Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 07:27

N’en déplaise à mes amis socialistes (et oui, je crois en avoir quelques uns) je ne participerai pas au référendum organisé par le P.S sous le titre « Référendum pour l’unité de la gauche et des écologistes ».

Cette opération est percluse d’ambiguïté et de contradiction.

Bien sûr : Face à la droite et à l’extrême droite, je souhaiterai – et tous les opposants à la droite avec moi - l’union de la gauche et des écologistes aux élections régionales. Vous n’avez pas besoin d’un référendum pour le savoir. Avant de tenter de faire pression (sur qui ?), avec ce moyen un peu aléatoire (quelle sera la participation externe aux militants socialistes) pour réaliser cette union, il faudrait que vous interrogiez sérieusement sur les raisons pour lesquelles cette union ne se fait pas « spontanément». Pourquoi le PCF, le MRC, les Verts…. qui sont vos alliés dans nombre de municipalités, par exemple, ne se précipitent-ils pas dans vos bras pour réaliser cette union par laquelle passe la victoire ?

Peut-être parce que, certains des engagements majeurs que votre parti a pris lors de précédentes élections, et que vos alliés ont soutenus à la présidentielle, sont restés aux vestiaires ? Vous ne croyez pas ? L’union : bien sûr mais pour quoi faire ? Pour tenir quels engagements ?

Peut-être aussi parce que trop souvent pour vous, l’union signifie l’alignement.

Quand on appelle à l’union, il faut la vouloir vraiment.

J’appartiens à un parti, , qui, en région Rhône-Alpes-Auvergne, bien avant l’été, s’est adressé à vous, pour vous proposer de regarder ensemble dans quelles conditions il était possible d’aller unis aux élections régionales.

A ce jour, nous attendons encore votre réponse.

Ce n’est pas le résultat de votre référendum de dimanche qui pourra en tenir lieu.

Bien sûr, vous aurez la réponse attendue : oui à l’union.

Mais que mettrez-vous sur la table pour qu’elle se réalise ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Gège 17/10/2015 07:03

Cette réflexion est emplie de "bonnes manières" à l'encontre des dirigeants socialistes et des édiles du pouvoir actuel.
Ce n'est plus la bonne méthode!
Les socialistes (combien de divisions à ce jour?) déshonorent l'histoire de la gauche française; cela renvoie à la triste histoire de la SFIO, dont les générations actuelles ont oublié les trahisons. Elles continuent, nonobstant, d'espérer en un futur progressiste dont les initiateurs seraient les pachydermes (Cambadélis et son référendum méprisant!) du bureau national et les hommes-lige (Macron et ses provocations!).
Balivernes et illusions meurtrières pour les salariés et les classes moyennes que cette attitude.
Je suis convaincu qu'il faut changer de discours vis à vis des molosses et des sympathisants (adhérents) du P.S dont on ne dit même plus qu'ils n'ont plus rien de socialistes. La lassitude gagne la doxa et entraîne l'esprit vers la révolte ou la soumission.