Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 08:00

Jacques Sapir encourage François Hollande à ne pas céder au diktats de Berlin et de Bruxelles et à assumer ouvertement une crise

 …. ce sont aujourd’hui les préoccupations sociales qui dominent la vie politique française, comme le chômage, le pouvoir d’achat et le problème de la justice sociale, problème qui implique une autre répartition des revenus. Mais, il y a aussi une immense inquiétude pour l’avenir. Plus de 60% des Français estiment que la situation du pays va continuer à se dégrader dans les années qui viennent. Ce pessimisme de l’opinion française est une des grandes caractéristiques de la période actuelle.... Il a pour racines les évolutions que l’Europe a connues ces dernières années mais aussi le processus de désindustrialisation qui touche la France. Les gens sentent bien qu’il y a une menace, directe ou indirecte, sur leur emploi ou sur leurs conditions de vie. ..

... François Hollande a clairement annoncé sa priorité européenne.
Mais, dans le même temps, il veut réorienter la politique économique l’Europe. Or, cela il ne pourra le faire qu’au prix d’une crise, voulue et assumée, de l’Union Européenne et de la zone Euro. Tout compromis, à l’heure actuelle, se fera aux conditions de l’Allemagne si l’on ne change pas brutalement le rapport des forces. Mais cette dernière semble incapable de comprendre que ce qui est bon pour elle ne l’est pas nécessairement pour l’Europe.

… le salut de l’Union Européenne, si salut il peut encore y avoir, ne saurait venir que d’un réajustement profond et complet de la politique économique de l’UE ce qui implique un degré d’affrontement élevé.

Voir la totalité du texte  sur  http://www.marianne2.fr

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Serge d'Agostino 12/05/2012 10:41

Il y a un point ^pas très clair (ou au contraire qui l'est que trop) ds la position d'Hollande. Il dit qu'il veut renégocier le pacte d'austérité pour y adjoindre des mesures destinées à doper la
croissance. Mais...
- ça voudrait dire qu'on ne modifie pas la partie "austérité" (déficit budgétaire structurel inférieur à 0,5% sauf qq cas particulier et inscription ds la législation nationale - éventuellement
mais pas obligatoirement dans la constitution - de la règle (dite règle d'or). En tout cas si Hollande a dit qu'il négocierait au-dessus ça m'a échappé.
- doper la croissance ça peut se faire par une relance (commune?) mais aussi par des mesures structurelles de type flexibilité du marché du travail etc. comme le veulent les libéraux. Ou aussi par
un soutien à la R&D, l’enseignement supérieur.. ce qui est très bine sauf que ça n'a d'effet qu'à long terme (et à long terme nous serons tous morts).

Bref, avoir fait bouger les discours c'est pas mal mais si renégociation il y a ça ne va pas pour autant signifier la mort de la logique qui préside au marasme européen depuis qq années.