier dans la douleur. Évidemment c'est comme ça que j'ai lu
cet article et ce n'est pas ce que veut dire l'auteur !

Pas une fois il ne fait allusion au jeu non coopératif auquel se livre l'Allemagne depuis la fin des années 90 (au contraire, l'exemple allemand est vanté - cf. l'extrait ci-dessous - sans que
notre auteur ne pense un seul instant que si tous les pays font la même chose on sera dans un scenario de course au moins-disant comme dans les années 30 ; il s'agit uniquement de réduire les
salaires et les cotisations sociales dans les pays déjà en difficulté et pas un mot sur la réévaluation salariale ou à la relance de l'activité auxquelles l'Allemagne devrait/pourrait se livrer.
Par ailleurs notre auteur considère que la France a engagé une politique de relance ("Le Président François Hollande veut résoudre les problèmes de son pays avec des programmes de relance de la
croissance." et voir aussi la fin de l'extrait ci-dessous que les grecs, les portugais, les espagnols, les italiens et nous-mêmes, apprécieront). Je crois que Sinn a besoin de repos !

"Il y a dix ans, l’Allemagne était dans la situation que connaît la France aujourd’hui – le malade de l’Europe. Elle a enduré une hausse du chômage et souffert d’un manque d’investissements. Une
grande part de son épargne était investie à l’étranger, et ses investissements intérieurs nets étaient parmi le plus bas de tous les pays de l’OCDE. Sommé d’agir, le gouvernement social démocrate
de Gerhard Schröder a décidé en 2003 de priver des millions d’Allemands du second palier de leur assurance chômage, ouvrant ainsi la voie à la création d’un secteur à bas salaire, ce qui a permis
de réduire le taux d’inflation. Malheureusement jusqu’à présent, aucun signe n’indique que les pays en crise, la France en tête, sont disposés à se serrer la ceinture. Plus ils se raccrocheront aux
formules magiques, plus la crise de la zone euro perdurera."

http://www.project-syndicate.org/commentary/a-new-opportunity-for-europe-s-crisis-economies-by-hans-werner-sinn/french

bouchet 28/12/2012 12:16



La question que je me pose et qui est actuellement pour moi sans réponse : ces économistes libéraux sont-ils stupides ou simplement cyniques  et malfaisants par tempérament naturel ?