Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 12:23

Le président Obama défend les intérêts de son pays.

Il est en Allemagne pour promouvoir le TAFTA.
Il est intervenu en Angleterre pour inciter les britanniques à ne pas quitter l’Europe.

De quoi nous interroger.

TAFTA et Europe :ça sert les intérêts de qui ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

serge d'agostino 25/04/2016 18:32

Tiens, dans Libération de ce jours, on trouve une approche genre conflit des nations : "En réalité, le Tafta revêt une dimension géopolitique qu’il ne faut pas sous-estimer. En rapprochant les normes, en abaissant encore plus ses barrières douanières, le nouveau bloc que constitueraient les Etats-Unis et l’Europe serait alors en mesure d’imposer des règles et des normes à l’ensemble du commerce international. Il faut bien comprendre que le Tafta vise à contrer la montée en puissance de la Chine. La candidate démocrate Hillary Clinton n’a-t-elle pas eu cette phrase: «le Tafta c’est un Otan économique» "
http://www.liberation.fr/planete/2016/04/25/tafta-l-augmentation-du-pouvoir-d-achat-ici-et-la-bas-est-un-vaste-mensonge_1448527

serge d'agostino 25/04/2016 18:25

quoiqu'on en dise, les États sont toujours là et font valoir leurs intérêts. Même en Europe : l'intégration européenne dont on dit - à juste titre - qu'elle retire de la souveraineté aux États-membres évolue en fonction de ce que veulent bien accepter les exécutifs (les peuples, c'est autre chose !), en particulier des puissances dominantes (Allemagne, GB, France...) qui se font concurrence (au plan éco, mais pas seulement). On peut même penser que l'intégration sert les intérêts des exécutifs nationaux au détriment des pouvoirs législatifs nationaux. Qd le secrétaire d’État au commerce extérieur français dit que les demandes de la France ne sont pas prises en compte dans la négociation, il ne fait qu'exprimer cela. Bref, comme toutes négociations internationales depuis des lustres, on est bien dans une confrontation des intérêts nationaux.
nb : cette perspective est contestée par d'autres approches des relations internationales mais comem ce ne sont pas celles que je partage, je n'en parlerai pas !