Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 08:00

Le Dauphiné Libéré du mardi 22 fait état de la décision du maire de Valence de doter la ville de 80 caméras de surveillance. Les élus M.R.C de la majorité municipale réagissent ;

 

Le maire de Valence a présenté à la presse son projet de mise en place d’un réseau de  vidéo surveillance sur la ville. Les élus M.R.C de la majorité municipale rappellent leur position sur ce sujet.

 

Lors du débat interne qui a eu lieu, nous ne nous sommes pas opposés à une utilisation en vidéo surveillance des 24 caméras déjà en place pour régler les accès à la zone piétonne. Nous avons demandé qu’une évaluation des effets de ce nouveau dispositif soit conduite de manière contradictoire et que,  avant toute extension du réseau, la preuve de son efficacité soit apportée.

 

En effet, tous les rapports sur le sujet invitent à s’interroger l’intérêt des lourds investissements que nécessitent les systèmes de vidéo protection et notamment le «rapport sur l’efficacité de la vidéo protection »  publié en Juillet 2009 par l’Inspection générale de la police nationale, l’Inspection générale de l’administration et l’Inspection de la gendarmerie montrant que : "pour ce qui concerne la délinquance générale, les taux d’élucidation restent inférieurs dans les villes vidéo surveillées que dans celles qui ne le sont pas. Le taux d'élucidation des atteintes volontaires à l'intégrité physique (AVIP) est de 54,4% dans les villes vidéo surveillées, mais de 60,6% dans celles qui n'ont pas de caméras. (Chiffre de 2008, disponibles sur internet)

 

Dans l’état actuel du dossier, nous ne pouvons pas être solidaires de la décision du maire d’installer un réseau de 80 caméras dans la ville.

 

 

                   Gérard BOUCHET (Adjoint au maire)                 Jacques SEGUELA (Conseiller délégué)

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

POLYGONE 23/05/2012 15:41

Bonjour
Comme disait " ARISTOTE "
"Ne pas voir ce qui est
mais voir ce qu'on a envie de voir".
- A combien s'élève les dégradations sur les batiments publics dans le quartier??
- Incendie de locaux municipaux à la piscine/patinoire (agglo.),dégradations divers à l'école de la musique et de la danse, vitres ...
au collège Jean ZAY' pose de filets sur la facade,voitures degradées et incendiées sur les parkings communaux,incendie poubelle,ex local Police nationale, voitures incendiées contre la façade de la
copropriete prive "LE ST.EXUPERY",attaques de la boulangerie,les galeries ont été sécurisées, dégradations des grilles,le local des jeunes dégradés, le personnel communaux et les riverains sont
molléstésde meme que les visites du syndic et les membres du conseil syndicalà l'intérieur dans la cour privée du ST EXUPERY "vitesse execif d'un velomoteur conduit par un jeune.
Faut il que les résidents créent une milice de surveillance dans leur propriété privé.
Avez vous songé entant que élu a la finance à combien vos concitoyens du Polygone payent direct et en indirect(impots quartier residentiel de Valence)
Pourquoi vous n'organisez pas
- Un sondage et une reunion de concertation des riverains dans les locaux des " VERTS"serai démocratique,Zone: rue de Narvik,avenue G.Clemenceau.
Je respecte votre point de vue;Vous n'habitez pas ce quartier comme d'autres eluEs,vous ne trouvez pas la nécéssité des caméras qui est un objet complémentaire a la police.
Pour rappel:Une reunion a eu lieu le 01/07/2011 au ST EXUPERY avec MR le MAIRE,le commandant de Police,M PJ Veyret et d'autres personnes de la municipalité, le syndic et le Conseil
syndical(diagnostic de surété)
Balayons devant notre portes d'abord:Ne parlons pas nationalement mais départementalement.
EX: sur la TRIBUNE"tricastin" du 30 JUIN 2011 vous pouvez lire en 1°page VIDEO PROTECTION à PIERRELATTE "La delinquance aurait baissé de 40%".....d'aprés un chiffre de la gendarmerie"
!!!!!!!!!!!!!!A MEDITER...OU A ELUCIDER....

bouchet 23/05/2012 20:34



La situation que vous décrivez ne m'échappe pas. Je ne suis pas de ceux qui, dans une vision angélique considèrent que , finalement, les choses ne sont pas si terribles que cela. Le prsident du
parti auquel j'appartiens avait créé la police de proximité qui, implantée durablement dans les quartiers devait faire face et prévenir les situation que vous dénoncez. Je soutiens la politique
de réimplantation des policiers municipaux dans les quartiers.


Mais à propos de la vidéo-surveillance, je crois, à la lumière de ce que j'ai pu lire, entendre et discuter qu'elle se réduit souvent à n'être qu'une illusison de protection améliorée. Les
délinquants et ceux qui gènent la vie quotidienne par leur comportement apprennent très rapidement à s'en protéger. Elle ne les gène pas beaucoup et pas longtemps. Je crois beaucoup plus à
l'augmentation de la présence humaine dans les quartiers et les zones diffiiciles.


Par ailleurs, la plupart du temps, ceux qui commettent les exactions dont vous parlez : feu, dégradations, tags, bruits... sont connus. Le problème n'est pas de les identifier mais de les
sanctionner.  Le rapport que je cite est clair : la vidéosurveillance : Elle n’a ensuite un véritable impact répressif et dissuasif que si une
sanction pénale est prononcée par une juridiction à la suite de la constatation d’une infraction et de l’arrestation de ses auteurs. C'est à améliorer les moyens de la
justice et des structures éducatives et réducatives qu'il faudrait consacrer principalement nos moyens.



Oscar 23/05/2012 11:23

Bonjour,

Les études sérieuses ne démontrent pas l'efficacité de la vidéo-surveillance. On est dans l'esprit du Panoptique ; qui parait peu compatible avec l'exercice serein de la démocratie. M le Maire
flatte ainsi les travers les moins glorieux d'un électorat parfois apeuré. Questionnons nous sur les causes. Questionnons-nous sur le sens de la propriété privé.

Cdlt.

Oscar.

Gège 23/05/2012 08:22

"L'oeil était dans la rue et regardait tout le monde". Georges Orwell a fait des émules.
Questions : quels effectifs pour regarder en direct le téléviseur? quel statut auront ces observateurs? Quelle utilisation sera faite de ces enregistrements? Le déli de faciès ou de noctambule
vociférant sera-t-il une preuve d'infraction?
Tout ceci renvoie à la fabrication permanente du binôme peur/sécurité, fondement de cette "démocratie" punitive à bout de souffle dont on hérite malgré nous.