Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 12:03

Lundi soir, le conseil municipal de Valence va être saisi de la proposition du F.N d’adopter la Charte « Ma commune sans migrants » lancée par le maire frontiste d'Hénin Beaumont.

Un tel texte affirmant dans ses considérants que la présence de migrants dans une commune « nuit à l’ordre public, asphyxie l’économie locale, et menace l’exercice des libertés individuelles » heurte le simple bon sens.

Chacun sait que le problème des « réfugiés » ne se résoudra sur le fond que lorsque les causes des exodes de populations seront éradiquées : famine, crise économique, dictature, etc…Aussi longtemps que les hommes ne trouveront pas, là où ils sont nés, les conditions suffisantes pour assurer la satisfaction de leurs besoins élémentaires et le respect de leurs droits fondamentaux proclamés solennellement dans des déclarations universelles, il y aura, dans le monde, un problème des réfugiés. Il est du devoir des Etats et des Nations Unies de lutter contre les fléaux politiques et sociaux, causes des migrations, de manière beaucoup plus engagée qu’ils ne le font actuellement.

Cela dit, la question de l’accueil des migrants, qui fuient aujourd’hui la misère ou la guerre et qui se pressent aux portes de l’Europe, ne peut être traitée d’une manière aussi brutale et stupide que le propose le Front National.

Cette question appelle une réflexion raisonnable et des réponses qui articulent le devoir de solidarité, que nous devons à tout être humain dans la difficulté, aux possibilités matérielles de nos communes.

Que le FN le veuille où non, le drame des exilés est aussi le nôtre. L’exergue du beau roman d’Ernest Hemigway : pour qui sonne le glas nous le rappelle : La mort de tout homme me diminue parce que je suis membre du genre humain. Aussi n'envoie jamais demander pour qui sonne le glas : il sonne pour toi.

Valence est une ville qui a su accueillir et intégrer plusieurs vagues de migrants au cours de son histoire. Nos amis arméniens sont là pour en témoigner. Si Valence se déclarait ville sans migrants elle nierait sa propre histoire et nous, Valentinois renoncerions à notre propre humanité.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

serge d'agostino 02/10/2016 01:32

oubli/complément : et peut-être aussi le faire comprendre -si besoin était - aux autres membres du conseil municipal !

serge d'agostino 02/10/2016 01:18

peut-être conviendrait-il de faire œuvre de pédagogie en rappelant les notions basiques (cf. lien ci-dessous). Mais les responsables du FN est bien incapable de comprendre cela. Peut-être que certains de ces membres comprendraient ? Au moins pourraient-ils s'interroger, qui sait ? Voir http://www.unhcr.org/fr/news/stories/2016/3/56f29941c/refugies-migrants-questions-frequentes.html?query=r%C3%A9fugi%C3%A9s%20migrants