Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

26 janvier 2016 2 26 /01 /janvier /2016 22:50

Grande opération de communication, conduite avec professionnalisme, que la cérémonie des vœux de la municipalité à la population valentinoise : écran géant présentant en boucle les grandes réalisations de l’année, exposition, sono tonitruante, buffet copieux, orchestre …

Le discours d’usage du maire a été conforme aux canons du genre. En gros : vous êtes formidables, nous avons tout fait bien et nous ferons mieux encore. Quelques omissions : on annonce la baisse de la masse salariale comme si c’était le nec plus ultra d’une bonne gestion des deniers publics sans dire évidemment (on ne va pas se tirer un balle dans le pied) que c’est au prix de la suppressions de dizaine d’emplois et de la privatisation de certains services (ce qui coûte plus cher à la collectivité que des emplois). Quelques coups de griffes discrets mais réels aux prédécesseurs qui ont augmenté les impôts, alourdi la dette (de 70% ose-t-il dire sans peur du ridicule) et ne pensaient qu’à leurs intérêts partisans (Cela on ne le dit pas en clair mais on dit qu’on va changer les choses en faisant passer l’intérêt commun avant tout. Sous entendu : ce n’était pas le cas avant).

Le discours fait par ailleurs clairement apparaître l’usage très « utilitariste » - et pour tout dire « lobbyiste » - que le maire fait de ses mandats.

Quittant le conseil départemental pour cause de cumul, il se vante d’avoir obtenu pour Valence 14 millions d’euros d’engagements de la part du président, soit deux fois ce qui était obtenu précédemment. Compte tenu du fait que le budget global des dotations du C.D n’augmente pas, ce « doublement putatif » des subventions se fait évidemment au détriment d’autres parties du territoire départemental. Or, un conseiller départemental est chargé de gérer un département de façon équilibré non d’obtenir pour sa ville d’origine un quota majoré de dotations.

Conseiller régional, il dit qu’il utilisera son poste de vice-président pour défendre les intérêts de Valence. Un conseiller régional n’est pas le lieu où doivent s’affronter des intérêts locaux mais où doit se penser l’équilibre d’un territoire.

Parlant de l’agglomération qu’il préside, il annonce la création d’un Palais des Congrès sous la responsabilité de cette agglo et il ajoute aussitôt que ce palais sera bien sûr implanté à Valence. Mettre l’agglomération au service de la ville centre n’est certainement la finalité majeure de la coopération intercommunale.

Certains se sont réjouis d’entendre ces propos. Ils étaient sans doute nécessaires pour justifier le cumul des mandats sollicités et obtenus par le maire de Valence : soyez rassurés, partout il travaille pour sa ville. Il n’est pas certain que, dans la durée, cela fasse une bonne politique au service du territoire.

Un discours d’usage est un exercice difficile. Celui que je viens d’entendre apparaît bien comme le discours qu’un élu local tient à ceux qu'il considère è à tort - comme sa clientèle.

Partager cet article

Repost 0

commentaires