Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 12:09

La séance du conseil municipal extraordinaire d’hier soir a été à peu près conforme à ce que nous attendions.

La séquence de présentation de l’audit bâclé relatif à l’état des finances de la ville était construite avec un objectif : tracer un tableau apocalyptique de la situation pour préparer le retro pédalage programmé sur les engagements électoraux pris par le nouveau maire.

Nous savons depuis longtemps, et les différents débats d’orientation budgétaire l’ont mis en lumière, que les années à venir seraient dures pour les collectivités territoriales.  La baisse des dotations programmée dans le cadre de la politique d’austérité voulue par le gouvernement les frapperont de plein fouet. La Dotation Globale de Fonctionnement qui était de 25 millions d’euros en 2008 est passé à 16 millions en 2013 et elle va encore baisser. Les compensations fiscales pour dégrèvements divers qui étaient de 4 millions ne sont plus que de 2,8, etc… etc…

Cela dit, parfaitement conscient de la situation, Nicolas Daragon n’en a pas moins fait des promesses : baisse de la fiscalité (page 8 de son programme électoral) ; doublement des effectifs de la police municipale, réalisé dans les 100 jours, p15)  intégration des voies privées dans le domaine communal (réalisé dans les 100 jours, page 21), un chèque sport pour les enfants des écoles primaires (p25), etc…  Il savait pertinemment que tout cela était en grande partie irréalisable et ne sera pas réalisé.

Il lui faut donc trouver un échappatoire. Il  le fait en noircissant à outrance le tableau d’une situation, difficile mais pas dramatique. Il décide, par exemple, que le budget personnel devra être augmenté de 2 millions par rapport à nos précisions alors qu’il ne prévoit aucune création de poste et que nous avions réussi à faire baisser ce budget de 1,1% entre 2012 et 2013 sans suppression de postes. Il « oublie » que l’Etat va reverser à la ville, au titre de la récupération de la TVA, un peu plus de 15% des investissements qui ont été de plus 30 millions l’an passé etc….

Il est aisé, avec de telles techniques de prétendre, que les caisses sont vides. Mais l’illusionniste finira par s’emmêler dans ses tours de passe-passe

Partager cet article

Repost 0

commentaires