Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 08:00

En France comme ailleurs, au niveau national comme au niveau local, aucun parti ne peut assurer seul la gestion des affaires publiques.

Se pose dès la question des alliances.

Une alliance repose tout d’abord sur une volonté sincère des partenaires  de travailler en commun malgré leurs différences ou, plutôt, en prenant appui sur leurs différences. Sans cette volonté d’agir ensemble, la conquête du pouvoir serait  vaine.

Elle suppose ensuite que soit défini un projet stratégique auquel chacun des partenaires adhère et dans lequel  sa place et son rôle seront clairement identifiés, reconnus et respectés par les autres.

Ces deux préalables posés, il ne faut pas se faire d’illusion : la clé de la réussite d’une alliance n’est pas dans le fait qu’elle soit conclue, mais dans la manière de la faire vivre.  Et en cela, le partenaire « majoritaire », aura toujours plus de responsabilité que le partenaire minoritaire dans le maintien des objectifs et le respect  des identités de chacun.  La capacité du plus fort à échapper à la tentation d’exiger un passage de l’alliance au pur et simple ralliement  est une des clés des accords réussis.

Et comme disait…. l’union est un combat.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Riri-rapas si vous perdez 15/11/2013 10:07

Je partage le point de vue de Poil à gratter et trouve aussi, que vous faîtes là, pardon mais, une bien belle bêtise.... Oui c'est bête de partir divisés pour la reconquête et de prendre le risque d'hypothéquer tout ce qui a été commencé et qui allait dans la bonne voie.

On ne compte pas le nombre de projets réalisés en faveur de la protection de l'environnement, qui devrait vous satisfaire amplement : le développement des transports en commun qui rencontre un vrai succès auprès des habitants, le renforcement des déplacements doux avec libello, de la limitation des vitesses en ville, les cantines bio, la lutte contre les pesticides dans l'entretien des espaces verts, la création de parcs (la zone humide qui est exemplaire en matière de démocratie locale et de concertation avec les habitants) , la lutte contre l'étalement urbain, l'eau devenue municipale... Vous avez même à votre crédit un projet économique d'envergure qui entre totalement avec cette nécessité environnementale comme celui de la plateforme multimodale, extremement pertinent. Et l'on ne peut comprendre votre positionnement car d'une certaine façon, Gérard avec les verts, vous hypothéquez ce bilan positif et encourageant , en vous présentant contre les socialistes.
Mais en dehors de ce bilan qui devrait vous inciter, vous et les verts, à poursuivre cette alliance plutôt que de vouloir absolument tester sa viabilité politique devant les électeurs, la ville peut s'enorgueillir de bons résultats sur d'autres tableaux. Sur le plan culturel en premier lieu. Les manifestations se sont multipliées et vous avez permis l'ouverture ou le soutien à de nouveaux lieux culturels (salles d'exposition, programmation indépendante du théâtre de la ville et de la maison de la musique et de la danse, mistral-palace, cartoucherie, musée...). C'est une ville devenue très active en matière culturelle. Et puis n'oubliez pas les écoles qui ont été rénovées de fond en comble, le projet urbain cohérent et visionnaire qui prend forme petit à petit.
D'autre part, l'on constate aussi que l'activité marchande de centre-ville se maintient bien, voire s'améliore, à contrario de ce qui se passe dans de nombreuses villes moyennes qui voient leur petit commerce de proximité péricliter. Ce n'est pas si mal dans ce contexte de crise et dans une ville qui connaît hélas un fort taux de chômage.
Enfin, même si vous avez du mal à avaler la pillule, le statut de la ville sera passé en six ans de celui de ville moyenne isolée, dernière de France à se pourvoir d'une agglo à la hauteur de son potentiel, en une ville moteur d'un futur espace aggloméré élargi et cohérent, une minimétropole régionale qui la sort de son anonymat et de son atonie. Eh si, Gérard, bien sûr que c'est ça ce que l'on va retenir sur ce sujet et non pas les bisbilles sur lesquelles vous vous arcboutez parfois. Les Valentinois en faisant le bilan vont pouvoir constater que la ville n'avait pas d'agglo en 2007 et se retrouve au coeur d'une agglo de 200 000 habitants (et encore il manque les ardéchois qui finiront bien par y entrer) : ce n'est pas si mal pour se faire entendre sur le plan régional et national.

Le bilan n'est pas mauvais, ni moyen, ni contrasté, non le bilan est bon. Ce bilan, c'est le vôtre aussi. Vous pourriez gagner unis mais vous semblez préférer vous tirer une balle dans le pied. C'est un peu bête de se donner des coups de fouets quand on n'a pas démérité avec tout ce qu'il reste à faire... car il y a encore beaucoup de boulot. Au lieu donc de vous serrer les coudes pour pouvoir rempiler et poursuivre tout ce bon travail fructueux et bénéfique pour la ville réalisé avec vos partenaires, vous préférez exprimer votre sensibilité politique au risque de la voir s'éteindre totalement après mars 2014. N'est-ce pas un peu stupide ? En six ans de mandat, personne ne vous a jamais mis un baïllon sur la bouche, vous avez toujours pu vous exprimer librement sans que cela ne remette en cause finalement cette majorité. Pourquoi, au moment où il s'agit de poursuivre, prenez-vous la décision de casser cet outil fragile de l'union des forces de gauche ? Voulez-vous que je vous dise ? Vous et les verts vous comportez un peu comme des irresponsables et des enfants gâtés de la politique locale, car en maintenant la candidature verte vous allez vous laisser entraîner dans une forme de surenchère dont nul n'a besoin et qui vous conduira tout droit vers la démagogie.

Mais le risque que vous faîtes prendre à l'ensemble de la majorité, est dommageable surtout pour la ville (et ses habitants que vous oubliez sur l'autel de votre sincérité philosophique dans votre stratégie isolationniste), que vous allez nous perdre, et que vous allez rendre aux conservateurs sur un plateau d'argent. Vous lui rendez service en quelque sorte. Voulez-vous donner à Valence un maire inexpérimenté, qui n'a aucune vision de la ville, pas de proposition originale à part un vieux ticket gratuit de la CTAV dans sa bazoche ? Eh bien si, Gérard, vous rendrez service à vos actuels opposants. Ne doutez pas un seul instant que c'est ainsi que cela sera perçu.
De plus, en vous isolant êtes-vous certains avec les verts d'avoir quand même un siège dans l'opposition à la nouvelle majorité ? Même pas... donc tout ça pour ça ? Voyez-vous, Gérard; non pas que ce soit un drame que vous perdiez et que la droite revienne aussi vite mais c'est quand même bien dommage. Ce serait un beau gâchis dont vous seriez, dont vous serez le principal artisan si vous ne revenez pas à plus de raison et d'esprit constructif.

Vous présentez avec les verts, contre les socialistes, vos principaux partenaires de ce mandat, les gens ne vont pas comprendre : vous allez vous planter. Votre voix ne portera pas ou peu et au final vous allez réussir la prouesse de faire battre vos alliés pour ne même pas émerger sur la scène politique locale. Personne ne se souviendra de vous dans un an quand vous aurez fait perdre toute la majorité et de l'expression de votre sensibilité politique, tout le monde en fera fi. Au mieux on se rappelera de vous comme d'une belle équipe de bras cassés qui aura tout fait pour faire perdre l'ancien maire. Voilà ce que l'on retiendra de vous : ce sera ça le bilan dont vous serez comptable vous autres avec vos amis verts. Vous devrez assumer.
Oui si vous persistez dans votre autisme, vous allez perdre, forcément, en étant dispersés dans ce contexte politique qui ne va pas se détendre comme ça par un simple coup de baguette magique, soyez réaliste, vous allez à l'échec. Un conseil, cher ami, ne vous précipitez pas trop vite droit dans le mur, vous allez nous faire mal.

Enfin, ce n'est que mon opinion... mais mon petit doigt me dit que l'on doit être nombreux à la partager.

Bien amicalement vôtre.

Poil à gratter! 13/11/2013 18:41

Vous avez raison, même si votre posture d'élu minoritaire transpire fortement au travers de votre propos.
Vous semblez notamment occulter la possibilité pour le partenaire minoritaire d'optimiser sa capacité de nuisance, afin d'imposer à la partie majoritaire des choix qui vont au-delà d'un compromis équilibré. Sans compter que, tapi dans l'ombre derrière son partenaire majoritaire, la vie du minoritaire peut rester relativement confortable, même en période "chaude", lorsqu'il faut par exemple assumer des choix difficiles.
Faire vivre une alliance nécessite de la part de tous les protagonistes une honneteté intellectuelle constante. Les désaccords doivent pouvoir s'exprimer totalement à l'interne : tout doit pouvoir se dire dans un permier temps. Ensuite, il importe de prendre en compte les différences et enfin de réfléchir à la sortie collective, pour laquelle chacun aura fait un pas vers l'autre. Par contre, en choisissant à l'issue de la procédure décrite de continuer à jouer sa partition, il devient alors difficile de rester loyal avec ses partenaires...
Comment ne pas considérer,sur la base du mandat municipal qui s'achève, qu'une importante marge de progression existe, pour le PS, pour EELV, comme pour vous M. Bouchet?
Maintenir à Valence une majorité à Gauche implique pour les sortants d'affronter l'adversaire en étant rassemblés.
A 23 semaines d'une échéance politique majeure pour notre Ville, dans un contexte politique qui n'est plus le même qu'en 2008, il devient urgent de s'en rendre compte!