Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

30 mars 2017 4 30 /03 /mars /2017 01:04

Hier soir, le président de l’agglomération a donné un nouvel exemple de sa conception très particulière de ce qu’est la démocratie.

Le code général des collectivités territoriales prévoit que les conseillers communautaires peuvent constituer des groupes selon la diversité des sensibilités qu’ils représentent. Ces groupes doivent disposer de moyens matériel et avoir accès aux différents supports de communication externe utilisés par la communauté. Dans des agglomérations de notre taille, le nombre d’élus exigés pour constituer un groupe se situe en général autour de 5. (A l’assemblée nationale, 15 députés sur les 577 peuvent constituer un groupe. A la région 5 conseillers sur  204 peuvent en faire autant).

Le président de Valence-Romans-Agglo a imposé que le nombre minimum d’élus nécessaires pour se déclarer « groupe » soit de 25 ! Notre assemblée compte 114 membres.

Ce chiffre de 25 ne relève pas du hasard. Lors de l’élection des vice-présidents, le mois dernier, les candidats qui se sont présentés contre les candidats officiels de la présidence ont réuni entre 20 et 24 voix, identifiant ainsi les contours d’une potentielle minorité d’opinion.(Sans compter les abstentions qui ont pu monter jusqu'à 45 lors de certains votes). En fixant à 25 le seuil nécessaire, le président rend quasiment impossible la constitution d’un groupe minoritaire, et ce d’autant que les oppositions qui s’expriment lors d’une vote à bulletin secret ont beaucoup plus de difficulté à apparaître lorsque le secret est levé ! Il a par ailleurs purement et simplement refusé de mettre aux voix ma proposition de permettre une constitution de groupe à partir de 5. Il a « justifié » son refus en déclarant qu’il ne voulait pas que l’agglomération devienne le lieu d’affrontements politiques ! (sic)

Il a été conforté dans son refus par la députée, 1ère secrétaire de la fédération du PS et vice-présidente de l’agglomération qui a abondé dans ce discours : l’agglomération ne doit pas être le lieu de polémiques. Que la 1ère des socialistes apporte ainsi son l‘appui  à un déni de démocratie perpétré par un président L.R, témoigne d’une complicité honteuse. Alors qu’elle-même n’a été que péniblement élue vice-présidente par 46 voix sur 111 votants, la décence aurait dû lui conseiller de se taire sur ce sujet de la représentation des minorités.

Par cette décision, il est clair que ce qui est visé c’est l’interdiction de toute expression publique d’une quelconque pensée divergente. Les citoyens doivent être maintenus dans l’illusion que les décisions de la majorité font l’objet d’un consensus absolu.

Un président, une vérité et une seule ! Circulez, il n’y a rien d‘autre à entendre.

Voila le credo à Valence-Romans-Agglo

Partager cet article

Repost 0

commentaires