Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 08:00

Supprimer le mot “race” dans l’article premier de la Constitution.

 

Le mot « race » a été introduit dans la législation française en 1939, puis installé par les lois antisémites du régime de Vichy des 3 octobre 1940 et 2 juin 1941. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, après la découverte des crimes nazis, cette terminologie a été reprise

pour proscrire les discriminations. Ainsi la Constitution de 1946, dans son préambule, proclame « inaliénables et sacrés » les droits de «tout être humain, sans distinction de race, de religion ni de croyance ».

La Constitution de 1958 réaffirme ce principe, en rappelant dans son article premier « l’égalité devant la loi de tous les citoyens, sans distinction d’origine, de race ou de religion ».

Si on comprend aisément l’esprit qui a guidé les constituants de 1946,

il apparaît aujourd’hui que le terme « race » est dangereux tant philosophiquement que politiquement. Son utilisation d’alors est historiquement périmée.

 

La Licra ne cesse d’expliquer à la jeunesse, depuis plusieurs décennies maintenant, que ce concept est scientifiquement inopérant pour l’espèce humaine et qu’il a servi de support aux discours qui ont précédé les pires actes criminels. Soustraire le mot « race » de l’article premier de la Constitution ne fera certes pas disparaître les idéologies racialistes et racistes, mais cela empêcherait leurs promoteurs de détourner les textes pour accréditer les théories différentialistes. Cela contribuerait, en outre, à faire évoluer les mentalités. À la faveur d’une révision constitutionnelle, la Licra demande que le mot « race » soit supprimé dans l’article premier de la Constitution et que le mot « origine » qui le précède soit remplacé par « origines ». Ces modifications n’entraîneraient aucune régression de l’arsenal législatif contre le racisme.

 

Une proposition qui mérite réflexion.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Gège 07/06/2012 11:51

"l’égalité devant la loi de tous les citoyens, sans distinction d’origine, de race ou de religion ".

Le seul fait de supprimer "sans distinction d'origine, de race ou de religion" ne renforcerait-il pas le concept de "citoyen". Car, qu'est-ce finalement un citoyen...?