Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 06:32

Selon un rapport de l'Oakland institute (1) – basé en Californie –  un vaste plan de privatisations et d’austérité ainsi que l’ouverture aux OGM  sont des conditions des « prêts » consentis par le FMI à l’Ukraine

Un pays qui est le grenier à céréale de l’Europe (20 millions de tonnes produite) avec ses riches terres noires ne peut échapper aux appétits des multinationales. Dès novembre 2013, Monsanto[2) a investi 140 M$ en Ukraine. Le 13 décembre, le vice président de Monsanto déclarait que la compagnie voyait « l’importance de la création d’un environnement favorable [en Ukraine], qui encourage l’innovation et émule le développement continu de l’agriculture. L’Ukraine a l’opportunité de développer encore plus le potentiel des cultures conventionnelles, là où nous concentrons actuellement nos efforts. Nous espérons aussi que, le moment venu, la biotechnologie sera un outil disponible pour les agriculteurs ukrainiens dans le futur »

Selon l’Oakland Institute, « alors que l’Ukraine n’autorise pas l’utilisation des OGM dans l’agriculture, l’Article 404 de l’accord avec l’UE, en rapport avec l’agriculture, inclut une clause qui est généralement passée inaperçue : cette clause indique, entre autres, que les deux parties vont coopérer pour étendre l’utilisation des biotechnologies. Il ne fait aucun doute que cette clause rencontre les attentes de l’agro-industrie. Comme Michael Cox, directeur de recherche à la banque d’investissement Piper Jaffray, l’a observé, « l‘Ukraine, et de manière générale l’Europe de l’Est, sont parmi les marchés en croissance les plus prometteurs pour le géant de l’équipement en matériel agricole Deere, ainsi que pour les producteurs Monsanto et Dupont«  »

Selon l’institut, les conditions du prêt accordé à l’Ukraine par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international ont déjà conduit à « un accroissement des investissements étrangers, qui entraînera probablement une expansion des acquisitions de terres agricoles sur une grande échelle par des compagnies étrangères et une future privatisation de l’agriculture du pays »

  1. Source : http://www.oaklandinstitute.org/press-release-world-bank-and-imf-open-ukraine-western-interests
  2. Leader mondial en matière d’OGM

 

[1]

[2]

Partager cet article

Repost 0

commentaires