Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 08:00

Personne ne l’a encore dit, mais je suis certain que « qui vous savez » à lu et relu « La fable des abeilles » de Bernard Mandeville et en a fait, plus encore que de la Bible, son livre de chevet.

En 1714, Bernard Mandeville, un médecin hollandais, soutient dans un essai philosophique "La fable des abeilles", que les vices privés font le bonheur public. Dans une ruche, un royaume ou un Etat, dit-il, si on supprime le vol, la vanité, l'avarice et le luxe, on risque de voir la communauté frappée de déclin. En effet, un voleur fait gagner beaucoup d'argent à celui qui le dénonce, à ceux qui l'arrêtent, au geôlier qui le garde, au juge qui le condamne, et au bourreau qui l'exécute ; et que deviendraient les serruriers s'il n'y avait pas de voleurs ? Le vice que constitue le vol est donc indispensable à la prospérité de la communauté. Et que dire du luxe ?

Cultiver le vice et le luxe ce serait donc agir pour le bien public. Il y en a qui ont compris le message !

Il y a donc de l’absurdité et de la folie chez ceux qui veulent être « un peuple opulent et prospère et sont étonnamment avides de tous les biens que cela comporte, et pourtant passent leur temps à protester et à s’indigner contre les vices et les incommodités qui depuis le commencement du monde jusqu’à maintenant sont inséparables d’aucun royaume ou état. »

Relisez ce texte, vous comprendrez tout du comportement de certains de nos hommes politiques.

Partager cet article

Repost 0

commentaires