Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 01:19

Hier soir, le conseil municipal avait à délibérer de la contribution de la ville à l’étude de faisabilité de l’effacement de l’autoroute.

Cette étude commandée par l’Etat, propriétaire du terrain, à Vinci concessionnaire, sera financée à 50% par les ASF, à 25% par l’Etat et à 25% par les collectivités locales : Conseil Général  (200 000 €) ville de Valence 300 000.

Bien que toutes les municipalités,  depuis la création de l’A7, se soient interrogées sur les moyens de corriger l’erreur en quoi consiste la coupure de la ville de son fleuve par cette voie de circulation, c’est la première fois qu’une étude d’ampleur va être engagée pour étudier la faisabilité de la chose.

J’ai voté pour la contribution de la Ville, mais J’ai assorti mon vote des considérations suivantes.

Je regrette que cette opération serve de justificatif à en prolongement de trois ans, sans mise en concurrence,  du bail des ASF pour la gestion de l’autoroute.

Par ailleurs, cette société qui a réalisé, en 2012, un chiffre d’affaire de près de 4,5 milliards d’euros et dégagé un résultat net de 414,7 millions - en hausse de 48,6% par rapport à 2011 – aurait sans doute pu être invitée à financer seule les coûts de l’étude. Et ce d’autant que c’est probablement un cabinet qui dépend d’elle qui en sera chargé – et donc qui empochera les honoraires – et qu’une hausse du tarif des péages lui permettra de récupérer sans tarder sa contribution officielle.

Autrement dit, dans cette affaire c’est un peu comme si l’Etat et les collectivités locales subventionnaient les ASF ! Mais il faut payer pour savoir.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pertinax 17/12/2013 19:19

En effet, 500000 euros pour la pomme des collectivités locales, par les temps qui courent...