Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de bouchet
  • : G. Bouchet la vie muncipale de Valence. Des réflexions sur la vie politique locale, départementale, nationale.
  • Contact

Recherche

21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 08:00

Il  y a des décisions dont la logique est difficile à comprendre.
Ainsi en ce qui concerne la future organisation départementale en cantons.

Aujourd’hui, la Drôme compte 36 cantons. Elle devrait n’en compter plus que 19 après la réforme, mais elle comptera 38 conseillères et conseillers départementaux, soit deux de plus qu’aujourd’hui, puisque chaque canton sera représenté par une femme et un homme.

Un réexamen sévère de l’actuelle  carte cantonale va s’imposer dans la mesure où l’écart entre  le canton le plus peuplé et le moins peuplé ne devra pas excéder 20%.  Le canton moyen sera de l’ordre de 25 000 habitants. Valence perdra un de ses cantons, mais le nombre de ses représentants à l’assemblée départementale passera de  quatre à six. Par contre, il faudrait regrouper en un ensemble géographiquement très hétérogène,  pratiquement tous les cantons de l’Est du département : La Chapelle en Vercors  + Die + Saillans +Chatillon en Diois + Luc en diois + La Motte Chalencon + Remuzat + Buis les baronnies + Séderon , soit plus du tiers du territoire départemental, pour atteindre à peine  la moyenne de référence et élire deux conseillers. En matière d’équilibre territorial on pourrait imaginer mieux.

Coincés entre des communautés d’agglomération hypertrophiées (la communauté envisagée entre Romans-Valence rassemblerait,  si  elle voit le jour, la moitié de la population départementale et certains beaux esprits voudraient une grosse agglo centrée sur Montélimar au Sud) et une Région aux pouvoirs renforcés, qu’elle sera la place et la cohérence d’un département  où la représentation des espaces territoriaux  sera aussi manifestement  déséquilibrée?

Il me semble qu’avant toute mise en œuvre, cette réforme doit faire l’objet d’un débat de fond. La volonté d’assurer la parité femme/homme dans l’assemblée départementale  peut se traduire autrement que par un dispositif manifestement problématique.

Partager cet article

Repost 0

commentaires