Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 09:41

La presse de ce matin rend compte de l’échange – virulent et à la limite de ce qui acceptable dans l’enceinte d’un conseil municipal – à propos de l’avenir du collège de centre ville Paul Valéry.

L’existence de ce collège serait menacée par la création, à Beaumont, d’un nouvel établissement décidée, lors de la dernière mandature, par le Conseil général où la majorité était à gauche. Le maire de Valence (qui était conseiller général minoritaire dans cette assemblée) reproche aujourd’hui à la majorité d’alors – en des termes d’une violence extrême - d’avoir pris cette décision sans étude préalable quant aux effets de cette création sur l’ensemble de la carte scolaire et donc d’avoir fait preuve d’une grande irresponsabilité.

J’ignore personnellement si cette étude a été faite ou non. Je pense cependant que si les « politiques » ne l’avaient pas demandée (ce dont je doute), les techniciens du service éducation auraient certainement attiré leur attention sur la nécessité d’avoir une vue d’ensemble de la carte des collèges et de leurs zones de recrutement.

Ce que je sais par contre, c’est que la création du collège de Beaumont a été votée à l’unanimité, opposition comprise, c’est-à-dire que l’actuel maire de Valence qui était alors conseiller général l’a formellement approuvée. S’il l’a fait sans exiger d’avoir toutes les informations nécessaires il partage de plein exercice l’irresponsabilité dont il accuse aujourd’hui ses adversaires. Son vote d’alors serait celui d’un opposant bien négligent et il serait mal venu d’exiger aujourd’hui des informations qu’il n’a pas demandées alors.

Sa virulence d’aujourd’hui n’excuse pas son inconséquence passée.

A trop vouloir polémiquer et à vouloir accuser les autres on se prend parfois les pieds dans le tapis.

Partager cet article

Repost 0

commentaires