Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 08:00
Le rapport Gallois est un constat lucide et courageux de la cote d’alerte atteinte aujourd’hui par l’industrie française. Il est aussi un appel à l’effort collectif, fondé sur un nouveau « pacte social », associant les salariés aux orientations de l’entreprise.

Pour avoir mis en garde depuis 1983, contre les conséquences du choix de la monnaie forte sur l’industrie française, je ne saurais, aujourd’hui, qu’approuver les propositions du rapport Gallois. Voilà bientôt trente ans que je ne cesse d’en appeler à une grande politique industrielle. Dès lors que le choix de la monnaie unique est considéré par le gouvernement comme un choix dans l’état actuel des choses, indépassable, l’idée d’une « dévaluation fiscale » est la seule qui puisse rétablir, autant que faire se peut, la compétitivité de nos industries.

Bien entendu, il faudra veiller à ce que les entreprises investissent dans la production et la recherche les marges ainsi dégagées. Pour le reste, toutes les propositions du rapport Gallois vont dans le bon sens mais ne sauraient produire leurs effets qu’à terme.

Contrairement à ce que croit l’extrême-gauche, il n’y a pas d’avenir pour l’industrie française et pour les classes populaires dans une stratégie d’affrontement qui serait contreproductive pour elles et pour la France. La stratégie de coopération de toutes les forces de la production, ce que j’ai appelé « l’alliance des productifs », appuyée sur un compromis social réaliste, est la seule féconde pour le redressement du pays.

Ceux qui ont voté pour le traité de Maastricht en 1992 sont mal placés aujourd’hui pour donner des leçons. Oui, le choix proposé par le rapport Gallois est aujourd’hui celui du salut public ! L’heure est donc à la mobilisation non seulement de la gauche mais de toutes les forces de la France.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Serge d'Agostino 08/11/2012 12:57

suis tout aussi surpris que Jacques (peut-être est-ce l'effet d'une déclaration non reproduite dans son intégralité ?).
Par exemple, parler de dévaluation fiscale (j'imagine qu'il veut dire baisse des charges/cotisations patronales - mais en échange d'une augmentation de la TVA + une nouvelle réduction des dépenses
budgétaire de 10 milliards) est une voie empruntée par l'Allemagne qui n'est rien d'autre qu'une forme atténuée de dumping socialo-fiscal. Mais Chevennement veut-il ainsi faire pression sur
l'Allemagne en lui disant qqchose du genre "vous avez lancé les hostilités maintenant c'est à nous" ? Finalement la guerre commerciale va pouvoir reprendre en Europe. Quel pays va bientôt se lancer
dans l'aventure ? Une réévaluation salariale en Allemagne aurait "une autre gueule" mais évidemment on n'en est pas encore là, quoique...
Mettre en parallèle l'impossibilité de revenir sur la monnaie unique, c'est implicitement dire qu'on ne peut pas déprécier l'euro (ce qui un peu faux puisque sa surévaluation est aujourd'hui
moindre qu'il y a qq années, mais c'est vrai que c'est le marché qui fixe le taux de change). Or si on le pouvait ce ne serait rien d'autre qu'une forme de... dumping monétaire (à la chinoise par
exemple !). Que la guerre monétaire se poursuive !

Par ailleurs, pour en revenir au rapport, rien n'oblige les entreprises à investir (ce n'est pas parce que le comité d'entreprise sera informé et s'exprimera que ça suffira à ce qu'elles
investissent)

Enfin, la petite pique lancée à Mélenchon au final (il a voté Oui à Maastricht en effet et critique vivement le rapport Gallois)est, à mon avis, totalement hors de propos et purement politicarde.

jacques malsert 08/11/2012 09:01

Je ne savais pas Chevènement si proche de Louis Gallois, Pierre-Emmanuel Thiard et donc de Parisot et ... Sarkozy.
Quant au "compromis social réaliste", on imagine ce que cela veut dire ! Chevènement devrait prendre des vacances ... en Grèce !