Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 10:28

Communiqué de J.L Laurent, Président du MRC le 15 juillet 2015

L’accord trouvé ce week-end entre l’eurogroupe et le gouvernement Tsipras sera soumis au vote cet après-midi à l’Assemblée nationale après une déclaration du Premier Ministre. Christian Hutin et Jean-Luc Laurent voteront contre.

Les commentaires dithyrambiques entendus en France depuis lundi sont déconnectés de la réalité du texte signé. L’heure ne peut pas être à la satisfaction ni aux congratulations face à la dureté des mesures imposées au peuple grec, quel que soit le rôle joué par la France dans les négociations pour empêcher l’expulsion punitive de la Grèce. A des réformes recessionnistes et d’inspiration libérale qui ne feront qu’aggraver la crise (coupes dans la dépense publique, privatisations, déréglementations) s’ajoute un grave déni de souveraineté : le gouvernement et la Vouli sont mis sous tutelle en se voyant contraints de transmettre aux institutions toute mesure envisagée sur le plan économique.

Preuves du déséquilibre évident du rapport de force entre la Grèce et ses créanciers, la BCE maintient depuis lundi sa pression financière en ne relevant pas le plafond des liquidités d’urgence (ELA), alors que l’économie grecque est au bord de l’effondrement, et aucun engagement n’a même été pris sur le simple reprofilage de la dette grecque. L’exemple par l’humiliation est une bien mauvaise idée. L’Allemagne, plus que n’importe quel autre pays, devrait le savoir.

L’état dramatique de l’économie grecque a contraint Alexis Tsipras à signer un accord auquel il ne croit pas, comme il l’a lui-même concédé à la télévision grecque hier soir. Nous ne sommes pas dans la même situation. Cet accord est la traduction de l’Europe telle que nous la combattons depuis des années, organisant l’austérité et le dépouillement des nations.

Sur le fond, aucune leçon ne semble avoir été tirée de cette crise : en évacuant la perspective d’un grexit hostile, l’Europe pense s’être sauvée. Il n’en est rien. Ce sont les règles de l’euro qui sont à repenser, sans quoi nous n’aurons fait qu’acheter un peu de temps supplémentaire

Partager cet article

Repost 0

commentaires