Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

13 septembre 2015 7 13 /09 /septembre /2015 12:41

Dans l’affaire syrienne (la guerre + les réfugiés), on a le sentiment que la France – par le truchement de son président – joue petit bras.

24 000 réfugiés en deux ans ! C’est le contingent allemand pour une semaine ! (Même s’il ne faut pas se leurrer sur les raisons de cette générosité allemande. Le pays, confronté à un déficit de natalité de 200.000 habitants par an, a tout intérêt à s’ouvrir largement à une immigration qui lui apporte une population généralement formée. L'Allemagne est dans le trio de tête mondial des pays avec la plus petite proportion de jeunes : seulement 13% de la population a moins de 15 ans et seulement 22% a moins de 25 ans, ce qui va lui poser des problèmes en matière de marché du travail et de retraite. Bienvenue aux ingénieurs, médecins, techniciens syriens et irakiens !)

Des initiatives politiques ? On cherche. Et pourtant, il n’est pas besoin de sortir de Saint-Cyr ou de polytechnique pour se rendre compte que ce n’est pas avec quelques missions d’observation aérienne que le conflit au Moyen-Orient se résoudra et que la source de l’émigration de masse que connaît cette région sera tarie !

C’est en coordonnant leurs interventions à celles de la Russie que les « Impuissances européennes » pourraient contribuer utilement à la résolution du problème. Mais voilà : on ne veut pas parler avec Poutine ! On ne veut pas discuter avec « le diable » pour rechercher une solution efficace. On préfère faire semblant d’agir, laisser DAESCH gagner du terrain et pleurer des larmes crocodiles sur le sort des malheureux syriens et irakiens obligés de fuir leur pays pour sauver leur vie. Et en prime, on se lamentera sur la destruction des trésors de Palmyre !

L’accueil des réfugies est un devoir de simple humanité.

L’action politique pour faire cesser la guerre est une responsabilité des gouvernants. Sont-ils dignes de leurs fonctions ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires