Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 02:18

J'ai beau chercher, je n'arrive pas à comprendre quelles raisons positives ont pu  conduire une majorité de Valentinois à reconduire le député sortant comme leur représentant à l'assemblée nationale.

 

Voilà un élu dont la nullité parlementaire est patente : peu de présence effective à l'assemblée, pas de proposition de loi, aucune intervention en séance..... Cette médiocrité, il la revendique même dans le désormais célébre entretien au D.L du 21 avril 2006. On ne peut croire que c'est pour sa transparence que les valentinois le choisissent !

 

Il s'est présenté à eux, pour la députation, avec, comme arguments, son bilan passé de maire : la création du C.M.E, le maintien des taux d'imposition pendant 13 ans, etc... Ces arguments, il les avaient déjà présenté il y a quatre ans aux municipales et... il avait été battu. Les valentinois ne peuvent pas avoir élu un député pour les mêmes raisons qui leur avaient fait écarter le maire sortant en 2008.

 

Ils ne l'ont pas élu non plus pour ce qu'il a apporté à la ville comme parlementaire, puisque tous les fonds distribués dans le cadre de sa réserve parlementaire l'ont été à d'autres communes que Valence qui a précisément bénéficié de 0 euro dans ce cadre.

 

L'ont-ils élu par idéologie, parce qu'il est à droite et porteur de certaines réfernces du front national (c'est lui qui le dit ) ?  Peut-être, mais alors pourquoi ont-ils donné plus de 53% des voix à F. Hollande il y a un peu plus d'un mois ?

 

Non, vraiment, je ne vois pas dans l'élection du député  la marque évidente d'un choix positif. Sans doute faut-il donc chercher d'un autre côté, celui que j'évoquais dans une note ci-dessus : au second tour on élimine !  C'est alors une autre réflexion qu'il nous faut conduire.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Gérard 21/06/2012 17:48

Monsieur Bouchet point d’angélisme cela ne vous ressemble pas à la lecture de la finesse de vos analyses que vous nous faites partager quotidiennement dans votre blog. Le problème vient du choix
de
candidat fait par le PS et il faut bien l ‘admettre choisir M. Maurice n’était pas des plus judicieux vu la piètre image qu’il a auprès de la population et qui doit vous même, en tant que
Conseiller municipal, souvent vous revenir aux oreilles.
En effet, le Maire de Valence est perçu comme une personne distante, autoritaire et sans écoute ce qui n’est pas fait pour arranger les choses, cette incapacité à créer de l’unicité est
rédhibitoire et je ne rappellerai pas son absence totale de charisme et d’empathie souligné dans un des commentaires plus haut.
On ne peut pas solliciter l’adhésion des gens lorsque on les ignore le reste du temps !
On ne peut pas solliciter leur voix lorsque l’on ne fait pas une politique sociale qui plus est lorsque l’on se présente sous la bannière socialiste !
On ne peut pas solliciter l’adhésion totale et aveugle de ses partenaires lorsque on ne les écoute pas et que l’on ne fait pas cas de leur avis !
Oui le PS doit se remettre en question quant à leurs choix futurs pour les prochaines échéances au lieu de laisser dans les mains d’une seule et même personne tous les pouvoirs !
Car comment peut-on arriver à perdre dans un tel contexte et de manière aussi large ? Vague rose, forte couverture médiatique (grâce à un double statut : Maire et Président d’agglo). Voilà les
bonnes questions qu’il faut se poser !

karine 21/06/2012 13:28

La réponse étant dans la question, il me semble qu'il faut plutôt s'interroger sur la capacité du PS à analyser la situation, courageusement, à partir des erreurs locales, sans chercher des boucs
émissaires à l'extérieur. Est-il capable de le faire ? L'orientation municipale peut-elle changer (vidéo surveillance, agglo, ceinture verte, démocratie participative, etc...).Si la réponse est
non, j'ai bien peur qu'on revive le même scenario dans deux ans. http://www.liberation.fr/politiques/2012/06/15/ce-qui-guette-les-socialistes-c-est-le-syndrome-de-l-hyperpuissance_826781

karine 21/06/2012 13:13

la réponse à l'interrogation étant dans la question, il me semble que le véritable enjeu est dans la dernière phrase. Est-ce que le ps est en capacité de réfléchir sur la situation valentinoise à
partir de ses erreurs, sans chercher des boucs émissaires extérieurs ? est-ce qu'il peut changer sa politique ? Si la réponse est non, la mairie est déjà perdue...

hubertguillaud 21/06/2012 09:18

Entièrement d'accord sur le bilan assez accablant du député de la 1ère circonscription de la Drôme : il n'y a qu'a regarder les propositions de lois qu'il a cosigné (puisqu'il n'en a proposé
aucune), pour s'en rendre compte : http://2007-2012.nosdeputes.fr/patrick-labaune/documents/loi. Cela peut sembler étrange que Valence envoie un député de la Droite Populaire la plus
caractéristique... Néanmoins, on ne peut pas dire que la campagne électorale se soit attardé non plus sur ce bilan accablant. Les partis d'opposition n'en ont pas parlé. Le bilan n'a pas été tiré.
Les gens n'ont pas été informés.

Mais je suis assez d'accord avec vous. Visiblement, les Valentinois ont choisit d'éliminer l'autre candidat.

Max 20/06/2012 22:56

Le PS sur Valence fait erreur de casting sur erreur de casting;
il a d'abord parié sur Rivasi qui lui a claqué dan sles doigts. Puis ça a été P.A Molina, qui avait le feeling pour être maire, comme moi pour être archevêque. Enfin il ont joué Maurice pour se
débarasser de lui au Conseil généraL
Une politique ça se fait avec des hommes (ou des femmes) capables d'être des animateurs d'équipe. Aucun des trois derniers "leaders" du P.S ne s'est montré à la hauteur de la tâche.
Et je ne crois pas que parmi les postulants au titre (qui doivent être bien triste de l'échec de A.Maurice), il y en ait un seul qui ait les capacités requises.