Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 07:17

Qu’il y ait deux visions de ce que doit être une politique socialiste ou, plus largement une politique de gauche. Ce n’est pas nouveau.

Le 26 novembre 1900, Jean Jaurès et Jules Guesde, se rencontraient à Lille afin de s’expliquer sur l’origine et les raisons du « dissentiment » (terme utilisé par Jaurès) qui opposait alors le tribun de Carmaux au fondateur du Parti ouvrier.

Aux 4.000 personnes présentes, Jean Jaurès déclarait : « Le plus grand plaisir que vous puissiez nous faire, ce n’est pas de nous acclamer, c’est de nous écouter.» Le cœur de ce qui opposait les deux tribuns c’était leurs conceptions respectives du rapport au pouvoir au travers de l’analyse de trois thèmes d’actualité : la définition de la lutte des classes, l’entrée du socialiste Millerand dans le gouvernement de Waldeck-Rousseau et la position du parti dans l’affaire Dreyfus.

Le Journal de Roubaix rendait compte du débat de la manière suivante : « La lutte a été serrée mais courtoise. On s’est dit des choses désagréables d’une façon polie et les dures vérités ont été délicatement servies. Les deux jouteurs avec une adresse merveilleuse ont ferraillé ferme, en évitant les coups dangereux, et malgré quelques corps à corps et quelques bottes secrètes, aucun n’a reçu de blessures trop graves. Et comme la rencontre n’a pas eu de sanction, le procès-verbal peut donc se libeller ainsi : Deux discours ont été échangés sans résultats».

Deux discours échangés sans résultats !

Quel sera le résultat du débat Hamon/Vals de cette semaine ?

Sans doute sans conséquence au plan concret de l’élection présidentielle à venir (on ne voit pas l'un des deux devenir président de la République)  mais peut-être pas négligeable pour l’avenir du P.S et, plus largement, de la gauche en France.

Hamon et Valls ne sont pas Guesde et Jaures. Le débat qui va les opposer au second tour a cependant quelque chose à voir avec celui de leurs lointains ainés.

Partager cet article

Repost 0

commentaires