Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

22 juillet 2017 6 22 /07 /juillet /2017 11:31

Après la désastreuse réforme des rythmes scolaires initiée par V.Peillon, aurons nous une désastreuse réforme de l’organisation des établissements scolaires transformés en entreprises avec à leur tête un chef chargé du recrutement des enseignants ? "Je donnerai une vraie autonomie au niveau de l'école (...) en termes de recrutement et une autonomie pédagogique » a déclaré le candidat Macron, élu par défaut à la présidence de la République.

Autant il fallait être naïf pour imaginer qu’en transférant à la charge des municipalités la gestion d’une partie du temps d’activité des enfants (les fameux T.A.P) on lutterait efficacement contre l’échec scolaire, autant il est stupide de croire que l’autonomie des établissements produira une amélioration globale de la qualité de l’action publique en matière d’éducation.

L’OCDE s’est penchée sur la question.  En 2012, enquête annuelle PISA (Programme international pour le suivi des acquis) concluait : « Le fait que les établissements aient plus ou moins de responsabilités dans le domaine de la gestion des ressources humaines semble sans rapport avec la performance globale des systèmes d’éducation

Les choses sont donc assez claires. Le discours sur l’efficacité de l’autonomie n’est qu’un leurre pour masquer la volonté de cheminer vers une dénationalisation de l’école publique et poursuivre dans une voie prise depuis quelques années avec les « projets d’établissement » et les « projets éducatifs territoriaux.»

Dans la République, l’éducation doit rester nationale.

Partager cet article

Repost 0

commentaires