Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 08:07

Il faudra un jour que les « décideurs » s’interrogent sur la procédure de l’élection du Président de la république.

L’élection au suffrage universel voulue par le général de Gaulle pour le général de Gaulle a-t-elle encore sa pertinence ? On peut en douter.

En effet, elle ne donne aujourd’hui que des présidents mal élus.

EN 2002, Chirac a été élu par défaut. Les deux finalistes de 2017 sont loin de réunir, à eux deux, 50% des suffrages. L’un et l’autre ne sont choisis que par un électeur sur 4 ou 5. Et encore moins si l’on tient compte des votes nuls et des abstentions.
Le système impose donc à plus de 60% des électeurs, qui ne se reconnaissent pas dans ces deux concurrents, de choisir l’un où l’autre. Ce choix sera, dans tous les cas, un choix par défaut, un rejet et non un choix. Le président élu ne l’aura été que parce qu’un plus grand nombre d’électeurs aura rejeté son concurrent. Comment la France pourra-t-elle être présidée efficacement dans de telles conditions ? Comment les citoyens pourront-ils se reconnaître dans leur chef d’Etat ?

Je ne sais pas s’il faut une VIème république, mais je crois qu’il y a là quelque chose à revoir dans le mode d’élection du président de la République française.

Partager cet article

Repost 0

commentaires