Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 15:57

A 48 heures du premier tour des présidentielles, on parle beaucoup de « vote utile ».
Mais qu’est-ce qu’un vote utile ? Utile à quoi ?

En principe, un premier tour d’élection sert à exprimer des convictions, à faire le choix positif de celui des candidats qui est le plus proche de ses convictions.

Le vote utile c’est quelque chose de très différent. C’est un vote préventif, un vote de protection, un vote de prévention pour éviter que tel ou tel soit présent au deuxième tour. Ce n’est pas un vote libre.

Voter « utile » c’est un forme d’auto-censure ? C’est, en fait, se priver de son droit de choisir. C’est la pire des choses qui puisse arriver en démocratie car un tel vote biaise de toute évidence le sens du résultat du scrutin. Ceux qui appellent au vote « utile », aidés par les sondeurs, ont bien peu de respect pour l’électeur souverain.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pikov 25/04/2017 09:15

"je découvre la langue de bois du prétendant Macron dont ON a pu dire qu'elle "frisait le vide sidéral"."

Gérard, qui est ce "on" qui aurait pu dire que Macron "frisait le vide sidéral"?

Marine Le Pen.
http://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/video-presidentielle-marine-le-pen-accuse-emmanuel-macron-de-vide-absolu-sideral-sur-l-international_2107396.html

Je suis peut-être dans le vide sidéral mais je ne m'inspire pas du discours frontiste pour développer mes arguments.

serge d'agostino 23/04/2017 16:53

j'ai une réponse https://scontent.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/17991235_10154368397965896_60

Gérard Molines 23/04/2017 12:04

Bon, on a compris. "Pikov" est convaincu (ou persuadé) que le vote Macron est un vote de gauche. Au delà du charabia argumentaire développé par l'auteur, je découvre la langue de bois du prétendant Macron dont on a pu dire qu'elle "frisait le vide sidéral".

Pikov 23/04/2017 10:15

En aucun cas le vote utile est mu par la peur. C’est le contraire, le vote utile est un vote de raison et cela n’a rien à voir avec le « bon sens ». C’est le vote de conviction qui ferait appel à l’émotion et l’irrationnel plutôt qu’à la réflexion et à la responsabilité. On n’est pas moins citoyen à voter en fonction de la raison que de l’émotion. Et la lucidité appartient à ceux qui savent envisager l’utilité de leur vote. Votre vote de conviction ressemble à un vote aveugle, autiste, bourru, aux conséquences bien hasardeuses. Et il ressemble aussi à une opération de sauvetage du candidat Hamon et un appel contre son naufrage, avec cette volonté de culpabiliser l’électeur de gauche, plus qu’à un véritable vote de conviction.
Quand on est de gauche, à moins d’être inconscient ou sectaire, on ne souhaite pas se retrouver avec un duel Fillon-Le Pen au second tour avec tous les risques que cela comporte de voir la pire des deux gagner l’élection faute à la mobilisation des électeurs de gauche qui s’abstiendront de voter pour le candidat de la purge et des affaires.
Et puis en quoi le vote Hamon serait plus un vote de conviction que le vote Macron ? Pour les électeurs sociaux-démocrates, les réformistes et progressistes de gauche Hamon s’est mis en marge de la ligne du PS, Macron lui est bien dans la continuité de la politique du gouvernement. Donc en votant Macron ceux-ci joignent la conviction à l’utilité.
C’est une élection présidentielle et donc c’est le choix d’un homme avant tout pour présider aux destinées de la France. C’est moins une élection partisane que l’élection législative où les électeurs peuvent mieux exprimer leur conviction intime. Qui imagine Hamon à l’Elysée ? Franchement ? Même ceux qui le soutiennent ne semblent pas convaincus par cette perspective. Lui-même a appelé à voter Mélenchon…
Votez intelligent chers amis !

Gérard Molines 23/04/2017 09:10

Tout à fait d'accord avec cette analyse pertinente, lucide et citoyenne. N'oublions jamais que cette expression est apparue au cours des "années Mitterrand". Elle avait pour mission non explicitée d'orienter prématurément l'expression des électeurs en créant, déjà, le sentiment de la peur. Technique utilisée aux Etats-Unis depuis l'épisode "Cuba" et reprise en France sous Giscard avec son trop fameux "bon sens", prélude à cet étonnant "j'ai mal à la France"! Donc tout cela appartient à l'arsenal des stratégies "anti démocratiques", si l'on peut parler de "démocratie" dans le contexte des votations actuelles!