Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 08:00

On annonce pour cette semaine l’arrêté préfectoral qui fixera le périmètre de la future agglomération.

Selon toute vraisemblance, conformément à l’avis majoritaire de la CDCI, et malgré le vote négatif d’une majorité de conseillers municipaux consultés pour avis, ce périmètre devrait regrouper les communes suivantes :  Alixan, Barbières, Beaumont les Valence, Beauregard Baret, Beauvallon, Bésayes, Charpey, Chateauneuf sur Isère, Chatillon Saint Jean, Clérieux, Crépol, Eymeux, Génissieux, Geyssans, Granges lès Beaumont, Hostun, Jaillans, La Baume Cornillane, La Baume d’Hostun, Le Chalon, Malissard, Marches, Miribel, Montéléger, Montélier, Montmeyran Montmiral, Montrigaud, Mours Saint Eusèbe, Ourches, Parnans, Peyrins, Rochefort Samson, Saint Bardoux, Saint Bonnet, Saint Christophe et le Laris, Saint Laurent d’Onay, Saint Michel sur Savasse, Saint Paul lès Romans, Saint Vincent la Commanderie, Triors, Upie

Chabeuil, Chatuzange le Goubet, Etoile, et Saint Marcel lès Valence

Bourg de Péage, Portes lès  Valence, Bourg lès Valence, Romans sur Isère, Valence

Un tel ensemble, s’il devait effectivement voir le jour, sera extrêmement difficile à gérer de manière démocratique. En effet, dans l’état actuel des dispositifs envisagés, toutes les communes ne pourraient pas être représentées au bureau et certaines n’obtiendraient qu’un seul siège dans un conseil syndical de 110 membres. (C’est le cas pour 39 d’entre elles sur 51). Une telle situation est difficilement envisageable.

De toute évidence, c’est au regard des propositions qui seront faites sur le mode de gouvernance que se jouera largement l’acceptation ou non, par une majorité de communes, de ce nouveau dispositif qui suppose, pour chacune d’entre elles, des « abandons de souveraineté » dans les domaines de compétence qui seront obligatoirement transférés à l’agglomération.

Pour que ce nouvel ensemble soit créé, il faut qu’une majorité de communes l’accepte.

Si tel n’est pas le cas, le préfet devra revoir sa copie.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

COUSIN 09/10/2012 12:55

COUSIN
Granges ne fera pas partie de l'agglomération, mais Ourches dont la population et le Conseil Municipal s'étaient prononcés majoritairement pour un rapprochement avec la communauté du Val de Drôme a
été forcée de rejoindre la Grande Agglo... Triste exemple de déni de démocratie.

J CLAIR 08/10/2012 19:31

Gérard
contrairement à ce que tu indiques, toutes les communes seront représentées au Bureau, cf le préambule constitutif et les débats d e ce vendredi à Valence

bouchet 08/10/2012 23:24



Jacques,


OUi, dans le préambule il est dit qu'elles le seront, certes, mais ce n'est pas inscrit clairement dans la version des statuts qui nous a été proposée. Or, ce qui compte juridiquement, ce n'est
pas les intentions, ce sont les statuts. Inscrivons les choses clairement et sans ambiguïté possible dans le texte réglemntaire et tout ira bien.



Riri 08/10/2012 12:54

...et toujours pas les communes de la rive droite dans ce scénario intercommunal improbable... des communes (comme Granges-Lès-Vce)qui se situent pourtant à 500 mètres de la Cathédrale à vol
d'oiseau... cela parait incroyable que ni le préfet de la Drôme, ni celui de l'Ardèche n'aient eu la présence d'esprit d'(au moins) essayer de proposer de construire une agglo qui soit à cheval sur
les deux départements telle que l'est l'agglo valentinoise. On nage en plein délire territorial. Au lieu de cela nous trouverons dans ce périmètre intercommunal des communes qui sont dans les
"terres froides" aux portes de l'Isère.

L'absurdité du découpage territorial conduit à des absurdités intercommunales encore plus énormes. Intégrer Romans-Bourg-de-Péage, ok, cela a du sens et on peut le comprendre mais des villages
ruraux qui se situent eux-même à 25 kilomètres de Romans, plus de 40 de Valence, cela semble insensé. Ce ne sera jamsis l'agglo valentinoise mais un espèce de truc ingérable et antidémocratique où
la place de Valence ne sera pas centrale mais marginale.

Totalement incompréhensible quand on voit que des communes comme Pont de l'Isère ou La Roche de Glun ne sont pas elles-même comprises dans le périmètre alors qu'elles font partie de l'aire urbaine
de Valence (au même titre que les communes ardéchoises qui en sont absentes). Il serait logique, si l'on comprend Romans-BDP d'essayer aussi d'intégrer Tain-Tournon et Livron-Loriol. Rovaltain ,
c'est bien la reconnaissance d'un territoire qui prend en compte les trois agglos de Valence, Romans et Tain, pourquoi dans ce cas ne pas imposer à Tain-Tournon (comme on va le faire pour des
communes qui ont voté non à ce projet) de participer à cette construction intercommunale ?

Ce projet propose la confusion au lieu de la rationalisation des moyens. Le bon sens est absent de ce projet et le gaspillage des moyens risque d'être important sans forcément apporter de résultats
concrets à la vie quotidienne des citoyens. Ces derniers risquent fort d'être irrités par ce remue-ménage territorial inutile car c'est eux qui entant que contribuables devront le financer sans
jamais participer aux décisions : ils en sont clairement écartés.

Je souhaite bien du courage au maire de Valence, qui se lance dans une opération de dialogue et de rapprochement avec les Valentinois, pour leur expliquer ce bazar intercommunal. Il va lui falloir
trouver des arguments de poids pour convaincre, même ses propres électeurs, de l'intérêt pour la ville de mutualiser ses moyens avec, par exemple, Saint-Christophe-et-le-Laris ou Montrigaud.