Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 08:00

Dans sa contribution à l’article précédent, Poil à gratter, commentant mon refus d’accepter le périmètre de l’agglomération à 51, écrit :  Pour ce qui vous concerne, j'ai le sentiment que vous n'avez guère (ou pas) bougé. Une question me taraude l'esprit : Auriez-vous dès le départ tout intégré de cette réflexion collective ou bien seriez vous tout simplement séduit par l'immobilisme ?

J’indique courtoisement à « Poil à gratter » quelque chose qu’il ignore sans doute.

Le 18 novembre 2003 – il y a donc neuf ans quasiment jour pour jour – à mon initiative, 6 élus de Valence (Denise Comboroure, Danielle Persico, Dominique Allain, Jacques Séguela, Jean Michel Bochaton et moi-même), 3 élus de Portes (Micheline Astier, Michel Quenin et Gérard Laurent-Bourges), 4 élus de Guilherand-Granges (Michèle Bouvier, Catjherine Rollin, Damien Genthial et Jacques Perez) et 4 élus de Bourg-lès-Valence  (Geneviève Mialy, Gérard Esson, Patrick Lart et Jean Patouillard)  lançaient un appel à tous les élus de l’agglomération valentinoise dont j’extrait ce texte : Nous appelons donc tous les élus municipaux, quelles que soient leurs appartenances politiques et quel que soit leur niveau de responsabilité dans leur commune, à s’emparer du problème de la construction d’une communauté d’agglomération capable, par son extension et son mode d’organisation, de répondre à l’ampleur des défis qui nous sont lancés pour les années à venir. Cette question ne doit pas rester le domaine réservé de quelques élus seulement dans chaque commune.

Vous noterez la date : 18 novembre 2003 et l’absence significative de quelques signatures d’élus de l'époque, et notamment d'élus socialistes qui considéraient alors que la construction d’une communauté d’agglomération était… prématurée.

Alors, en matière de leçons sur le mouvement et l’immobilisme, « Poil à gratter » devrait regarder à deux fois pour distribuer ses bons et mauvais points. (Je tiens par ailleurs à sa disposition, s'il veut bien sortir de l'anonymat, un exemplaire de l’appel du 18 novembre et un florilège de mes contributions relativement à la construction de l’agglomération. Ca tient plusieurs classeurs).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Riri 21/11/2012 18:48

J'ai fait attention à ne pas parler pour la terre entière, vous avez vu l'effort que j'ai réalisé !
;-)

comete26 21/11/2012 18:41

Monsieur RIRI,
j'abonde dans votre sens !!!
comme quoi ....
bien à vous

Riri 21/11/2012 08:46

Peu importe s'il y a immobilisme ou pas, ce n'est pas la question qui est posée, Poil. Avancer, tout le monde est d'accord, mais dans quel sens et pour faire quoi exactement?

On ne comprend toujours pas pourquoi on force plus sur une intégration de Romans que sur celle de Guilherand-Granges, qui paraît pourtant plus cohérente et aller de soi.
Il y a très peu de pédagogie. Les valentinois ne semblent pas vraiment intéressés ou sont mal informés. Ils ne voient pas concrètement les effets d'une agglo à 11, alors à 51...
Comme les citoyens ne sont pas vraiment associés, cela risque d'engendrer de la méfiance et alimenter les fantasmes et les peurs.
Il y a beaucoup trop d'opacité et nous (je dis nous, pardon Comète ;-) avons l'impression que l'on force un peu le destin sans savoir vraiment dans quel objectif.
La grande agglo, ok, mais elle n'aura de sens qu'avec la rive droite. On ne comprend pas pourquoi à Valence on ne traverse pas le Rhône pour construire une intercommunalité cohérente alors qu'à 15
kilomètres de là, à Tain-Tournon cela ne pose aucun problème pour les préfets des deux départements.

Et je crains que cette question de l'agglo à 51, ne revienne, tel un boomerang, en pleine face de la majorité actuelle lors des prochaines municipales. Ce serait quand même bête de se diviser et de
perdre la mairie sur cette question intercommunale alors que l'initiative de départ était bonne, attendue, et que le bilan du mandat d'Alain Maurice est, d'ores et déjà, excellent.