Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 08:00

Quand une collectivité a peu d’argent et qu’elle veut pourtant investir au service de son  développement elle peut avoir recours à un mode de financement particulier le partenariat public-privé (PPP) est un mode de financement par lequel une autorité publique fait appel à des prestataires privés pour financer et gérer un équipement assurant ou contribuant au service public.

 

Le partenaire privé  d'un PPP assure : la conception, la construction,  le financement d'un équipement : hôpital, prison, musée, école, palais des congrès, ligne de chemin de fer, puis gère son exploitation et sa maintenance pendant quinze, vingt, voire quarante ans. Il  est rémunéré sous forme de loyers payés par la collectivité publique.

 

Créés par l'ordonnance du 17 juin 2004, sous l'impulsion d'Alain Madelin, ( plus libéral que lui – tu meurs)  les PPP ont représenté depuis cette date, 18 milliards d'euros. L'enveloppe pourrait atteindre, selon certaines estimations, 60 milliards d'euros d'ici à 2020, dont 15 milliards d'euros pour 2011..

 

Plusieurs analystes constatent que ce "ce système en apparence vertueux dissimule des bombes à retardement. Les loyers versés au privé reviennent au final à payer deux à trois fois plus cher le coût de l'équipement initial".  Le futur Pentagone français, à Balard, dont le coût initial est évalué à 745 millions d'euros, "coûtera à l'Etat plus de 3,5 milliards d'euros de loyers sur vingt-sept ans".

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Riri 31/08/2012 14:28

Merci pour l'info. Si je comprends bien, un partenariat avec le privé pour la "remise à flot" (si j'ose dire...) de la piscine de plein air Jean Bouin serait trop coûteux pour la ville en terme de
loyers. Ok. Dans ce cas, pourquoi l'agglo (puisque je suppose que la gestion de cet équipement lui revient désormais) ne se départit pas de cet équipement qui se dégrade, en le cédant directement à
un investisseur privé qui aurait la charge de gérer un équipement de loisirs, tel que fonctionnent un bowling, un paint ball, un accrobranche, ou le cinéma Pathé ?
L'essentiel pour le valentinois en quête désespérée de points d'eau l'été, sera de pouvoir disposer d'un équipement qui réponde à cette attente. Qu'il soit privé ou public n'est pas la question
pour le nageur moyen, non ? Certes le ticket d'entrée serait plus élevé que dans un établissement public mais une certaine clientèle (notamment celle qui habite le centre ville) serait certainement
ravie de retrouver cet équipement.
Il est difficile de comprendre pourquoi, depuis bientôt dix ans, les différents acteurs publics laissent se dégrader un tel équipement (en plein centre ville) alors qu'il pourrait renforcer
l'attractivité du secteur (c'est bien ce que cherche la ville, non ?) et alors qu'en plus l'on envisage la reconquête des berges du Rhône...
Rendre la piscine Jean Bouin aux Valentinois serait un petit plus aussi en terme électoral... (si si il faut y penser !;-)
Bien à vous.