Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

15 juin 2017 4 15 /06 /juin /2017 07:37

Communiqué de presse

J’ai beaucoup de sympathie personnelle pour P.J Veyret, mais je considère qu’il se trompe dans son analyse de la situation et tire des conséquences inopportunes, au plan local, du résultat d’une élection nationale. Il confond enjeu national et enjeu local.

Les législatives sont des élections qui visent à désigner les députés qui feront la loi. Il n’est pas anormal que les différentes sensibilités politiques s’expriment à cette occasion en présentant des candidats là où elles le peuvent. La gestion d’une commune ou d’un département constitue un tout autre enjeu et relève d’une autre logique.

En 2014, autour du Parti Socialiste, s’est constitué à Valence un rassemblement des différents courants de la gauche qui se retrouvaient sur une vision commune de l’avenir de la ville. Depuis la victoire de N. Daragon, le groupe « J’aime valence » prolonge, au sein du conseil municipal, la liste d’union de la gauche en défendant ses orientations, même minoritaires. Alain Maurice ayant quitté Valence et le conseil municipal, c’est naturellement P.J Veyret qui a assuré l’animation de ce collectif. Si certains ont quitté ce groupe je suis, pour ma part, resté fidèle à cette alliance locale. Lors des élections cantonales, j’ai soutenu la candidature du conseil général sortant, Pierre-Jean Veyret, ce qui m’a valu d’être récusé par les autres partenaires de gauche pour une candidature sur le canton de Valence 3. S’agissant aujourd’hui d’élections à enjeu national les prises de position des différents partenaires du groupe « j’aime Valence », et parmi elles, la mienne, ne peuvent en rien être interprétées comme des mises en cause les accords  concernant la gestion de la ville et du rôle que joue localement Pierre-Jean Veyret.

Autant on peut comprendre sa déception à la suite du résultat des législatives, autant il est difficile d’admettre qu’il renonce à assumer des responsabilités locales qui ne sont en rien impactées par une situation nationale défavorable au parti auquel il affirme toujours appartenir. Le candidat du P.S aux législatives a été battu. L’animateur du groupe d’opposition de Valence ne l’a pas été. Il y aurait, par ailleurs, un paradoxe à ce que les quatre membres du PS siégeant au conseil municipal de Valence ne soient pas dans le même groupe.

Je regrette donc une décision, sans doute hâtive, prise sous le coup de l’émotion et qui met en cause, sans raison sérieuse, l’organisation de la minorité municipale

Partager cet article

Repost 0

commentaires