Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 07:40

« Révélations sur les finances de la Ville », titrait en une le Dauphiné Libéré de mardi dernier.

C’est le travail du journaliste d’attirer les lecteurs et ce titre jouait parfaitement son rôle : donner à penser que des choses totalement inattendues – et probablement un peu sulfureuses - allaient enfin être portées à la connaissance des lecteurs grâce à l’audit sur la situation financière de Valence.

Pas de chance ! De révélations, il n’y en eut point ou bien seulement pour ceux qui avaient jusqu’ici été inattentifs aux différents débats budgétaires.

Tout le monde savait que depuis 2008, les recettes de la ville baissaient régulièrement pour passer de 101 207 077 euros à 91 587 114 en 2013. La seule suppression de la taxe professionnelle (Décision Sarkozy) a fait perdre 4 millions de recette. Tout le monde savait que la DGF était « dégraissée » de 9 millions dans la même période. Tout le monde savait que le prix des fluides augmentait régulièrement : l ’électricité : 2 millions en 2008, 3,5 en 2014 ; le chauffage : + 46% entre 2012 et 2013. Tout le monde savait que la réalisation du nouveau musée (programmée par l’ancienne équipe et assurée par la nôtre) allait coûter aux finances de la ville…. Etc… etc…

Toutes ces données étaient parfaitement intégrées au projet de budget 2014 voté par le conseil municipal du 16 décembre 2013,  comme le prouve l’introduction du rapport de présentation : « Le budget 2014 se caractérise par une baisse des ressources liée à la participation de la ville à la résorption du déficit public national. Cette situation impose une gestion maîtrisée des dépenses de fonctionnement et une modération des investissements. »

La majorité actuelle fait mine de découvrir une situation qui est certes difficile mais qui peut être affrontée par les finances communales sans avoir recours à ce qui est annoncé : « réduire le personnel et/ou fermer des services

Notre projet de budget avait été préparé pour affronter cette situation, on attend avec curiosité ce que nos successeurs vont faire.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ruffinus 19/06/2014 23:29

Valence-BLV, c'est Lyon qui n'aurait pas fusionné avec La Croix-Rousse.

Sinon, en ce qui concerne la masse salariale, pour faire du low cost, il faut commencer par dégonfler les cabinets de maires de conseillers culturels etc. en réalité des permanents de partis, au profit de la responsabilisation des vrais élus du peuple.

Riri 20/06/2014 18:19

exactement Ruffinus très bon exemple Lyon, mais il y a aussi Paris avec les villages de Belleville ou de Montmartre... mais cette évidence de regroupement ils ne la pigent pas à Valence, ça leur fait peur et ils préfèrent couper les cheveux en quatre voire en huit si possible pourvu que chacun reste dans son coin. De l'autre côté du Rhône c'est presque un autre pays on dirait tant ils sont réfractaires à Valence. Tout est figé et inamovible dans cette ville et on ne peut pas compter sur l'esprit d'initiative des élus pour que ça bouge puisque même la grande agglo ils veulent la couper en deux.... Tout est fait pour que cette ville ne sorte pas de l'ordinaire et roupille profondément au bord de son autoroute -que le nouveau maire ne veut même plus enfouir-... C'est un esprit clochemerle à la con qui prévaut encore et vu comment les choses se présentent, vu le nombre de casse-pieds qui traînent dans cette ville et qui font tout pour tout bloquer, tout figer, on n'est pas près d'évoluer.
C'est pas très grave : les jeunes continueront de la fuir et les vieux de s'y multiplier.

Riri 19/06/2014 10:36

On ne pourra pas continuer à voir les recettes des communes baisser indéfiniment. On ne peut plus augmenter les impôts, donc la seule alternative qui s'offre pour les communes (comprises dans des unités urbaines cohérentes) pour parer à ce manque de moyen croissant est la fusion intercommunale et non plus l'intercommunalité.On ne peut pas imaginer la création de supers régions, la disparition des conseils généraux sans redéfinir les périmètres des communes actuelles.

Sur le sujet de la mutualisation des moyens entre les communes, Bernard Accoyer, député-maire d'Annecy-le-Vieux et ex-président de l'assemblée nationale, constatant que l'intercommunalité ne permet pas vraiment d'économies pour les collectivités, fait une proposition audacieuse qui mérite toute notre attention. Il propose rien de moins que la fusion des 13 communes de l'agglo d'Annecy en une seule commune de 150 000 habitants. Alléluia (pardon Gérard) !
Bien que les communes du Bourg et de Valence, par exemple, soient enchevêtrées au point qu'on ne sait même plus où sont vraiment les limites de l'une et/ou de l'autre, nous sommes pourtant dans notre bonne ville à des années lumières de cet état d'esprit et de cette volonté là. Il paraît incroyable, en 2014, qu'aucun élu local, de droite, comme de gauche n'ait à ce jour au moins imaginé un schéma semblable pour Valence et ses communes voisines qui forment déjà de toute évidence une seule entité urbaine, une seule ville.
A part vous, Gérard, qui étiez timidement allé dans mon sens et aviez suggéré cette fusion -sur un mode un peu ironique- jamais aucun élu n'a été en mesure de vous suivre ou de vous imiter. Et d'ailleurs, vous-même Gérard vous n'êtes jamais vraiment revenu sur votre proposition de fusion des communes de Valence, du Bourg, des Granges, de Saint-Péray, de Portes, et de Saint-Marcel, apparaissant presque comme farfelue alors qu'elle est pleine de bon sens.
Est-ce que les élus locaux du Grand Valence manquent totalement d'imagination ? Qu'est-ce qui les retient, seulement la perte de leur fief ? Est-ce de leur part l'expression de leur frilosité, d'un manque cruel de vision, de courage ou un problème de compétence ? Pourquoi à Valence, alors qu'elle est cruciale pour l'avenir de cette agglo, cette question là ne se pose jamais ? On sent une gêne inexplicable sur ce sujet à Valence. Il serait peut-être temps de lever certains tabous ridicules et que l'on aborde sans crainte et sans complexe la question de la fusion intercommunale des communes qui forment le coeur de l'agglo valentinoise. Qu'on ne soit pas encore les derniers de France a opérer quelques bouleversements salutaires pour ce territoire et qu'on n'ose enfin lui donner sa cohérence ! Relancez le débat Gérard !

Lire -pour ceux à qui cela aurait échappé- le lien ci-dessous : la petite interview de Bernard Accoyer au Dauphiné ... ;-)

http://www.ledauphine.com/politique/2014/06/19/accoyer-propose-la-fusion-des-13-communes-de-l-agglo