Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 08:00

Début de mon intervention en conseil municipal sur le projet de budget 2014

 

Je vais voter ce budget bien que, plus que jamais, ce soit un budget contraint par la compression de nos ressources et l’augmentation de nos charges consécutivement à l’offre de services nouveaux à la population. Malgré une baisse des dotations qui atteint 1 million d’euros -  ce qui conduit à une stabilité de nos ressources (+0,4 %) alors que tout augmente - nous devons assurer 5% de dépenses supplémentaires parce que de nouveaux équipements (piscine, musée, maison pour Tous) appellent de nouveaux engagements financiers et que les charges à caractère obligatoire : énergie, carburant, eau, électricité, entretien du patrimoine…. augment plus que nos ressources.

L’Etat réduit les moyens mis à notre disposition dans le cadre de Dotation Globale de Fonctionnement ou du complément de garantie. Il y a là un paradoxe qu’on ne peut pas ne pas souligner. Demander aux collectivités locales de contribuer à la résorption de la dette publique c’est  les contraindre, si elles veulent assurer le même niveau de service à leur population, soit à augmenter leur propre fiscalité (ce que nous ne faisons pas), soit à réduire leur capacité d’autofinancement des investissements (ce que nous sommes contraints de faire). Mais, moins d’investissement, c’est moins d’activités offertes aux entreprises locales et donc moins d’emplois. Lorsqu’on sait que ce sont les collectivités locales qui assurent quasiment 80 % de l’investissement public, on mesure bien toute la contradiction de la politique budgétaire que nous sommes contraints de mettre en œuvre alors même que l’action de tous pour la création d’emplois devrait être le cœur de nos préoccupations. Il faut rappeler que c’est grâce à l’importance de nos investissements des années précédentes que, par un reversement du fonds de compensation de la TVA  en hausse, nous pouvons amortir la régression de nos perspectives d’investissement.

Partager cet article

Repost 0

commentaires