Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

16 mars 2017 4 16 /03 /mars /2017 07:52

Le système politique français donne le sentiment d’être vraiment à bout de souffle.

La droite est obligée de se ranger derrière un « mis en examen », et, apparemment, tous ses leaders ne jouent pas le jeu. Juppé, beau perdant, parraine son vainqueur des primaires, mais un certain nombre de tête d’affiche sont en réserve de « campagne »

A gauche, c’est un vrai bazar. Valls refuse de parrainer le candidat officiel de son parti, mais ne prend pas encore fait et cause pour Macron. Il ne faut pas insulter l’avenir et ne fermer aucune porte. On ne sait jamais ! Dans la Drôme aucun élu de premier plan – à l’exception de la Députée-maire de Bourg de péage – n’a donné sa signature au vainqueur de la primaire socialiste !

Mélenchon joue à l’homme seul qui a raison contre tout le monde et refuse de passer quelque accord que ce soit. Belle posture pour les réunions publiques, mais efficacité électorale douteuse et d’autant plus que, dans la préparation des législatives, candidats du PC et candidats « mélanchonistes » sont annoncés en compétition dans de nombreuses circonscriptions. Les derniers sondages donnent un total cumulé Hamon-Mélanchon qui peine à atteindre le chiffre dont est gratifié Macron.

Au centre, un rassemblement hétéroclite qui voit Madelin , Cohn-Bendit, Bayrou, Hue, Delanoé, P. Bergé, G. Collomb, de Rugy … soutenir un candidat au profil étrange, nous laisse très interrogatif quant à sa possibilité de trouver une majorité parlementaire cohérente pour gouverner la France.

Oui, sombre avenir !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pikov 16/03/2017 10:50

Je suis d’accord avec l’essentiel de votre analyse sur un système politique français à bout de souffle, cher Gérard, mais je ne suis pas d’accord sur ce que vous dîtes de Macron. Vous voyez un avenir sombre à l’idée qu’il puisse prendre le pouvoir alors que c’est le seul rayon de soleil de cette campagne présidentielle, le seul qui puisse rassembler, le seul qui propose une issue politique positive et constructive face à tous les sectarismes auxquels nous sommes confrontés. Que voyons-nous dans les partis traditionnels PS ou LR, des clivages qui naissent au sein même de ces mouvements et qui font que toute idée de majorité paraît encore plus improbable que la future majorité Macroniste. Au moins, avec Macron, même si ses soutiens viennent d’horizons différents, ils sont d’accord sur l’essentiel : la démocratie, l’Europe et le progrès social. Leurs divergences se font sur des sujets annexes. Cette recomposition qui s’annonce n’est pas sombre mais est salutaire pour le pays, elle va apporter de la clarté au débat et il y aura bien une majorité pour soutenir Macron. Les majorités godillots ne marchent pas, on l’a vu avec Hamon et les frondeurs. Cette future majorité sera représentée par des hommes et femmes venant de droite et de gauche qui partagent le même idéal progressiste et européen : c’est cohérent, en tout cas bien plus que de mettre côte à côte dans la même majorité illusoire l’ultragauchiste Bachelay et le social-libéral Le Guen. Il est dommage que vous ne considériez que les étiquettes des personnalités et non pas ce qu’ils pensent réellement. En 2007 Royal avait déjà essayé de se rapprocher de Bayrou. Celui-ci a appelé à voter Hollande en 2012. Macron finit le travail en 2017. Et c’est politiquement cohérent, naturel et logique.
Que voulez-vous dire sur Macron par l’expression « profil étrange » ? Vous préféreriez un apparatchik classique ? Quelqu’un qui soit ancré dans ce clivage droite-gauche improductif qui fait monter le FN ? Ou un professionnel de la politique au costume bien taillé et adepte de la novlangue de son parti? A mes yeux, il n’a pas plus un profil étrange que Benoît Hamon ou Jean-Luc Mélenchon. Je dirais même le contraire son profil est intéressant parce qu’il sort des vieux schémas classiques qui nous étouffent.
Admettez au moins si comme vous le dîtes justement que le système politique est à bout de souffle, il faille en accepter sa recomposition. Certes cela signifie soit l’implosion des partis traditionnels, soit leur affaiblissement mais en aucun cas cela peut nous réserver un avenir sombre. C’est bien la perduration de ce système à bout de souffle en lequel de moins en moins d’électeurs croient qui est désespérant pour l’avenir du pays.
Bien à vous.